21 pts30 pts25 pts41 pts28 pts


Rumeurs
• Il parait qu'Ordre Funeste déteste les instruments de musique car son frère Lumière jouait du piano très fort à l'heure de sa sieste quand il était petit.
• On raconte que lorsque vient la pleine Lune, on peut voir des Dryades dans la Forêt...
On murmure que LA SAINTE LAME NOM DE DIEU C'EST PAS RIEN est caché dans le Sanatorium... Et que celui qui prendra cette épée pourra commander au vent et vaincre les dieux... Info ou Intox ?
• Il se dit dans les couloirs du panthéon que Flore Ravageuse userait de rambourage pour améliorer ses formes.
Autres Rumeurs.
Notifications
• Pluie et nuage sont annoncé, avec des orages fréquents. Pensez à rester couvert et à l'abri de l'humidité qui favorise [b]les maladies.[/b]
• La forêt et la Ville sont affecté par la Pluie : la forêt est renforcée, les plantes semblent plus dangereuses et plus agressive.
• En ville, les monstres ont tendances à se montrer moins fréquemment à cause de la pluie.
• Le Monstre de Sable a disparu.
• Votre personnage peut être atteint de la fièvre Néandertalienne à cause de l'humidité. Cela peut être de votre volonté... ou de celle du staff. Son prochain rp devra être écrit dans un état fébrile, nauséeux. Votre personnage aura du mal à se concentrer et à communiquer avec autrui. Cette fièvre peut durer une semaine... Et peut entraîner la mort. La maladie croit en puissance les trois premiers jours, puis sa puissance diminue avec le temps.
Les Liens du Sang
Innokentiy
Fils de Evangeline
Sharon Chilton
Soeur de Sylver Gelidus
Merry Shark
Soeur de Seth Shark
L'Ingénieur
Meilleur Ami d'Atsuki Sengo et As de Trèfle.
Drusilla Giovanni
Ennemie d'Alexandro Derrechi
Maria Selimont
Amie de Sullivan Gordon et ancienne As de Trèfle.
Ruby Holsey
Soeur de Amber Holsey
Johanna Saddler
Mère de Leet Saddler
Mai Sun
Petite amie de Liang Tsao
Chad Stoneford
Demi-frère de Yuki Icesoul
Vladimir Dragomirov
Ex du chef des rebelles



 

Partagez|

A jaguar in the darkness of our city - Grim Hightjaguar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
.
MessageSujet: A jaguar in the darkness of our city - Grim Hightjaguar Dim 13 Jan - 17:52

Grim Hightjaguar
En bref et en gros ♪
Noms:Hightjaguar
Prénom: Grim
Age: 27 ans
Taille: 1m95
Poids: 83kg
Sexe Masculin
Origine: Américaine
Clan: Partie réservé aux Administrateurs ♥
Loisir: Fumer, boire, tuer, jouer au billard, la chasse à l'Homme.

Epoque d'origine: Actuelle, 2012.
Centre d'intérêt: Les armes, sa fille.
Aime: Tuer, le sang, l'adrénaline, sa fille.
Deteste: Les humains, lui même... Tout.
Hum, un jaguar avec... Du sex-appeal !

La discrétion était son fort mais lorsque ses pas le menait dans la foule, il ne restait jamais inaperçu car sa carrure et ses cheveux couleur ciel ne laissait pas les passants sans une pointe d’envie à son égard. Il savait très bien qu’on le qualifiait de « bel homme » et pour tout dire, ses séances de sports quotidiennes et son extravagance y étaient pour bien des choses. La rébellion qu’il dégageait se sentait à plein poumons, il aimait choquer les regards et créer des mutismes de désirs.

Des beaux et fins yeux turquoise dont un fin trait de crayons bleu les rendaient profonds et perçant, comme si il pouvait lire en vous comme dans un livre ouvert. De plus, ses yeux ne sont pas juste beau, ils sont aussi un atout majeur du tueur : une vision de lynx sans soucis.  Les expressives pupilles du bleuté s’accompagnait souvent d’un grand rictus carnassier, joueur, malsain.  Mais quelques temps après ses débuts dans les services secrets, il ornait ce sourire d’une fausse mâchoire coupé sur son coté droit, ne la mettant que lorsqu’il était en mission pour ceux-ci.  C’était ce sourire qui faisait tomber les femmes et même les hommes dans ses draps, mais qui faisait aussi trembler ses victimes lors de leur « exécutions », comme il adorait l’appeler. Oui, ses « victimes », ses « exécutions, si facile de tuer avec ses épaules larges et ses mains expertes dans le domaine des armes mais aussi du combat à mains nues. Ses biceps étaient fort joliment développés et donnait une envie d’être serré dans ses bras virils. Longeant ses bras, on pouvait remarquer ses grandes mains, devinant facilement qu’il avait une certaines dextérité avec celles-ci car elles étaient parsemées de diverse égratignure dût à une utilisation répétée des armes à feu. Pour bien laisser voir ses bras, il mettait la plupart du temps des t-shirt à manche courte ou bien des chemises dans le même genre, souvent ouverte sur son torse, qui a du être sculpté sur mesure comme dans un bloc de glace.

Toutes les personnes l’ayant croisé l’avait qualifiées de « sexy » ou autre terme gratifiant mais une fois que celle-ci commençaient à le connaitre, du moins ce qu’il leur laissait bien voir, elles étaient bien vite dégoutées par cet homme dont la beauté ne concordait pas avec son mental.

Le rugissement du désarroi.


C'est sans l'ombre d'un doute qu'on pourrait désigner Grim d'animal sanguinaire. Son instinct est primaire, impulsif et il rend notre bleuté particulièrement brutal. 

Depuis sa tendre enfance, seul sa personne lui importe, il a toujours porté ce sourire malsain qui traduit si bien ses sentiments. Et depuis tout ce temps, il a toujours vécu seul, ne voulant dépendre de personne, se plongeant dans une solitude sans fond où règne la colère et le désespoir. Tournant le dos à sa seule famille, sa fille, belle excuse que celle de la colère. Car sa plus grande peur était de voir, un jour, sa fille mourir par sa faute.

La mort est son passe temps favoris et la vue du sang l'anime d'une profonde joie. Lorsqu'il a put se retrouver en difficulté, il faisait toujours preuve de cynisme et d'insolence malgré les coups.

Sa vie à été animée par les plus mauvaises choses qui pourrait arrivée à une personne, la violence, la mort, la drogue et autres aléas d'une vie, grandissant en suivant cette voix, devenant un délinquant. Il haïs les êtres humains, il se détestait lui même. Il se déteste car il se trouve faible de ne pas avoir eu la force de changer sa vie, modifier son destin pour le rendre meilleur.

Mais il ne peut pas tuer tout le temps, lorsque le temps lui permettait, il aimait se complaire dans les plaisirs charnels d'une nuit. Mais ne voulait en aucun cas construire de relation avec qui que ce soit, il ne voulait pas qu'on puisse atteindre son cœur et surtout ce traîner "un boulet". Tout au fond de lui, enchaîner et entourer d'une muraille sans faille, il cachait son cœur, un cœur glacé et brisé. Mais en aucun cas il ne montrera un signe de faiblesse, d'affection ou sentiment pouvant montrer ses faiblesses. Seule une personne réussit à vaincre ce mur et ce fut sa fille, l'unique personne.


Mais l'enfer n'était rien qu'un havre de paix à ses yeux, se complaisant dans la mort et la souffrance


Nuit du 15 Décembre 1985 – Dryden, Michigan

La nuit berçait dans ses bras la petite ville qu’était Dryden, réduisant les rues, commerces et autres lieux normalement bruyant à l’état de silence. Un silence calme et doux qui faisait la réputation de cette bourgade considérée comme tranquille mais surtout, accueillante. Pour sublimer ce havre de paix, une fine neige tombait gracieusement du ciel, plaquant ses flocons contre toutes les surfaces, celles des voitures, des toits et des fleurs en pots. La ville était ornée de quelques maisons et petit appartements puis à l’extérieur, des champs à pertes de vue. Beaucoup de commerces disséminés par ci, par là, comme des épiceries, bars et même une boucherie. En son centre se situait une grande bâtisse faite d’ancienne brique rouge, ses grandes portes d’acajou d'une taille imposante enfermaient les enfants de l’orphelinat entre ses murs. Face à ce bâtiment qui faisait aussi école, se trouvait l’église romane du grand village. On pouvait conclure que ce paysage enneigé était digne d’un filme romantique ou autres clichés dans le genre.

Mais il fallut que cette nuit soit le changement de plusieurs vies, les nuages couvrant la lune n’annonçaient rien de prometteur pour la continuité de cette soirée. Tel un mauvais présage, les oiseaux de la nuit s’envolèrent pour quitter les lieux du futur crime. Mais ce n’est pas cela qui réveilla habitants en cette heure tardives, mais quelques choses de plus bruyants, un bruit vous laissant suer de peur dans votre lit, des détonations suivit de cris d’agonies. Mais d’où venaient ces coups de feu ? Par qui avaient-ils été tirés et pourquoi ? Près d’une dizaine de minutes après les détonations, le maire, accompagné des forces armées de la ville purent constater que les bruits précédemment entendus venaient d’une petite maison à la bordure de la ville, celle de la famille des Hightjaguar.

La famille s'était s’installée à Dryden quinze jours plutôt, attendant un heureux événement pour ce nouveau couple fraîchement marié.  Mais restant assez de cotés, ils ne se mêlèrent pas trop au reste de la ville, comme si ils essayaient de cacher quelques chose, de fuir. Des bruits couraient sur leurs véritable identités, certains pensaient qu’ils étaient un jeune couple qui avait fuit la tutelle parentale, d’autre des mafieux ayant voulu échapper a leur lot quotidien de meurtres. De quoi alimenter les ragots des vielles mamies aux cafés du coin, ne sachant pas que la vérité pendait devant leur nez.

La police avait conclut sur un double assassinat, le mari et la femme ayant été abattu d’une balle dans la tête, laissant un bébé d’à peine deux jours aux bras de la commune. Officiellement, un tueur fou qui avait eu pour cible une famille « heureuse », officieusement, la mafia avait supprimé deux de leurs anciens éléments qui devaient témoigner contre eux mais avaient réussis à leur échapper. Aussi bien à eux, qu’à la police.  Après avoir payé un pot de vin considérable au maire pour le faire taire sur cette affaire, elle fut rapidement enterrée et scellée. L’enfant quand à lui fut confié à l’orphelinat de la ville, après avoir été considéré comme inoffensif pour la mafia. C’est donc sans famille, sans biens et sans amours qu’il grandit dans cette ville où eu lieu le meurtre de ses parents.



12 ans plus tard – Févier  – Orphelinat de Dryden

La vie de Dryden avait été chamboulée par cet événement tragique et les habitants considéraient depuis ce temps le jeune Hightjaguar comme un porte malheur, cause de la mort de ses parents et de la baisse de popularité du village. Le garçon ayant été mis de coté dès son plus jeune âge finit par devenir solitaire, il n’en restait pas moins un fort caractère. Toujours partant pour une bagarre, les gagnants toutes haut la main, pour faire le mur, ou bien voler des sucreries chez le marchand du coin. Mais tout cela, il le faisait seul. Une aversion totale envers les êtres de son espèce se développait en lui, comme un virus conduisant à une haine profonde.

L’enfance du garçon lui avait été difficile, sans moindre marque d’affection d’une mère ou de réprimande d’un père. Complètement déboussolé et sans repère, il grandit en franchissant les mauvaises pentes, devenant un enfant à problème. Vers ses cinq ans, il battu un de ses camarades jusqu’à l’envoyé en séjour à l’hôpital. Mais n’allant pas en bien, pas une journée ne se passait sans qu’il se batte ou se retrouve dans le bureau du proviseur qui finit par garder dans sa ligne de mir.  C’était ainsi qu’était fait le garçon du nom de Grim Hightjaguar, aussi indomptable qu’une panthère et dangereuse qu’elle.

Lors de sa vie au pensionnat, son seul ami avait été un petit chat blanc qu’il avait nommé «Panthère», mais ce fut une amitié de courte durée car le proviseur avait finit par découvrir le pot aux roses. Après une dispute et sûrement involontairement, le directeur de l’orphelinat frappa le chaton d’un coup de pied, celui-ci encore faible mourra sur le coup. Aucun mots, aucune expression ne put définir ce que le bleuté ressentit sur le coup. De la haine ? De la tristesse ? Mais surtout un grand vide, jamais il n’avait connu la chaleur d’un foyer et l’amour parental, et pour la première fois de sa vie, un ami était venu à lui, mais partit trop tôt. Sa conclusion fut abrupte : Jamais il ne s’attachera  une nouvelle fois et à qui que ce soit !

Ce fût d’un coup de presse papier derrière le crâne, d’un saut vers le petit corps sans vie puis son escapade par la fenêtre qui fit fuir une bonne fois pour toute Grim de cet enfer. Il avait laissé le corps inconscient du directeur dans cette salle et partit en quête d’un endroit calme pour pouvoir enterrer la petite Panthère, ce qu’il fit dans l’ancien jardin de sa famille dont la maison était à l’abandon depuis le terrible accident. Combien de temps il resta agenouillé devant cette tombe de fortune alors que ses larmes coulèrent à flot sur son visage enfantin ? Il laissa déverser ses larmes, larmes du passé mais aussi du futur. Car ce jours elles se glacèrent toute pour ne plus jamais couler.

7 ans après sa fuite – Avril 2004 – Rue de New York

Tout avait été tellement « idéale » après sa fuite de l’orphelinat et par la même occasion, de Dryden. De fil en aiguille, il s’était retrouvé seul dans la grande ville à la pomme. Mais sa témérité et son coté casse cou usa en son sens car il devint après seulement deux semaines de vies dans les rues de New-York, un membre d’une petite bande du nom d’ « Origine ». Elément montant du groupe, arrivé à l’âge de dix-huit ans, il « détrôna » le chef du gang après un combat des plus sanglants. C’est donc lui qui dirigeait maintenant un gang qui après tant d’année, était devenu l’un des plus affluent.
Mais qui dis gang, dit « guerre de gang ».

Lors d’une nuit de printemps, alors que la circulation était toujours aussi fluide, un regroupement avait eu lieu dans une rue déserte de la ville. Reconnaissable entre tous, assis sur un tas de cageots se trouvait un homme à la chevelure bleu dont les traits avaient quitté ceux de l’enfance. Sa force avait dût considérablement augmenter car ses biceps était devenu plus considérable. Quand à son fameux sourire… Il était devenu encore plus sadique, aucune trace de compassion ou quelque sentiment positif n’en découlait. Juste une haine. Une haine profonde.

Des deux cotés se trouvait les bandes rivales, présente pour une mise au point de territoire ou autres. Et comme dans toute rencontre tendue de ce genre, une bagarre éclata. Les deux camps s’y donnaient à cœur joies pour frapper et massacrer leurs adversaires. Mais aucun dès deux n’avaient prévu une descente de la police, la panique s’installa, le bleuté perdit tout contrôle sur ses hommes, sur lui-même.

Pan !

De la fumée s’échappait du canon de l’arme reposant dans les mains de Grim, elles tremblaient car elles venaient d’assassiner un homme. Il ne voulait pas ça, il ne voulait pas en arriver à tuer un homme. Mais l’adrénaline et la peur lui avait faire encore un mauvais choix. Il n’attendit pas que la police vint le cueillir et pris ses jambes à son cou, regagnant la planque du groupe.

Un choc qui passa vite car à plusieurs altercation avec des bandes rivales, police ou même passants innocents qui se trouvaient aux mauvais endroits, aux mauvais moments, il apprit à tuer. Il aima ça, il aima ce sentiment de puissance lors d’une exécution, du pouvoir qu’il détenait sur ses victimes.

Ses tendances violentes et maintenant meurtrière le poussèrent vers de nouveaux horizons, il voulait plus qu’une petite bande modeste des bas quartiers. Il la délaissa du jour au lendemain et s’en alla à travers le pays pour regrouper un maximum de candidats.  Après un an où il recruta les pires voyou, il retourna dans la ville de New-York et y fonda la « Blue panthera ». Il mena d’une main de maître ce gan constitué de tueur, voleur et autres experts du crime. Braquage, meurtre, vente d’arme et trafic de drogue devint son quotidien.

2 ans plus tard - Mai - New York
 
On a beau fuir, mais devant la vie, personne ne peut réussir à vraiment s'échapper. La panthère venait de le comprendre en ce dix mai. Au début, ce fut une erreur d’un soir pour le mafieux, qui se retrouva avec une jeune -et belle- femme à charge car il avait mise cette dernière enceinte. La plaie, c’était il dit. Alors, pendant neuf mois, il dû rester avec elle, sans l’aimer de surcroit. Heureusement pour eux deux qu’elle n’avait pas mauvais caractère.
 
Alors le voilà, notre jaguar, portant dans ses bras ce qui ce trouve être sa fille. Se mouvant comme une chenille dans son écrin de soie, la petite pleure doucement alors que son père la regarde avec des grands yeux, mêlant stupéfaction, craintes de l’avenir et tout de même une immense joie. A ce moment, il pensa que cette enfant était l’unique chose réussit dans sa vie. La seule chose tragique de cette journée fut le trépas de la mère de l’enfant, n’ayant pas survécut à l’accouchement. Le nom de la petite fille vint de celui de la mère du mafieux, Edelweiss, une fleure blanche et pure.
 
Voir l’un des mafieux les plus dangereux de New-York s’occuper d’un chérubin fut quelque chose d’hilarant. Il ne savait rien à cela, et combien de fois galéra t-il pour changer une simple couche ? Un nombre de fois considérable. De plus, il ne lâchait pas ses actions de chef mafieux, bien au contraire.
 
Grim ne fut pas le père le plus exemplaire, mais l’un des plus aimant. C’est dur à croire venant de la panthère, mais ne vous méprenez pas, ce ne rendit pas l’homme meilleur, du moins envers les autres. Voilà, l’unique personne importante de sa vie fut sa fille. Pour cela, il gâta cette dernière, l’envoya dans les meilleurs écoles -faudrait pas qu’elle devienne comme son père-, et resta près d’elle.
 
Mais la vie de mafieux n’est pas faite pour une jeune fille. La panthère avait beau s’en occuper, cela ne changeait rien à la dangerosité de la situation. Et le jour ou la jeune Edelweiss faillit se faire assassin par un groupe rival, que Grim comprit. Il comprit qu’elle ne pouvait et devait pas rester avec lui, cela les mettait en danger tout les deux. La décision fut difficile, mais fut prise.
 
Agé de cinq ans, Edelweiss fut confié aux parents de sa défunte mère se trouvant en Europe et qui promirent de prendre soin d’elle. Grim ne regretta jamais. Malgré les pleurs et les hurlements de sa fille alors qu’il quittait sa vie.
 
La vie reprit petit à petit son cours, Grim n’oublia pas sa fille, mais apprit à vivre sans elle et redevenir l’impitoyable chef mafieux qu’il était.

13 ans plus tard – Octobre 2012 – New York/Dakota du Nord

Il avait bien changé le petit Grim, celui qui séchait les cours pour se gaver de sucreries, joué dans la neige et toutes les activités d’un petit garçon –déjà voyou- de son âge. Cette douce candeur avait disparu, ce n’était plus un enfant mais un homme au sourire meurtrier, haineux et à la carrure d’un combattant. Tout avait changé, son gang était devenu le plus influant de la ville, la police le recherchait activement et il s’en trouvait fort flatté.

Tout aurai pût continuer ainsi, ses petites magouilles, ses meurtres de plaisances. Mais notre bleuté avait les yeux plus gros que le ventre, il voulait toujours plus d’argent, de territoires et de pouvoirs. Sauf qu’un ennemis de taille ce mit en travers de sa route : La pègre. Elle avait eu vent des actions de ces dernières années du gang, ceux-ci récupérant des fournisseurs à la barbe et au nez de la mafia. Plusieurs avertissements leur furent envoyé : assassinat de famille des membres, des membres eux même, incendie d’appartement et autres mises en gardes. Rien ne fit flancher Grim, tenant tête à la pire vermine de tout le pays.

Nombres de fois où il fût la cible des hommes de mains de la mafia,  voiture piégée, sniper embusqué ou encore des tueurs à gage. Tel un animal traqué, il échappait habilement à ses bourreaux, s’étant exilé dans une petite ville du Dakota du nord. Il vivait seul dans un vieil immeuble désaffecté et pour subvenir à ses besoins, « travaillait »  en tant que tueurs à gage.

Un peu trop calme à son gout, ses journées se firent monotones. Il regrettait son ancienne vie de chef de gang, ses trafics et meurtres à la pelle. Peu avant son départ, il avait appris par un membre de la mafia que ses parents en avaient fait partit. Comble de l’ironie avait il penser car c’est au même moment qu’il sut enfin le fin de mot de cette histoire : Comme lui, ses parents avaient fait l’objet d’une traque sans relâche qui leur avar amener la mort.

« Oh p'tain d’bordel ! J’laisserai jamais ces cr'vures 'voir m'peau ! Encore m’trouer la tête t’seul ! »
Ce qu’il ne pensa pas à ce moment là, c’est que sa mort avait été signée depuis longtemps.

La nuit du 15 Octobre

Le sommeil ne voulait pas de lui, il suait dans son lit, quelque chose le tracassait, un mauvais pressentiment dans l’âme. Torse nu dans son lit et allongé sur le dos, il regarda le plafond, pourquoi ne dormait il pas ? N’en sachant rien, il décida de compter les moutons, finissant malgré son mal être par s’endormir. Ses rêves étaient mouvementés, il voyait une panthère blanche courir à travers les routes de ce qui était une ville déserte, finissant par être acculée dans un cul de sac. Elle eu beau se défendre comme un diable, son sort vint en même temps qu’un tourbillon de flamme.

Pourquoi des flammes ? Il se réveilla en sursaut et constata avec effroi que tout autour de lui, le feu avait pris ses aises dans sa chambre. Bloquant la porte et la fenêtre de celle-ci, aucune échappatoire dans ce tombeau de flammes. Son pouls qui avait accéléré à cette simple vue se calma, Grim reprenant un sourire tout aussi sadique et pas du tout apeuré.

« Oh, les 'flures… 'm’ont bien eu ! Rah ! »

Un rire cinglant résonna dans la pièce en feu et le bleuté se redressa sur son lit, laissant ses jambes étendues et sa main allant prendre quelque chose dans le tiroir de sa table de nuit. Une fois l’objet trouvé et en main, il pût sentir les flammes léchant ses jambes avec avidités. La douleur était présente, mais pas principale pour le moment.  Son souffle se faisait plus court à cause de la fumée et il toussotait de temps en temps. Aucun espoirs que quelqu’un le sauve, les pompiers si ils devaient venir, seraient déjà présent. Mais il accepta son sort rapidement, et trop bien même. Son poing frappa durement le mur et il hurla avant d’exploser à nouveau dans un long rire fou.

« Oh non ! Non non et non ! Bande de cr'vures ! Vous m’ 'rez pas c’me ça hein ! »

Essouffler par ses cris et ses rires, il haletait tout en souriant mais les flammes avaient pris une place plus importantes dans ses draps, s’attaquant amoureusement à ses hanches, puis caressant avec appétit son torse nu.  Dans le feu de l’action et surtout pris d’un geste désespéré, il plaqua le canon de l’arme qu’il avait sortit peu de temps avant contre sa tempe. Jamais il ne laisserait la pègre avoir raison de lui, préférant mettre seul fin à ses jours.
Un bruit d’instance, puis le silence.

Tout était enfin terminé se dit il, sa vie misérable, lui, tout n’était que souvenirs douloureux. Mais alors pourquoi il sentait encore sa poitrine se lever et descendre alors que quelques minutes plus tôt, une balle avait traversée sa boite crânienne ? Douloureusement, ses yeux s’ouvrirent sur un ciel peu sympathiquement gris et menaçant mais aussi des hauts immeubles. Tout cela n’avait rien à voir avec son ancienne ville. Où était il encore tombé ?

La seule chose qui était sûr, c’est que son calvaire n’avait pas pris fin, mais une nouvelle tournure, bien différentes de toutes celles qu’il avait connu.



EN IRL ♥!
Et vous, donc, qui êtes vous ?
Votre pseudo: Grim ou bien Dédy.
Votre Age: 17 ans
Expérience RP: Deuxième fo' ...
Un avis sur le forum ? No, j'fais parti des admins. ~
Comment tu nous a connu ? J'passais par là et... Naan... C'fais longtemps qu'j'suis là.
Un commentaire ? Pas 'vie.
Parrain J'me débrouille seul.
Code du règlement: Validé par Déchéance uU"

Fiche codé par Aetyhs, aussi appeler Lumière du jugement. Reproduction interdite en dehors de Né-Andarta

Revenir en haut Aller en bas

A jaguar in the darkness of our city - Grim Hightjaguar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» L' arrivé de patte de jaguar [ 2ème partie ]» Dark City 2.10 FIN» L' arrivé de patte de jaguar» Pink city» Paradise City
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Fiches Validées :: Rebelles-