21 pts30 pts25 pts41 pts28 pts


Rumeurs
• Il parait qu'Ordre Funeste déteste les instruments de musique car son frère Lumière jouait du piano très fort à l'heure de sa sieste quand il était petit.
• On raconte que lorsque vient la pleine Lune, on peut voir des Dryades dans la Forêt...
On murmure que LA SAINTE LAME NOM DE DIEU C'EST PAS RIEN est caché dans le Sanatorium... Et que celui qui prendra cette épée pourra commander au vent et vaincre les dieux... Info ou Intox ?
• Il se dit dans les couloirs du panthéon que Flore Ravageuse userait de rambourage pour améliorer ses formes.
Autres Rumeurs.
Notifications
• Pluie et nuage sont annoncé, avec des orages fréquents. Pensez à rester couvert et à l'abri de l'humidité qui favorise [b]les maladies.[/b]
• La forêt et la Ville sont affecté par la Pluie : la forêt est renforcée, les plantes semblent plus dangereuses et plus agressive.
• En ville, les monstres ont tendances à se montrer moins fréquemment à cause de la pluie.
• Le Monstre de Sable a disparu.
• Votre personnage peut être atteint de la fièvre Néandertalienne à cause de l'humidité. Cela peut être de votre volonté... ou de celle du staff. Son prochain rp devra être écrit dans un état fébrile, nauséeux. Votre personnage aura du mal à se concentrer et à communiquer avec autrui. Cette fièvre peut durer une semaine... Et peut entraîner la mort. La maladie croit en puissance les trois premiers jours, puis sa puissance diminue avec le temps.
Les Liens du Sang
Innokentiy
Fils de Evangeline
Sharon Chilton
Soeur de Sylver Gelidus
Merry Shark
Soeur de Seth Shark
L'Ingénieur
Meilleur Ami d'Atsuki Sengo et As de Trèfle.
Drusilla Giovanni
Ennemie d'Alexandro Derrechi
Maria Selimont
Amie de Sullivan Gordon et ancienne As de Trèfle.
Ruby Holsey
Soeur de Amber Holsey
Johanna Saddler
Mère de Leet Saddler
Mai Sun
Petite amie de Liang Tsao
Chad Stoneford
Demi-frère de Yuki Icesoul
Vladimir Dragomirov
Ex du chef des rebelles



 

Partagez|

Une virée sur Terre, sans Whisky et sans bière [Pv clan pique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

.
MessageSujet: Une virée sur Terre, sans Whisky et sans bière [Pv clan pique] Sam 20 Juil - 16:36

Il s'ennuyait. Vraiment, depuis qu'Ordre était partie bouder dans sa chambre, Lumière trouvait le temps long. Même les Dieux peuvent s'ennuyer quand il n'ont rien à faire. Alors, vu qu'il ne pouvait pas embêter Ordre, ni déclencher une guerre nucléaire sur terre, et que pousser les humains aux vices ne l'amusait plus, il attrapa son haut de forme et son monocle, et se dirigea vers le plateau de jeu avec la ferme intention de trouver quelqu'un pour le distraire. Sautant à pied joint dans la dimension parrallèle, Lumière sentit les flux énergétiques spatiotemporels le frôler tandis qu'il coulait dans le flot tumultueux, colorés et interdimentionnel qui l'emmena à sa destination.

Une fois matérialisé sur le Plateau de Jeu, il sourit en époussetant son costume. Sa chasse à la distraction allait commencer. Son pouvoir créatif s'enclencha et il généra à partir du vide deux objets : un katana blanc comme la neige pour se défendre des éventuelles aggression et un overboard, sorte de skate-board flottant au dessus du sol. [Hrp: CF Retour vers le futur pour les incultes ! U.U]

Il monta sur l'objet et se déplaça entre les ruines d'immeubles et les débris qui flottait au dessus du sol. L'habitude de ce moyen de transport le faisait surfer aisément sur les vagues d'air, et esquiver avec facilité les obstacles. Ce petit jeu l'amusa quelques minutes, jusqu'à ce qu'il arrive devant une sorte de gare.

Intrigué par le bruit qui en émanait, il mit pied à terre et tappa dans le bord de la planche pour la faire sauter jusque ses mains. Il avait prévu un boutons qui permettait à la planche de se compresser, ce qui lui évitait de laisser trainer ses affaires dans le lieu de vie de ces pauvres cobayes. Il pressa le poussoir et l'overboard devint un cube qu'il put glisser dans la poche de son costume. Sortant de sa poche sa montre, il consulta l'heure divinie et sourit d'une manière amusée : il lui restait du temps avant le repas du soir.

Il se dirigea donc avec prestance et modestie vers le lieu quelques peu abimés par ses soins, et pousa la porte tournant pour pénétrer dans la gare. Les quais silencieux et sales étaient couvert de quelques couvertures, signe de vie humaines. D'ailleurs, certains d'entre eux était là, endormie, ou assis par terre à regarder dans le vide, sans aucune occupation. D'autre encore semblait monter la garde ou bien préparer à manger : bref, on devinait ici le repaire d'un des cinq clans.

Pour que ces mortels irrespectueux viennent se prosterner devant lui, Lumière leva les mains et frappa plusieurs fois, comme si il applaudissait d'une manière moqueuse la déchéane de ces humains de l'ombre, irrespectueux des ordres établies. Plusieurs regards se levèrent vers lui, et plusieurs secondes terriblement silencieuse s'écoulèrent. On n'entendait uniquement le bruit sec des claquements des gants blancs de Lumière, puis, après le calme, la tempête. 

Plusieurs individus attrapèrent leurs armes de fortunes ( baton, couteaux, mousquet et j'en passe ) et se jetèrent sur le dieu, qui les attendait. Les balles tirées par les armes à feux furent les premières à venir menacer la sécurité de notre Dieu créateur, qui se tourna en agitant sa cape. Les balles se logèrent dans les plis du vêtements, qui, par une magie mystique, les arreta. Dans son autre main, Lumière tenait le katana, encore dans son fourreau. 

Lorsque la pluie de balles s'arreta, Lumière abaissa son bouclier et leva son épée inofensive. Les cinqs gaillards qui se jetait sur lui avec des armes en fer faillirent le prendre par surprise, mais les reflexes du Dieu lui sauvèrent la mise : il se baissa à temps pour éviter les coups. 

Il est intéressant de savoir que Lumière ne possède pas des aptitudes hors du commun dans le monde réel : malgré son statut divin, il est soumis au loi fondamentale de la gravité et de la relativité. On pourrait presque le prendre pour un humain si il n'avait pas ce pouvoir de création et ce costume d'une blancheur irréel. 

Mais revenons au combat qui se déroule sous nos yeux. Après l'attaque désorganisés du clubs des cinqs, Lumière avait laché sur le sol sa cape blanche et saisit le fourreau. En faisant une roulade sur le coté, il évita un éventuelle retour de coup, et pu ainsi dégainer la lame immaculé. Les cinqs gaillard l'encerclèrent ensuite et le Dieu les laissa faire. L'un des gus abbatit à ce moment là et avec force sa matraque de fer. Lumière utilisa sa lame pour parer le coup, et renvoya l'homme plus loin avec un coup de pied dans le plexus solaire. Un autre un peu trop téméraire gouta du fourreau du Dieu dans la machoire, et le craquement sinistre indiqua à la divinité qu'elle avait sans doute briser des dents. Le troisième attaqua avec sa lance la tête de Lumière, qui ne vit l'attaque qu'en derniere minute à cause de l'angle mort et ne du sa surie qu'à une esquive providentielle. Néanmoins, le haut de forme de Lumière était foutu, percé de part en part par le fer de la lance. Cet action agaça le monoclard qui décida de punir l'homme en lui tranchant la main d'un geste ample. L'homme, désormais manchot, fut ensuite ejecter d'un coup de pied dans la machoire. Trois à terre, reste deux.

Sauf que Lumière n'avait pas assez surveiller ses arrières et sentit la froideur d'une lame lui percer sa chair. Le sang divin coula sur le sol, couleur miel. Le dernier des hommes tira une balle de mousquet dans la tête du dieu, qui avait arreté de bouger à cause de la gêne occasionnée par la douleur dans le torse. Lumière s'effondra au sol, les yeux grands ouvert de surprise. Qu'un impudent lui plante un couteau dans le ventre passe encore. Mais qu'on ose le blessé à la tête avec une munition, qu'il y laisse un oeil et surtout que son monocle ait explosé sous le tir ( la balle avait traversé le crane de part en part ), ca non. Dans une rage folle, le dieu leva la main et visa les deux imprudents qui étaient en train de relever les blessés en chantant leurs victoires. La pluie d'aiguille qui jaillit du néant transperça les deux corps et les changea en purée de chair, en épargant les blessés. Les piques perdirent tous leurs sourire, surtout quand ils virent le dieu se relever et épousseter son costume comme si de rien n'était. 

Le dieu éclata de rire et alla frapper l'un des blessés avec plusieurs coups de pied, avant de s'oter l'oeil crevé et de générer un nouvel oeil occulaire. Il matérialisa ensuite un nouveau chapeau et un nouveau monocle qu'il enfila, avant de se tourner vers les autres membres du clans.

« Alors, pas d'autre volontaire ? Vous n'etes qu'une bande de lâche ou quoi ? C'est pas drôle.... Oh, je sais ! »

Le dieu matérialisa une épée devant lui et s'assit sur un des cadavres encore chaud, en continuant sa provocation gratuite et sans gêne.

« Si vous me battez, c'est à dire si vous me jetez à terre ou si vous m'infligez des blessures mortelles pour un humain, je vous laisse cette lame enchantée. Alors, qui veut cette épée ? »

Il éclata de rire et regarda les quelques individus assemblés autour de lui. Des gens de tout âges, surtout des jeunes. Des hommes semblant sortir de prison. Des assasins, des prostitués. Des rebelles. Des terroristes. La lie de l'humanité. Il n'y avait pas à dire, Lumière tompait actuellement l'Ennui avec la Violence. Et cela lui plaisait...

_________________

Signature et avatar par Hurlement Sauvage ! Merci à lui !
Pour savoir dans quels autres Univers je me promène...

Lumière du Jugement dit : "Même les cafards savent dessiner !":
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ne-andarta.lebonforum.com
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: Une virée sur Terre, sans Whisky et sans bière [Pv clan pique] Jeu 1 Aoû - 21:38

Après la neige glacée, voilà que c’était le soleil qui venait l’enquiquiner ! Décidément Lily n’avait pas de chance. C’était quoi ce pays ? L’enfer sur terre ? Enfin… heureusement, contre le soleil elle était équipée. Elle avait toujours sa jolie ombrelle avec elle. C’était l’accessoire de choc pour une lady dans son genre… Même si son objet fétiche supportait mal les changements de températures qu’elle lui faisait subir. Mais chut ! Il ne fallait le dire à personne ! Personne ne devait croire qu’elle était négligente avec ses affaires. Elle avait une image à préserver voyons. Toujours est-il qu’après que ce macaque blanc -comprenez Grimm- l’ait (évidemment) aidé à sortir des étendues glacées, notre petite téméraire se mit à errer dans la ville. D’après ce qu’elle avait entendu, elle devait retrouver d’autres cinglés portant le même tatouage qu’elle. D’ailleurs ce truc était hideux ! Elle ne se souvenait même pas qu’on lui ait fait ça. Évidemment ! Sinon elle ne l’aurait jamais permis ! Il n’y avait que les ivrognes ou les esclaves pour faire ce genre de stupidités. Elle valait bien mieux que ça. Cependant, elle avait beau gratter sa marque noirâtre, celle-ci ne voulait pas partir. Elle finissait simplement par rougir sa peau délicate. Avec un peu de chance, en trouvant les autres pouilleux qui avait ce dessin ridicule, elle trouverait peut-être qui en était l’auteur, et celui-là passerait certainement un sale quart d’heure.

Mais pour l’heure ses petites sandales trottinaient sur les trottoirs cabossés. S’étonnait-elle d’un tel décor ? Oui et non. Élisabeth avait toujours cru qu’on l’avait trop enfermée dans leur petit domaine, et elle se doutait bien que le monde extérieur était différent. Mais il fallait avouer qu’elle ne l’imaginait pas aussi pitoyable. Avec ces routes si dures et pourtant si craquelées, on aurait dit une poterie géante que quelqu’un aurait négligemment laissé tomber par terre. Certes les artisans n’étaient pas toujours des gens très cultivés, mais ils étaient censés avoir un certain savoir-faire. Tandis que là… même un enfant de cinq ans aurait pu faire mieux ! Aussi soupirait-elle régulièrement en montant puis redescendant ces petites collines de béton. Elle ne savait pas vraiment où elle allait, mais elle avait l’étrange sentiment d’être sur le bon chemin. De toute façon tous les chemins mènent à Rome comme on dit ! Là, tout ce qu’elle voulait c’était trouver le péquenau du coin. Et si celui-ci ne pouvait pas -car trop idiot- lui indiqué le chemin pour rentrer chez elle, il pourrait sans doute lui dire où se trouvait le « clandépik » où elle pourrait trouver refuge. C’était néanmoins ce qu’on lui avait dit. Ce n’était pas comme si cela lui convenait, mais il fallait avouer qu’après une nuit passée dans le froid, ces ardeurs c’était quelque peu atténuées.

De plus en plus essoufflée (car elle n’avait pas l’habitude de marcher aussi longtemps), elle commença à pester en elle-même, et regardait d’un air mauvais les bâtiments qui lui faisaient face. Y’avait donc personne dans ces briques délabrées ? En temps normal même les mendiants aimaient ces abris-là. Sentant la colère lui monter au nez, elle s’apprêta à hurler quand un bruit attira son attention. C’était des voix humaines ! Elle en était sûre ! Bon, pour dire vrai c’était surtout des cris, donc des gens, et non plus seulement des cailloux ou des bêtes étranges… Alors trottinant à vive allure elle se rapprocha des bruits de bagarre. Bien sûr elle n’allait pas se jeter dans la gueule du loup. Quand elle fut assez près pour les observer, la demoiselle resta collée à l’entrée et observa la scène. Un homme élégamment vêtu de blanc se battait vaillamment contre une bande de vaut rien. Il semblait en mauvaise posture quand des coups de feu retentirent. Élisabeth retint un cri de surprise en le voyant tomber au sol. Serait-il… mort ? Lui qui pourtant avait l’air passablement normal dans tout ce capharnaüm. Elle le crut quelques secondes tandis que tous les autres sauvages sautaient de joie. Mais l’homme, que dis-je ce magicien se releva et réprima tous ces malfrats, d’une arme qu’elle n’avait encore jamais vu. Mais cela importait peu. Il était en vie, et gagna son combat. Oui, on pouvait dire qu’elle développait une sorte d’admiration pour cet homme. Toutefois, cela ne lui enlevait pas son tempérament. Soudain, l’inconnu sollicita de nouveaux adversaires, mais les jeunes gens présents n’étaient guère très enthousiastes. Alors Lily en profita pour faire son apparition, et s’élança avec assurance et réprobation :

« Diantre ! C’est dans ce taudis que vous vivez ? Et c’est quoi tout ce bazar ? Ne me dites pas que c’est vous le gentleman en blanc qui avez fait ça ? Je sais bien qu’il existe des femmes de ménages pour nettoyer, mais tout de même vous auriez pu faire ça plus proprement ! Ce ne sont pas des manières pour un homme de votre rang ! »
L’air de rien, elle s’approcha à moins de deux mètres de lui puis lui fit la révérence.
« Je me présente, lady Lincolm. Mais oh ! Regardez-vous, vous êtes couvert de sang. C’est dégoutant ! et puis soyons honnête, vous auriez pu choisir un meilleur siège que cette… vermine non ? »
Revenir en haut Aller en bas

.
MessageSujet: Re: Une virée sur Terre, sans Whisky et sans bière [Pv clan pique] Dim 4 Aoû - 17:14

Alors qu'il provoquait ses adversaires pour s'amuser, Lumière vit une adolescente vétu comme ses anglais raffiné du siècle dernier se précipiter vers lui. Sans qu'il ne puisse rien faire, elle commença un mini interrogatoire pour savoir pourquoi il vivait ici, pourquoi il avait massacré les gens et enfin pourquoi le quai était en désordre. Amusé, Lumière laissa la fille faire son manège en souriant, et celle ci conclut de son ton raffiné d'aristocrate, et avec une esquise révérence.

« Je me présente, lady Lincolm. Mais oh ! Regardez-vous, vous êtes couvert de sang. C’est dégoutant ! et puis soyons honnête, vous auriez pu choisir un meilleur siège que cette… vermine non ? »

Le Dieu le mieux habillé du panthéon se releva alors et fit apparaitre un nuage brumeux qui dévora le celeste sang et le sang d'humain qui couvrait son costume, volant ainsi le travail des blanchisserie et faisant leurs jalousie tant le costume ressorti propre de ce traitement. Une fois ceci fait, il salua comme un artiste en baissant son chapeau, et, en se relevant, sortit une rose de son couvre-chef, rose blanche qu'il tendit à la Lady.

« Pour vous, ma Chère Lincolm, une rose qui siéra de part ses pétales immaculés à la beauté de votre teint, pure lui aussi. Je suis le Sir Lumière, magicien, illusionniste, sabreur et acteur de talent. Et si vous voulez tout savoir, je vis dans les royaumes immortel ou nul mortel n'ose rentrer de peur de subir le couroux de mes confreres... Le désordre est à imputer au clan des piques, et je n'ai fait que me défendre... Cela vous satistfait-il ? »

_________________

Signature et avatar par Hurlement Sauvage ! Merci à lui !
Pour savoir dans quels autres Univers je me promène...

Lumière du Jugement dit : "Même les cafards savent dessiner !":
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ne-andarta.lebonforum.com
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: Une virée sur Terre, sans Whisky et sans bière [Pv clan pique] Dim 4 Aoû - 20:23

Alors qu’elle s’avançait en direction du gentleman, Élisabeth n’avait pas manqué de noté la présence de l’épée étincelante. Une épée magique qu’ils avaient dit, mais bien sûr ! Et puis quoi encore ? Comme si la magie était réelle… quoi qu’elle entendait bien des voix, alors une épée magique… ça n’était peut-être pas si étrange. Mais tout de même, notre albinos préférait encore se cantonner à une théorie plus réaliste. Ainsi était-elle persuadée de faire partie d’un cirque ou d’une pièce de théâtre gigantesque, et elle tenait à jouer son rôle jusqu’au bout.
Après sa présentation, elle observa avec satisfaction le jeune homme se lever, et épousseter le sang de ses vêtements. Les yeux ébaillis, elle regarda les taches disparaitre, comme si cela n’avait été que de la vulgaire farine. Subjuguée, elle s’approcha même davantage pour contempler la blancheur de son costume. Ce grand brun ne cessait pas de l’étonner. Par des gestes amples, il la salua avec déférence, et elle ne cacha pas son plaisir à recevoir de telles politesses. Et sa joie ne fit qu’augmenter lorsqu’elle découvrit la rose blanche qui lui était offerte. Pour une fois que quelqu’un lui faisait spontanément un compliment sur sa peau, la demoiselle ne pouvait qu’être charmée. Elle se saisit délicatement de la fleur, et sentit ses joues s’empourprer légèrement. Le dieu se présenta alors, et elle but ses paroles comme de l’eau de jouvence, avant d’en comprendre la gravité. Dans l’assistance, un grognement s’éleva, mais personne n’osa bouger pour autant. Sans doute ne s’attendaient-ils pas à un tel spectacle. S’il y eut des protestations, nos deux jeunes gens n’y prêtèrent pas attention.

« Oh » fut le premier mot qui échappa à Lily, lorsqu’elle se rappela qu’elle aussi devait faire partie de ce fameux clan des piques. Mais avant de se laisser décontenancer, elle enchaina :
« Lumière…Voilà un nom qui vous correspond bien, cher monsieur. Vous me voyez ravie de faire votre connaissance, et on ne peut plus comblée par votre fabuleux présent. Vous méritez bien votre titre de magicien. »
Elle huma la rose avant de désigner d’un geste franc ses spectateurs de son ombrelle.
« Alors c’est eux, le clan des piques ? C’est… fâcheux… quoi que peu étonnant. On m’avait dit que ce n’était que des brutes sans cervelle, mais de là à être aussi rustre qu’une bande de macaques… »

Mais avant qu’elle n’eut terminé sa phrase, un impatient se rua sur elle. Alors dans un cri, Élisabeth recula, trébucha dos à Lumière, et brandit son unique arme. Par chance ou pure maladresse, la bout de son ombrelle tapa violemment entre les jambes du téméraire, et celui-ci s’écroula par terre avant d’avoir atteint sa cible. Surprise par sa propre performance, l’albinos reposa son arme à terre et regarda sa victime. Au vue de ses gémissements, elle ne devrait pas se relever tout de suite. Quelques un rirent de son état, pendant que d’autres l’éloignèrent lentement de la demoiselle. La main posée sur le sol, celle-ci sentit contre sa peau un métal froid. Elle reconnut assez vite le poignard qui avait frappé le dieu il y a peu. Elle s’en empara alors aussi discrètement que possible, et se releva en titubant. Elle se retourna ensuite vers Lumière les yeux embués, et se rua dans ses bras.

« Bouh ! Il a essayé de me tuer ! Vous vous rendez compte ? J’ai eu si... p…peur » pleurnicha-t-elle contre lui.

C’est alors que, caché de tous, ses larmes se transformèrent en un regard fourbe. Collée au gentleman, elle brandit sa lame pour l’abattre dans le flanc du grand brun…
Revenir en haut Aller en bas

.
MessageSujet: Re: Une virée sur Terre, sans Whisky et sans bière [Pv clan pique] Dim 4 Aoû - 20:49

Lumière s'aperçut rapidement que sa flatterie plaisait à la demoiselle, rien qu'à voir la tête de la jeune albinos s'empourprer quand elle prit la rose. Et faire des compliments qui touche faisait plaisir à ce dieu raffiné, contrairement à ce qu'aurait fait ce nabot d'Ordre. Il lui prit la main et l'embrassa doucement avant de lui la rendre, un sourire au lèvre. La jeune fille retourna alors quelques compliments sur le dieu, qui appréciat la flaterie, son égo oblige. Sauf que les mondanités qu'échangeait la noble albinos et le dieu magicien furent interrompu par un homme... Homme qui finit coucher en deux, son symbole de virilité violement écrasé par la délicate ombrelle de la femme. Tout les males présents serèrrent les cuisses en signe évident de compassion. Et on ose parler du sexe faible ?

Lumière se tourna vers la demoiselle, surpris de cette attaque critique sur le pitoyable humain. Il doutait qu'elle eut été prise pour cible, et s'imaginait au centre de l'attention. Sa main sur son sabre, il chercha dans la foule d'autre bélliqueux avec son monocle - celui qui fait rayon X, vision nocturne, vision thermique et vision déshabillante - et relacha son attention d'Elizabeth. Grave erreur.

Il tourna la tête prestement lorsque la jeune femme se dirigea vers lui pour lui faire un calin, et apperçut du coin de l'oeil l'éclat métallique. Plus par instinct que par stratégie, il voulu l'empécher de se coller à lui en méttant son bras devant son torse, sa main sur le flanc...

La lame pénétra l'intégralité de sa paume, traversa sa veste et lui égratigna le flanc. Lumière sentit son sang coulé et retenit à grnd peine un cri de douleur : bon dieu, sa main le brulait ! Il repoussa brusquement la noble et arracha de sa main valide, la gauche, la lame de couteau. Dommage, le roi des Dieux était droitier et cette main était hors service. Fou de rage, il haussa la voix en matérialisant une arme plus courte et plus facile à manipuler dans sa main gauche.

« Lincolm ! Comment avez-vu pu me prendre en traitre ? Pourquoi ?!»

Il lança ensuite la dague en direction de la femme...

_________________

Signature et avatar par Hurlement Sauvage ! Merci à lui !
Pour savoir dans quels autres Univers je me promène...

Lumière du Jugement dit : "Même les cafards savent dessiner !":
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ne-andarta.lebonforum.com
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: Une virée sur Terre, sans Whisky et sans bière [Pv clan pique] Sam 10 Aoû - 22:29

La lame s’enfonça dans la chair. Le bruit et la sensation sous ses doigts firent frissonner la demoiselle. On ne pouvait pas dire qu’elle avait l’habitude de manipuler de la chair fraîche. Et sur le coup, elle n’aurait su dire si cela lui était agréable ou non. Elle n’eut pas vraiment le temps d’y réfléchir d’ailleurs, car à peine avait-elle commit son méfait qu’elle était violemment repousser par la divinité. Le geste fut si violent, qu’elle faillit en perdre l’équilibre. Mais elle tint bon, en s’aidant de son ombrelle. Lorsqu’elle fut remise sur ses pieds, elle observa le résultat de son acte. Un rire enfantin s’éleva alors, comme celui d’un enfant qui se moque innocemment. Elle avait joué son rôle à merveille ! Avec ça, elle était sûre de gagner ! De sortir de cet étrange spectacle, et surtout d’obtenir cette épée si brillante. Enchantée ou non, elle pourrait sans doute en tirer un bon prix ou bien… l’exposer comme œuvre d’art ? Cela se faisait dans sa famille. Peut-être n’était-elle pas assez rouillée pour ça ? Oh, et puis qu’importe, ça ne ferait pas grande différence.

Mais son rêve s’évanouit bien vite, quand sa seconde victime se mit à hurler. Visiblement, il n’avait pas vraiment aimé sa petite malice. Il retira l’arme de sa main dans un gémissement retenu, et la laissa tomber au sol dans un tintement qui résonna à l’écho. Apparemment, « seule » sa main était sérieusement touchée. Peut-être y était-elle allée trop fort ? Mais déjà les accusations tombaient et Élisabeth sentait la moutarde lui monter au nez. Non, non, non ! Tout sauf des reproches ! Ce n’était pas bon ça, pas bon du tout…
Mais avant qu’elle n’ait eu le temps de répliquer quoi que ce soit, le magicien fit apparaitre une dague de sa main valide et la lança dans sa direction. Une fois encore, elle brandit son ombrelle, mais son arme de secours fut inefficace. Que pouvait donc une toile tendue contre un couteau si pointu ? Rien, si ce n’est peut-être… dévier l’arme de quelques millimètres en raillant l’armature. Ainsi, la lame manqua de peu le visage de la petite noble, mais entailla correctement son épaule avant lui trancher une mèche de cheveux.
Abasourdie, la demoiselle tomba à genoux, la main sur sa plaie. Sa tête commença à bourdonner mais elle la secoua. Si les choses continuaient ainsi, tout allait encore recommencer… il fallait qu’elle se concentre. Examinant sa main une seconde, elle sentit la colère lui monter aux joues.
Elle regarda le grand brun droit dans les yeux et réplica :

« Non mais vous êtes fous ! Vous avez faillis me tuer ! C’est que ça fait mal en plus. Qui c’est qui va me soigner ça maintenant ? Regardez, ça saigne… Et mes cheveux ! Mes beaux cheveux vous les avez abîmés. Et c’est moi que vous traitez de traitre ? Je n’ai fait que répondre à vos attentes. Tout ce que je… je voulais moi c’était l’épée. Vous disiez que si on vous blessait vous me la donneriez ! C’est vous le magicien ! Vous auriez dû faire attention. »

Essoufflée, elle se tut un instant, tandis que ses pensées s’embrouillaient de plus en plus dans sa tête. Elle se crispa, toutes ses idées se répétaient à l’écho. Peu à peu sa provocation se mua en détresse, et soudain elle s’exclama :

« Tout ça c’est… c’est votre faute ! »

Elle se releva précipitamment et s’avança, prête à tabasser Lumière, de ses petits bras.
Revenir en haut Aller en bas

.
MessageSujet: Re: Une virée sur Terre, sans Whisky et sans bière [Pv clan pique] Dim 11 Aoû - 11:01

« Non mais vous êtes fous ! Vous avez faillis me tuer ! C’est que ça fait mal en plus. Qui c’est qui va me soigner ça maintenant ? Regardez, ça saigne… Et mes cheveux ! Mes beaux cheveux vous les avez abîmés. Et c’est moi que vous traitez de traitre ? Je n’ai fait que répondre à vos attentes. Tout ce que je… je voulais moi c’était l’épée. Vous disiez que si on vous blessait vous me la donneriez ! C’est vous le magicien ! Vous auriez dû faire attention. »

Quoi ? Cette insignifiante mortelle, ce ver de terre, ce cafard d'humain se permettait de lui faire la leçon après l'avoir blessé ? Décidément, le monde tournait à l'envers. Lumière se retenit pour ne pas rire et fixa l'albinos droit dans les yeux avant de répondre à la femme, sur un ton ou planait une sourde menace sous-entendu.

« Pardon ? J'aurais du faire attention ? Mais c'est VOUS qui auriez du faire attention ! J'ai précisé qu'il fallait me faire des blessures mortelles pour un humain pour pouvoir avoir le droit de toucher cette épée ! Et est-ce que transpercer une main à déjà tuer un homme ? Non et non ! Quand a vous tuer, je n'ai jamais dit que je ne repliquerais pas à vos attaques : il vaut vous en prendre à vous même ! Alors votre lecon de morale, vous vous la garder ! De toute façon vous n'etes que des valeurs échangeables pour nous autres dieux ! Qui se souci de l'identité du cafard qu'il écrase ? Vous devriez être flatté, tous autant que vous etes, d'avoir été élu pour vous retrouver sur ce plateau de Jeu ! C'est tout ce que les cafards dans votre genre peuvent espérer ! »

Les yeux de Lumière refletait une folie divine et incompréhensible pour les mortels qui le regardait. Le dieu était sur de lui, sur de ses paroles, et s'attendait à ce que tout ses "élus" se prostèrnent à ses pieds pour le vénérer. Sauf qu'Elizabeth brisa bien vite ses rêves de vénération par une phrase très logique :

« Tout ça c’est… c’est votre faute ! »

Lumière éclata de rire devant l'affirmation de la demoiselle et se moqua d'elle en faisant une révérance qui sonnait comme un remerciement. La jeune femme avança ensuite vers le dieux avec un air menaçant, comme si elle voulait le frapper. Lumière releva la tête et, en voyant cette menace ridicule, ne put s'empêcher d'activer son aura. L'aura des dieux avait ceci de particulier qu'elle permettait de faire comprendre au espèce animale doté d'un instinct fort que la créature divine était dangereuse. Certains humains ressentaient parfois cette sensation de danger, mais pas tous. Lumière testait ainsila sensibilité de Lincolm à son énergie.

_________________

Signature et avatar par Hurlement Sauvage ! Merci à lui !
Pour savoir dans quels autres Univers je me promène...

Lumière du Jugement dit : "Même les cafards savent dessiner !":
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ne-andarta.lebonforum.com
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: Une virée sur Terre, sans Whisky et sans bière [Pv clan pique] Mer 21 Aoû - 12:18

Son cœur tapait de plus en plus fort dans sa poitrine, sa tête bourdonnait désagréablement. Lumière lui parlait mais elle n’écoutait pas vraiment. C’était à peine si elle comprenait un mot sur deux. Etait-ce dû à sa blessure ? Non, pas vraiment. Du moins pas celle de son épaule, qui continuait de la lancinée. C’était un autre mal qui la rongeait. Un qu’elle connaissait depuis un moment déjà, et qu’elle fuyait comme la peste. Mais celui-ci était coriace, et la rattrapait plus souvent qu’elle ne le voulait. Il ne fallait pas qu’elle bouge mais… depuis quand faisait-elle ce qu’il fallait faire ? En plus, l’autre abruti parlait de cafards. Elisabeth regarda autour d’elle, et cru en apercevoir non loin d’elle. Elle grimaça de dégoût. Cependant, cela n’était - à la rigueur - que des saletés qui jonchaient le sol. Elle reporta son attention sur le magicien, qui la fixait avec un rire moqueur. Finit le gentleman immaculé. Ce bonhomme n’était plus qu’un prétentieux vaniteux. Ces hommes alors, ils n’avaient vraiment aucun sens de la retenue. Il ne connaissait que l’orgueil !
Tenant toujours son ombrelle à la main, elle se redressa en serrant les dents. Elle s’élança de nouveau sur lui et s’exclama :

« Ne me comparez pas à ces bestioles pourries ! »

Toutefois elle s’arrêta rapidement en chancelant. Son épaule la brûlait à chaque mouvement, tandis que son sang rougissait ses fins cheveux. Elle haletait presque quand une impression étrange la retint d’avancer. Il y avait quelque chose de louche avec cet homme. Elle qui était jusqu’alors pleine d’assurance, commença à se méfier. Bizarrement, une voix en elle lui disait de ne pas attaquer cet énergumène de front. Elle ne voulait pas l’écouter, elle se disait qu’elle avait des ressources qu’il ne soupçonnait pas. Elle en était même sûre ! Et pourtant, elle ne lui fonça pas dessus. Elle ne pouvait pas non plus l’attaquer en traitre. Il la verrait venir cette fois.
Elle se tint alors debout sur son ombrelle qui ne l’avait pas quitté. Un homme derrière elle se moqua de sa fragilité, et elle le fusilla du regard. Vexé, le malotru se précipita sur elle, mais elle l’évita à temps et il fit un léger croche-patte. Il atterrit au pied du magicien et voulut en profiter pour l’attaquer, mais il mourut avant d’en avoir eu l’occasion. Alors notre demoiselle ricana et se mit à réfléchir.
Elle ne pouvait plus l’avoir ni de front, ni de manière indirecte… pour l’instant. Et le peu de gueux qui l’entourait étaient bien trop peureux et stupides pour tenter quoi que ce soit qui vaille la peine. Aussi se demanda-t-elle s’il lui était vraiment nécessaire de rester avec eux ? Elle regarda alternativement la divinité et le clan des piques puis soupira. Aucun des deux ne semblait être un bon parti… Alors il faudrait la jouer finement… Un sourire malicieux s’imprima sur ses lèvres, tandis qu’elle plantait son regard dans celui du Lumière.

« Bien… Il est évident que je ne suis pas de taille face à vous chez monsieur. Eux non plus d’ailleurs, même s’ils pensent le contraire… C’est pourquoi je vous présente mes excuses… »

Sa voix se faisait saccadée. Elle luttait pour ne pas s’évanouir, et rester concentrée sur le regard du grand brun. Se faisant, elle s’avança timidement d’un pas.

« Peut-être pourrions-nous reprendre les présentations autour d’une bonne tasse de thé, juste vous et moi. Vous vous soignez, vous me soignez, et nous ne parlons plus de cette fâcheuse histoire. Ce n’est pas comme si ces morpions allait vous empêcher de prendre un peu de bon temps, si ? »
Revenir en haut Aller en bas

.
MessageSujet: Re: Une virée sur Terre, sans Whisky et sans bière [Pv clan pique] Dim 25 Aoû - 10:03

Alors qu'Elizabeth Lincolm était en train de l'attaquer de front, un deuxième pique essaya de blesser la belle albinos. L'esquive de cette dernière, pleine de grâce et de légèreté, contrasta avec la rudesse du choc de cette indivitu vêtu comme un clochard lorsqu'il s'affaissa pour gouter la dureté du bitume de la gare. Cette homme, dont le visage exprimait la vie de traine-misère qu'il avait connu, se décida à faire une folie en se voyant sous le Roi des Dieux. Il se releva d'une roulade et menaça sa Majesté celeste avec une arme rudimentaire appelé "Barre à Mine."

Lumière commit un homicide avec une économie de geste remarquable.

Son bras se leva et il fit un léger pas sur le coté droit pour esquiver la charge désespéré du rhinocéros miséreux. Avec sa main gauche et valide, il prit une sorte de carte de sa manche et la plaça de façon à trancher la carrotide de l'homme, qui s'éffondra avec un bruit d'évier. La mort ne fut pas instantanné et paru durer une éternité dans la vie du pauvre homme, appellons-le Roger, qui se vidait de son sang sale sur le bitume tout aussi peu hygiénique... Roger vit sa vie défiler devant ses yeux, au sens asbtrait de la chose puisque c'est son propre sang qui macculait le bitume devant ses globes occulaires, et ce dit que c'était dommage de mourir ici, qu'il aurait pu ne pas faire cette bêtise, que finir puceaux c'était très con, qu'il aurait du tenter sa chance avec Marie-Agnès la pique aux vêtements si provocateur, qu'il ne boirait plus jamais de bière et qu'il ne saurait jamais si son clan aurait été meilleur que les autres.

Et Roger mourrut dans une absence totale d'attention de la part des autres protagonistes. Pauvre de lui.

Lumière se mit donc face à la femme qui le regardait et la regarda. Ce jeu des regards, elle se soutint bravement, et pris la parole courageuse :

« Bien… Il est évident que je ne suis pas de taille face à vous chez monsieur. Eux non plus d’ailleurs, même s’ils pensent le contraire… C’est pourquoi je vous présente mes excuses… »

Lumière fut surpris que la jeune femme lui fasse des excuses. Son instinct criait à l'arnaque, à la manipulation, mais au lieu de ça le gentleman sortit son plus beau sourire et une fleur de sa manche qu'il tendit à Lincolm.

« Voyons, comment ne pas pardonné une femme avec un tel minois ? Ce serait ne pas admettre que la beauté peut fleurir n'importe ou, même sur une terre aride comme ici...
- Peut-être pourrions-nous reprendre les présentations autour d’une bonne tasse de thé, juste vous et moi. Vous vous soignez, vous me soignez, et nous ne parlons plus de cette fâcheuse histoire. Ce n’est pas comme si ces morpions allait vous empêcher de prendre un peu de bon temps, si ?
- Effectivement, ce ne sont pas les cafards qui vont nous déranger... Vous avez une préférence quand au types de thé, mademoiselle ? »

Lumière matérialisa ensuite une table et deux chaises, et s'assit sur l'une d'elle, la main déjà bandée par sa magie divine. Sur la chaise de Lincolm se trouvait de quoi soigner la jeune femme, une trousse de secours contenant du desinfectant et des pansements. Le dieu ajouta un paravent pour que la demoiselle puisse panser ses plaies à l'abri des regards, même si son monocle et sa capacité déshabillante lui avait déjà permit de regarder la femme.

« Prenez votre temps, surtout... Très chère. »

_________________

Signature et avatar par Hurlement Sauvage ! Merci à lui !
Pour savoir dans quels autres Univers je me promène...

Lumière du Jugement dit : "Même les cafards savent dessiner !":
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ne-andarta.lebonforum.com
Contenu sponsorisé

.
MessageSujet: Re: Une virée sur Terre, sans Whisky et sans bière [Pv clan pique] Aujourd'hui à 23:49

Revenir en haut Aller en bas

Une virée sur Terre, sans Whisky et sans bière [Pv clan pique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Aperitf sans sucre et sans alcool» Elèves sans frontières, malades sans frontières» Petites Devinettes...» PV Jessica • Médecins Sans Frontières, infirmières sans culotte !» matt ☼ « Aimer jusqu'à la déchirure aimer, même trop, même mal, tenter, sans force et sans armure, d'atteindre l'inaccessible étoile... »
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: ♠La gare♠-