21 pts30 pts25 pts41 pts28 pts


Rumeurs
• Il parait qu'Ordre Funeste déteste les instruments de musique car son frère Lumière jouait du piano très fort à l'heure de sa sieste quand il était petit.
• On raconte que lorsque vient la pleine Lune, on peut voir des Dryades dans la Forêt...
On murmure que LA SAINTE LAME NOM DE DIEU C'EST PAS RIEN est caché dans le Sanatorium... Et que celui qui prendra cette épée pourra commander au vent et vaincre les dieux... Info ou Intox ?
• Il se dit dans les couloirs du panthéon que Flore Ravageuse userait de rambourage pour améliorer ses formes.
Autres Rumeurs.
Notifications
• Pluie et nuage sont annoncé, avec des orages fréquents. Pensez à rester couvert et à l'abri de l'humidité qui favorise [b]les maladies.[/b]
• La forêt et la Ville sont affecté par la Pluie : la forêt est renforcée, les plantes semblent plus dangereuses et plus agressive.
• En ville, les monstres ont tendances à se montrer moins fréquemment à cause de la pluie.
• Le Monstre de Sable a disparu.
• Votre personnage peut être atteint de la fièvre Néandertalienne à cause de l'humidité. Cela peut être de votre volonté... ou de celle du staff. Son prochain rp devra être écrit dans un état fébrile, nauséeux. Votre personnage aura du mal à se concentrer et à communiquer avec autrui. Cette fièvre peut durer une semaine... Et peut entraîner la mort. La maladie croit en puissance les trois premiers jours, puis sa puissance diminue avec le temps.
Les Liens du Sang
Innokentiy
Fils de Evangeline
Sharon Chilton
Soeur de Sylver Gelidus
Merry Shark
Soeur de Seth Shark
L'Ingénieur
Meilleur Ami d'Atsuki Sengo et As de Trèfle.
Drusilla Giovanni
Ennemie d'Alexandro Derrechi
Maria Selimont
Amie de Sullivan Gordon et ancienne As de Trèfle.
Ruby Holsey
Soeur de Amber Holsey
Johanna Saddler
Mère de Leet Saddler
Mai Sun
Petite amie de Liang Tsao
Chad Stoneford
Demi-frère de Yuki Icesoul
Vladimir Dragomirov
Ex du chef des rebelles



 

Partagez|

A last gallop towards our death - Daryl Deakin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
.
MessageSujet: A last gallop towards our death - Daryl Deakin Sam 7 Sep - 22:01

Daryl Deakin
En bref et en gros ♪
Noms: Deakin
Prénom: Daryl
Age: 21 ans
Taille: 1m85
Poids: 77 kg
Sexe
Origine: Française.
Clan: Partie réservé aux Administrateurs ♥
Loisir: Monter à cheval, s'entraîner, les fléchettes.

Epoque d'origine: XVe siècle.
Centre d'intérêt: Vaincre la pauvreté, aider les plus miséreux, gagner le plus de guerre, servir sa patrie.
Aime: Les balades à cheval, l'entraînement, l'aube, le soleil levant, les sourires, la neige, se battre à l'épée de façon loyale, la loyauté donc, les épées, les retours de guerre et leur beuveries, les hommes mais il le cache bien.
Deteste: Les menteurs, les personnes déloyales, la pauvreté, les tyrans, les guerres inutiles, son père, les maladies, être impuissant face à une situation, les gens hautains.
 The war is won 

La terre était encore fumante, les fleurs mourraient lentement sous les cadavres des soldats, le ciel devenait rouge alors que le soleil se couchait. Ouvrant doucement ses paupières, ses yeux ambrés purent voir les morts jonchant le champ de bataille, peu de personnes tenait encore debout, et ces dernières achevaient les récalcitrant du camp adversaire. La France avait gagné, Daryl avait gagné. Du haut de son mètre quatre vingt-cinq, il avait toute une vue sur leur victoire morbide, un carnage à l’état pur. Baissant le regard, il vit ses mains recouvertes de sang, mais pas le sien, en fixant un peu plus bas, le sol, il vit son glaive tâché de sang qui reposait à ses pieds. Malgré les tâches rougeâtre, son reflet était encore réfléchit par l’arme. Son père lui avait toujours dit qu’une arme étincelante était la meilleure des armes. Mais ce qu’il vit dans sa propre arme le dégoutta. Ses cheveux courts aux couleurs de la praire étaient eux aussi touché par le sang, son visage fin laissait apparaître des traces de fatigue et de légères balafres et aussi des éclaboussures vermeils, quoi de plus normal après une longue bataille. Daryl n’aimait pas cette vision de lui-même, le sang versé par ses ennemis n’était pas sa première préoccupation, il savait juste qu’il avait besoin de le faire couler pour sauver d’autres vies. Son dos se courba vers l’avant et ainsi il put ramasser l’épée, retenant de peu son foulard pourpre qui s’était décroché de son épaule. Une fois redressé, l’arme dans son fourreau, son foulard renoué et ses gantelets réajusté, il se mit en marche. Où ? Vers le camp, comme tout bon chien dressé, il rentrait à la niche après le combat. Pendant sa marche, il ne pensa à rien, seulement à rentrer, mais son plastron grinçant, ses épaulettes massives, son ceinturon et ses bottes de fer bruyante le ramenait à la réalité à chacun de ses pas : il aurait beau rentrer, qui sait quand il devrait remettre son armure pour repartir en guerre, mais surtout. Où ?

We will fight to the death

Aucune parole, aucun murmure, seuls les sabots des chevaux résonnaient lorsqu’ils frappaient la terre, faisant voler des morceaux de cette dernière, arrachant les derniers brins d’herbe encore vert de ce futur cimetière qu’était ce champs. Pas de repos, pas de retour possible, ils prirent enfin place au milieu de l’aire. Le front de cette armée était composé d’une cinquantaine de cavalier, lances et armoiries en mains, à leurs arrières près du double de soldat à pieds se tenaient prêt. Leurs ennemis arrivaient au loin, les chevaux sentaient l’atmosphère brûlante, ce qui les rendait instables, certains reculaient en hennissant, bousculant d’autres, mais finalement, aussi bien les montures que leurs cavaliers restèrent en place, le temps de reculer avait disparu. La ligne ennemie prit finalement place, ils étaient plus nombreux, pas de beaucoup, mais ils l’étaient.

Un homme se détacha de la ligne de front, longeant celle-ci, il finit par prendre la parole. Son ton était emplit de confiance, ses paroles était déterminés et sans failles. Daryl était né en meneur, mais il avait toujours su respecter ses supérieurs, mais en ce jour, il était le plus haut gradé et dans ses mains reposait la vie de ses soldats. Lui et son cheval firent plusieurs fois la longueur de la ligne d’attaque, donnant à ses hommes tout le courage à avoir pour cette bataille. Il savait très bien que tous ne s’en sortiraient pas, mais que chacun d’eux présents pouvait changer l’issue de ce combat. Une grande responsabilité pour une grande bataille.

La peur était mise de côté, seul la soif de vaincre faisait surface. Levant son glaive vers le soleil, Daryl se mit face aux soldats ennemis. Son cheval  se cabra alors, et lorsque ses sabots touchèrent de nouveau le sol, sa course débuta. Suivit par les cavaliers, les soldats et lanciers, la poussière vola à travers champs. Et de l’autre côté de la plaine, l’ennemi se mit aussi en route. Lorsque les deux camps se rencontrèrent, beaucoup tombèrent, volèrent et moururent sur le coup. La collision était brutale, les hommes massacrés, mais Daryl ne flancha pas, traversant le front adversaire, son épée se planta à plusieurs reprise dans les corps  d’hommes qu’il ne connaissait pas. Plus d’une flèches vint s’apposer dans son épaule, dans sa jambe ou sa cuisse, mais rien n’y faisait, seul avancer était pour lui important.

 Les cris transperçaient l’air, les bruits de chute résonnaient, la mort régnait. La bataille dura jusqu’au coucher du soleil, jamais Daryl ne tomba, malheureusement son étalon fut tuer par un soldat, cela était courant en ce temps. Son glaive pourfendit un dernier corps, et en voyant cet homme mourir par sa main, il se rappela pourquoi il faisait ça. Pourquoi ses mains devaient ôter la vie. Pourquoi il se levait chaque matin les mains couvertes de sang d’inconnu. S’il faisait cela, c’était pour sa patrie, son pays. Jamais il n’avait prit de vie par plaisir, à chacun de ses assassinats, il pensait aux enfants mourant de faim, au parent suant eau et sang pour ramener un morceau de pain pour le dîner et à ses frères d’armes donnant leur vie pour la même cause.

Le soleil finit par se coucher, emportant avec lui les derniers soupirs des soldats adversaires. Marchant en évitant les cadavres, Daryl regardait droit devant lui jusqu’à ce qu’une main l’empoigne à la cheville, baissant son regard vers son porteur, il vit un soldat ennemi, mourant. Le jeune chevalier soupira et sortit son glaive de son fourreau et dans une petite prière, acheva l’homme. Pas d’envie meurtrière, juste de la pitié humaine. Mais il ne s’arrêta pas à ce geste devenu quotidien, beaucoup de ses soldats, de ses amis avaient besoin de lui, il se pressa à ramener les blesser les plus graves au camp, féliciter ceux encore debout et soigner ses propres blessures.

Le lendemain soir, les soldats se retrouvèrent tous à la taverne du village le plus proche du clan. Ils fêtèrent comme il se doit cette victoire avec de l’alcool, de la nourriture à foison et des femmes. Du moins pour la plupart des hommes, mais pas pour Daryl. Il but, mangea, mais ne regarda aucune femme et vint même à en repousser plus d’une. Avalant sa dernière chope, il sourit en la reposant, après avoir capté le regard de l’un de ses amis, lui aussi souriant. La soirée prit fin dans la matinée, chacun l’avait finit à sa manière, celle de notre jeune soldat restait un mystère pour tous. 

 This is it the apocalypse 

« Nous mourrons seuls » Ovide
Un début de vie tout à fait normale pour un garçon tout à fait normal. Né en 1410, Daryl avait toujours vécut dans un village de campagne avec son père, sa mère et sa petite sœur. La seule chose qui pouvait le différencier aux autres garçons de son âge, fut son nom de famille : « Deakin ». Ce dernier venait de son père anglais, déporté en France pour affaire et ayant décidé d’y rester après avoir rencontré sa mère et s’être marié, fondant ainsi une famille.  Mais tout bonheur a une fin, et en l’an 1420, une terrible maladie emporta la mère et la sœur du jeune garçon, le laissant pour seul famille, son père.  

Toujours aussi banale, sa vie rebascula de nouveau cinq ans plus tard. Personne, ni son père, ni lui n’aurait pu présager cela. Un jour, alors que son père se rendait dans la grange familiale avec pour but d’amener du foin aux chevaux, qu’elle ne fut pas sa surprise, que dis-je, son horreur en voyant son fils, allongé dans les bras d’un autre garçon, là, dans la paille. Rien de bien méchant pour notre époque, un garçon avec un autre garçon, ne faisant rien de bien méchant dans ce foin, échangeant juste un chaste baiser, mais pour la leur, cela relevait du sacrilège. Horrifié, son père se mit à leur hurler dessus, renvoyant l’ami de son fils chez lui en manquant de l’embrocher à coup de fourche. Une fois seul avec son fils, il lui demanda ce qui se passait dans son esprit, par quel mal était-il tourmenté, ou encore était-ce la mort de sa mère et de sa sœur qu’il avait choqué à ce point. Mais rien ne fut, Daryl finit par avouer à son père son attirance pour ceux de son sexe, et cela depuis toujours. N’en revenant guère, son père se mit à faire les cent pas dans la grange puis s’arrêta et ordonna à son fils de rentrer dans leur chaumière. Après qu’ils se soient tout les deux installé face à face près de la cheminé, le chef de famille se mit à parler avec un ton grave. Ils parlèrent ensemble une bonne partie de la nuit, le père de Daryl lui expliqua que cette déviance était très mal vue, incomprise et voir à peine de mort. L’amour que portait le père à son fils allait plus loin qu’une simple orientation sexuelle, et  cela malgré l’époque. Dieu ne permet pas cela, mais permettrait-il à un père d’abandonner son fils ? Continuant leurs vies, le père et le fils gardèrent donc le secret dans le plus total des silences.

Et le jeune garçon devint un homme l’année suivante, s’engageant dans l’armée du haut de ses seize ans, son quotidien bascula brutalement, passant du foyer chaud à la boue nauséabonde, aux armes mortelles et aux entrainements épuisant. Petit à petit, Daryl devint un chevalier chevronné et respecté. Montrant preuve de bravoure, de courage et de force, lors de son vingtième anniversaire, il se vit confier un petit bataillon d’infanterie d’au moins une centaine d’homme.

Ce fut cette même année qu’il rencontra une jeune femme du doux nom de Jeanne. Une vraie tigresse guerrière, aussi doué au maniement d’une épée qu’à la tactique. Il eu un vrai feeling entre ces deux combattants, et vite, ils se mirent à se battre côte à côte. Le nombre de fois qu’ils avaient pu se sauver mutuellement la vie ou encore fêter leurs nombreuses victoires, ne se comptait plus sur les doigts de la main -ni ceux des pieds, du reste. Un soir après une bataille qui faillit coûter la vie à Daryl, l’homme alla se poster à genoux devant la femme. Son poing droit sur le cœur, l’épée planté dans le sol et le visage baissé, il jura à ce moment allégeance et serment devant cette femme, qui une fois de plus, venait de sauver la vie à lui et ses hommes.
Daryl ne pensa pas que son serment allait prendre aussi vite effet, mais lorsqu’il apprit que son amie fut capturée et ne voulant mettre la vie de ses hommes en danger, il partit seul dans l’unique but de sauver cette dernière.

Ce fut la seule et la dernière erreur qu’il commit. A peine l’enceinte du donjon où elle était emprisonnée franchit, qu’une centaine d’homme armé le prit par surprise au détour d’un couloir. L’homme qu’il était n’allait pas laisser tomber ainsi, il se battit, tuant une dizaine des geôliers. Mais un coup rapide au niveau de son crâne lui fit perdre connaissance.
Son réveil ne fut pas agréable, le gout du sang dans sa bouche, l’eau de pluie perlant sur son visage et le sol froid du cachot où il se trouvait lui fit prendre conscience de la réalité. Il ne savait pas combien de temps il resterait dans cette prison, mais la seule chose qui réussit à le déprimer était son échec. N’ayant pas pu sauver Jeanne, il rompit par la même occasion son serment. Pitoyable.

Son attente fut de courte duré, les bruits des couloirs miteux du donjon lui apprit la pire nouvelle possible : la mort de la chevalière d’Arc. Se laissant dépérir, quelques jours après la mort de la jeune femme, on vint chercher le jeune guerrier. Un sac cachant son visage, deux geôliers le trainèrent jusqu’au devant une estrade. Et lorsqu’il put voir de nouveau la lumière, ses yeux s’écarquillèrent. Devant lui se trouvait une centaine de villageois et il comprit ce qui se tramait quand une corde se noua autour de son cou. Ces gens étaient venus admirer son exécution. Un homme prodigua quelques paroles, mais Daryl ne les écouta pas, son esprit préférant se diriger vers le soleil levant. Une toute dernière fois, il put voir le soleil, une toute dernière fois, il put prier dieu. Il pria, oui, son dernier souhait fit de retrouver celle pour qui il allait perdre la vie et ainsi accomplir son serment.

Et une toute dernière fois, le soleil se coucha brutalement lorsque la trappe le reliant à la vie tomba.

EN IRL ♥!
Et vous, donc, qui êtes vous ?
Votre pseudo: Dédy ♪
Votre Age: 17 ans
Expérience RP: 2 ans
Un avis sur le forum ? °_°
Comment tu nous a connu ? °_°²
Un commentaire ? °*°
Parrain °*°²
Code du règlement: Validé par Hurlement Sauvage ♪

Fiche codé par Aetyhs, aussi appeler Lumière du jugement. Reproduction interdite en dehors de Né-Andarta



Dernière édition par Daryl Deakin le Sam 14 Sep - 17:46, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: A last gallop towards our death - Daryl Deakin Dim 8 Sep - 15:34

Je t'aime *.* rien parce que tu as mis la musique de 30 seconds to mars <3

Bienvenue! Enfin... REbienvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas

.
MessageSujet: Re: A last gallop towards our death - Daryl Deakin Sam 14 Sep - 18:20

Okay alors... ben code bon, règlement signé et fiche correcte, pas besoin de faire long, tu connais la procédure. Je te valide alors pour la douzième fois. Comme nous avons dit celui-là ira chez les Trèfles.

_________________
#660000/#990000, you see ?


Par Cauchemar Carnassier

More ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.
MessageSujet: Re: A last gallop towards our death - Daryl Deakin Aujourd'hui à 23:53

Revenir en haut Aller en bas

A last gallop towards our death - Daryl Deakin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Commande Death at Koten» Cities of Death» Mes Death Skullz» Death Guard contre Crimson Fist de Tarkand» [Validée]Death The Kid
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Fiches Validées :: Trèfles-