21 pts30 pts25 pts41 pts28 pts


Rumeurs
• Il parait qu'Ordre Funeste déteste les instruments de musique car son frère Lumière jouait du piano très fort à l'heure de sa sieste quand il était petit.
• On raconte que lorsque vient la pleine Lune, on peut voir des Dryades dans la Forêt...
On murmure que LA SAINTE LAME NOM DE DIEU C'EST PAS RIEN est caché dans le Sanatorium... Et que celui qui prendra cette épée pourra commander au vent et vaincre les dieux... Info ou Intox ?
• Il se dit dans les couloirs du panthéon que Flore Ravageuse userait de rambourage pour améliorer ses formes.
Autres Rumeurs.
Notifications
• Pluie et nuage sont annoncé, avec des orages fréquents. Pensez à rester couvert et à l'abri de l'humidité qui favorise [b]les maladies.[/b]
• La forêt et la Ville sont affecté par la Pluie : la forêt est renforcée, les plantes semblent plus dangereuses et plus agressive.
• En ville, les monstres ont tendances à se montrer moins fréquemment à cause de la pluie.
• Le Monstre de Sable a disparu.
• Votre personnage peut être atteint de la fièvre Néandertalienne à cause de l'humidité. Cela peut être de votre volonté... ou de celle du staff. Son prochain rp devra être écrit dans un état fébrile, nauséeux. Votre personnage aura du mal à se concentrer et à communiquer avec autrui. Cette fièvre peut durer une semaine... Et peut entraîner la mort. La maladie croit en puissance les trois premiers jours, puis sa puissance diminue avec le temps.
Les Liens du Sang
Innokentiy
Fils de Evangeline
Sharon Chilton
Soeur de Sylver Gelidus
Merry Shark
Soeur de Seth Shark
L'Ingénieur
Meilleur Ami d'Atsuki Sengo et As de Trèfle.
Drusilla Giovanni
Ennemie d'Alexandro Derrechi
Maria Selimont
Amie de Sullivan Gordon et ancienne As de Trèfle.
Ruby Holsey
Soeur de Amber Holsey
Johanna Saddler
Mère de Leet Saddler
Mai Sun
Petite amie de Liang Tsao
Chad Stoneford
Demi-frère de Yuki Icesoul
Vladimir Dragomirov
Ex du chef des rebelles



 

Partagez|

Amber H. Holsey ❦ Broken puppet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

.
MessageSujet: Amber H. Holsey ❦ Broken puppet Mer 11 Sep - 21:13



Amber Helen Holsey
Mince extrait d'un dossier éparpillé parmi les documents de la mairie balancée sur le Plateau. Des termes ont été effacés, d'autres semblent avoir été rajoutés récemment.







Généralités❖Une page arrachée.

Nom(s) : Holsey
Prénom(s) : Amber Helen
Âge : Seize ans.
Taille : Un mètre et cinquante-cinq centimètres.
Poids : Quarante-et-un kilogrammes.
Sexe : ▊▊▊▊▊
Nationalité : Anglaise
Loisir(s) : J'aime la lecture et entrenir mes roses. Mais ça ne le dites pas à Mère.
Centre(s) d'intérêt(s) : Je veux connaître le Monde et le rendre aussi beau que Mère l'est.
Aime : Je porte un amour incommensurable à Mère et à Ruby. À côté, j'aime la Beautée et ne me sépare jamais de mes précieux ciseaux.
Déteste : Je déteste la Laideur et j'ai horreur de porter de longues robes comme celles de Ruby.
Epoque d'origine : XVIII Contemporaine
Clan : A la tete des Coeurs ♥




Physique ❖ Une page à moitié déchirée et une affichette avec une photo.

Rapport n°▊▊-▊ par le docteur ▊▊▊▊▊▊
Cela fait peu de temps que le sujet n°▊▊ est interné ici, et je ne cesse d'avoir des surprises. L'établissement avait déjà par le passé reçu des patients atteint de pathologies schizophréniques découlant d'un choc physique ou mental, qui venait à se mettre dans la peau d'un personnage historique ou célèbre jusqu'à prendre leur apparence et leur psychologie. Mais le sujet n°▊▊ reste dans ce domaine une nouveauté remarquable.

Le sujet ne se prend pas pour quelqu'un d'autre, c'est simplement comme s'il était d'une autre époque. Le plus évident sont les vêtements qu'il avait à son arrivée, et qu'il refuse de retirer : un costume bleu et blanc qui peut faire penser à ceux que portaient les anglais du XVIIIème siècle. Une recherche plus approfondie a montré qu'il s'agit plus précisément d'un costume similaire aux poupées de porcelaine des décennies précédentes (modèle masculin). Aucune étiquette, marque ou numéro de série n'a été trouvé sur le tissu, laissant pensé qu'il a été conçu sur-mesure.
Mais les similitudes avec les jouets mentionnés plus haut va plus loin encore.

Le sujet possède une constitution relativement faible, que ce soit dans son ossature que dans sa résistance physique. Nous passerons brièvement sur ses caractéristiques tel que sa peau parfaitement blanche (le choc physique étant à la source de l'hospitalisation du sujet (cf. d▊▊sier ▊▊-▊) a démontré que les blessures ont eu une répercution bien plus profonde qu'elle n'aurait dû avoir sur un autre sujet du même âge ; la cicatrisation est plus lente que la moyenne et les traces de coups restent visibles plus longtemps), m▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊─

[...]

Nous avons réussi à endormir le sujet et avons pu étudier son œil gauche. Il s'agit d'une matière utilisée dans la confection de poupées. Aucune marque ni numéro de série n'y est inscrit et laisse donc penser qu'il a été fait sur-mesure au même titre que ses habi▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊─

***

[AVIS DE RECHERCHE]
Nous faisons appel à l'attention publique afin de nous aider dans les recherche d'un jeune sujet de l'établissement psychiatrique ▊▊▊▊▊▊▊▊▊ ▊▊▊▊▊▊▊.
Il s'agit d'Amber H. Hosley, seize ans, de sexe ▊▊▊▊▊▊▊.
1m55 - type européen – cheveux mi-longs/châtains foncés – porte des vêtements bleus et blancs type XVIIIème siècle/chapeau haut-de-forme plat – œil droit : vert foncé/œil gauche (faux) : rouge. (cf. photo ci-dessus)
Le sujet détient une paire de ciseaux (argentées, gravures dorées sur les manches) est potentiellement dangereux en cas de mauvaise approche et si vous le voyez, vous ne DEVEZ PAS entrer en contact avec lui. Contactez l▊▊▊▊▊▊▊▊─



Mental ❖ À la suite, deux feuilles tout juste attachées avec ce qui était une agraphe.

Dossier d'Amber H. Hosley
Rapport n°▊▊-▊ par le docteur ▊▊▊▊▊▊
Le sujet n°▊▊ était hospitalisé tout d'abord pour des raisons de santé physique(cf. Rapport n°▊), mais il s'est avéré que le problème est plus profond que ça. Le sujet semble totalement déconnecté de la réalité : maniéré, il agit et parle comme un noble des siècles passés. Et ça ne touche pas son vocabulaire : bien que cultivé et relativement vif d'esprit, la majorité de ses connaissances sont erronées, comme si elles s'étaient arrêtées à plusieurs décennies auparavant.
Une étude (n°▊▊ secteur ▊ ; cf. dossier ▊▊) a démontré qu'il n'a aucune notion vis à vis des technologies dites nouvelles (allant de la plus vieille télévision au plus récent des ordinateur) qui semblent, toutefois, l'intriguer comme l'effrayer.

Le sujet présente également une obsession maladive à l'esthétisme. Pas un seul instant ne se passe sans qu'il ne contrôle ses vêtements mais surtout, selon lui la peau, les yeux et les cheveux doivent suivre un protocole très stricte comparable aux poupées de porcelaine qui ne sont plus commercialisées à ce jour.
Suite à cette analyse, le sujet a été transféré à la section psychologique ▊-▊.

NOTE : Il est fortement déconseillé aux médecins proches du sujet de le sous-estimer dans ses réactions. Jusque là, il s'est montré malgré sa peur évidente, aimablement calme et doté d'un sang-froid à toute épreuve, accentuant sa taciturnité ; mais je me dois de vous mettre en garde envers ses airs séraphiques :
─ le sujet possède une vieille paire de ciseaux qu'il refuse catégoriquement de céder et des gestes étudiés comme potentiellement violents ont été répertoriés lors de tentatives de prise de l'outil par la force. Il ne s'en est toutefois jamais servi, de quelque manière que ce soit.
─ tenter de retirer les vêtements du sujet est aussi proscris. Une analyse du sang prélevé sur le tissu nous a conduit à Madame ▊▊▊▊▊ ▊▊▊▊ Hosley, retrouvée décédée suite à des blessures par arme blanche, à son domicile à ▊▊▊▊▊▊▊▊▊ (cf. ▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊). Il est impossible d'écarter le sujet des éventuels suspects en cas d'assassinat. Un examen est en cours concern▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊──



Histoire ❖ Une lettre presque en bon état à l'écriture soignée, mis à part la fin qui est recouverte d'encre.


Bonjour,
Je me présente, je suis Amber Helen Hosley. Je sais sciemment que personne ne lira ces lignes mais je ressens le besoin d'écrire ce qui, depuis maintenant plusieurs jours, torture profondément mon être ; de telle sorte que j'en vois mon sommeil agité de cauchemars douloureusement insoutenables. Je crois même ne plus dormir et qui plus est, là où je suis, le temps s'égraine avec une lenteur devenue insupportable et si je ne l'occupe pas, mon esprit plongera définitivement dans une démence sans nom.
Peut-être y aura-t-il des erreurs de rédaction et des incohérences et dans ce cas, quand bien même vous n'existeriez pas, veuillez accepter mes plus sincères excuses. Mes sens et ma mémoire semble se jouer de moi alors sachez simplement que je vais mettre là toute la bonne foi qu'il m'est possible de donner.

J'ai pour parents ▊▊▊▊▊ ▊▊▊▊ Hosley et ▊▊▊▊ ▊▊▊▊▊▊ Hosley, tout deux anglais. J'avoue présentement ne plus me souvenir de ma date de naissance au même titre que mon adresse, je sais juste avoir vu le jour au sein d'un manoir que je n'ai jamais quitté, logé au fin fond d'une région reculée de l'Angleterre. Je n'ai jamais connu mon père, et Mère ne nous a jamais dit comment et pourquoi était-il parti, ni même s'il n'était pas tout simplement décédé ─ loin de moi l'idée de le souhaiter ─, à moi et à ma sœur jumelle. Cette dernière répond aux doux noms de Ruby Elizabeth Hosley et je tiens à dire, ici-même et en ayant pleinement conscience de la stérilité de mon acte, qu'elle est la personne à qui j'ai porté et porte encore à ce jour un amour plus grand encore qu'il m'est possible d'avoir.

Mère nous a donc élevée seule dans un lieu que je pensais être encore il y a peu, un inommable paradis. Aussi loin que peut remonter mes souvenirs, nous n'avons, moi et ma sœur, jamais quitté le manoir et d'ailleurs, l'idée-même ne nous était jamais venue à l'esprit ; par ailleurs, les portes donnant sur l'extérieur étaient constamment fermées à clef, celle-ci précieusement gardée par Mère ainsi que ▊▊▊, la bonne. ▊▊▊ s'occupait des courses et du ménage, tout comme la préparation des repas et l'entretien du linge et des plantes. Malgré ses tâches que je vois aujourd'hui comme ingrates et indignes de la femme qu'elle était, nous la respections tous.

Dès notre plus jeune âge, Mère nous a toujours donné une éducation que je pense encore tout à fait normale, bien que je n'ai pas la moindre idée de comment se déroule celle des autres enfants. Nous devions nous tenir droits et marcher d'une manière précise. Nous devions parler avec des mots précis et apprendre à se comporter différemment selon le rang social de notre interlocuteur, tout comme selon si nous nous trouvions dans un lieu public ou non, à table, et j'en oublie. En parallèle, je recevais des cours de violon tandis que Ruby se faisait enseigner le piano.  Mais le plus important de notre temps s'écoulait dans les études : mathématiques, langues natale, histoire et géographie. Nous l'apprenions de livres usés tous soigneusement alignés sur les immenses étagères de la bibliothèque dans laquelle, malgré les années passées à l'intérieur, jamais nous n'étions arrivés à en éplucher tous les documents tant ils étaient nombreux.
En revanche, d'après ce que j'ai pu lire, nous ne recevions aucune éducation sportive, sans doute compensée par notre régime alimentaire tout aussi rigoureux que le reste.
Nous étions obéissants, et même si nous étions réprimandés sèchement en cas d'erreur, jamais Mère ─ ni personne ─ n'a levé la main sur nous.

Mais avant tout, Mère portait une attention évidente à notre apparence.
Elle veillait à ce que notre peau soit d'une blancheur parfaite, que nos cheveux soit parfaitement coiffés ainsi que propres, et nos vêtements soient mis de façon parfaitement précises. Cela allait même plus loin : Ruby n'était vêtue que de robes strictement longues et complexes, assorties à une multitudes de bonnets différents qu'elle changeait chaque jours pour tenir ses cheveux infiniment longs lui tombant au niveau des chevilles. Ruby était une figure féminine à l'état pur.
Quant à moi, je représente l'opposé parfait. Prenant l'allure d'un jeune garçon, je revêt un costume composé notamment d'un pantalon me serrant sous les genoux, ainsi que d'un chapeau haut-de-forme « plat » changé également selon la journée. Je suis une figure masculine.

Nous étions des poupées de porcelaine grandeur nature.

Mère nous apportait nos habits, soigneusement choisis à l'avance, chaque matin, et venait elle-même nous vêtir sans que l'on ait à bouger, et ce depuis notre naissance jusqu'à cette semaine.
Puis quand nous n'avions ni de cours ni de repas à prendre, Mère nous enfermait dans notre vaste chambre où nous prenions sagement le thé ou lisions divers contes fort distrayants. Mais je dois vous faire une confession : nous nous plaisions aussi, sans que Mère ne le sache, à l'entretien des roses peuplant nos appartements. ▊▊▊, très gentille, nous avait offert secrètement un petit arrosoir et une paire de ciseaux. Le premier revint à Ruby et j'héritais du tranchant petit outil, parcouru de magnifiques gravures complexes, que Mère redoutait tant par peur que l'on se blesse. Il est d'ailleurs, encore à ce jour, l'objet auquel je tiens le plus au monde. Et quand nous avions fini ou que les pas de Mère se faisaient entendre, nous cachions le matériel sous notre lit. Je sais de valeurs sûres qu'elle ne s'en est jamais aperçue ou je ne serais pas là aujourd'hui.

Maintenant que je l'écris, je réalise que je me souviendrais toujours de ▊▊▊. Jeune, elle avait pour nous un amour différent de celui de Mère. Le sien m'avait toujours paru étrange, et y ayant dorénavant réfléchi, je pense pouvoir affirmer qu'il était tout simplement plus « humain ». C'est donc sans doute par inquiétude, ou pitié peut-être, qu'elle restait prendre soin de nous comme une seconde mère plutôt que de partir comme les autres domestiques par le passé.
Notre vie était parfaite jusqu'à il y a peu.

Tout commença quelques jours auparavant. Mère montrait depuis quelques temps une nervosité inexpliquée à notre égard mais, n'étant pas la première nous pensions qu'elle passerait comme toutes les autres. N'y songeant déjà plus dans l'après-midi, Mère vint, pour notre plus grand plaisir, nous apporter notre thé à la place de ▊▊▊, que je n'avais d'ailleurs pas vu depuis quelques temps. Quand Mère fut sortie nous avons bu comme à notre habitude, puis comme touchée d'une balle, je vis Ruby s'effondrer sur le sol. Je ne vous cache pas qu'une rare panique m'a pris au ventre et dans un élan d'incompréhension, j'ai tenté de me lever, sans succès : ma poitrine fut brusquement comme lestée de plomb, et je ne me souviens de rien par la suite, sans doute étais-je tombé inconscient.

Je serais incapable de dire combien de temps nous sommes restés « endormis ». Cependant, à mon réveil, je me trouvais toujours dans notre chambre au détail près que j'étais sagement allongé sur notre lit. Une gêne subsistait en moi mais, soucieux de ma jumelle, je l'ignorais et à la place, découvrais Ruby éveillée à mes côtés et quand nos regards se croisèrent, le sentiment mutuel de confusion ressenti à cet instant était si fort qu'il en était presque palpable. Son œil droit, plutôt que d'aborder ses habituelles couleurs profondément verte, était affublé d'un globe oculaire de verre ordinairement destinée aux poupées de porcelaine, orné d'une iris rouge. Il me fallu peu de temps pour me rendre compte qu'il en était de même pour mon œil gauche.

Je ne saurai jamais qui a réalisé l'opération, simplement que Mère l'avait décidé et c'était d'ailleurs, tout à mon honneur. Mère voulait que nous devenions plus parfaits encore. Je suis allé la voir et j'ai parlé avec elle, sans que Ruby ne vienne pour une raison qui m'échappe encore aujourd'hui. Mais plutôt que d'un discours, Mère m'a emmené dans une pièce à l'autre bout du manoir et je crois bien qu'il s'agissait là d'un des plus beaux jours de ma vie. Au centre de la salle se trouvait ▊▊▊, immobile et plus belle que jamais : par absence de flux sanguin sous sa peau, celle-ci était parfaitement blanche, contrastant avec sa robe sombre et surtout, son visage était illuminé par ses yeux, identiques à mon globe oculaire gauche. Par ailleurs, Mère m'expliqua qu'il aurait été dangereux de remplacer nos deux yeux dans une même démarche chirurgicale et je me souviens avoir sourit à cette nouvelle. Mère ne veut que notre bonheur.
À ce moment, je me mis à réfléchir.

Mère veut que nous soyons heureux, comme ces poupées souriantes et paisibles sur les étagères. Mais que faisons-nous pour Mère ? Mère est une femme magnifique et généreuse, mais sans cesse rongée par l'angoisse qui découle de la volonté de faire nous des enfants baignant constamment dans un bien-être profond. L'anxiété, la peur, la colère ; tant d'émotions qui rendent les personnes laides et repoussantes. N'ai-je pas raison ? Je voulu alors offrir à Mère le bonheur qu'elle méritait.
Nous en arrivons à cette semaine. Mère nous apportait notre thé habituel et prétextant une envie fantaisiste de bien faire, je l'invitai s avec nous. Elle comme Ruby, à qui je n'avais pas parlé de mes projets, n'ont pas semblé comprendre sur l'instant mais j'insistais. Mère céda plus vite que je ne l'aurait pensé et je remplis moi-même élégament sa tasse ─ d'ordinaire destinée à la poupée-jouet dans notre chambre ─ et m'excusant d'avoir au passage accidentellement renversé le sucrier, j'allais le redresser en y ajoutant furtivement un ingrédient spécialement pour Mère. J'espère qu'elle me pardonnera d'avoir agis de façon si subreptice mais tout n'était que pour son bien. Ceci fait j'ajoutais ce qu'il restait à son thé et nous reprire tous ensemble notre conversation.

Mais rien ne se passa comme prévu.
J'avais sous-estimé les doses de poison et Mère ne fit que tousser violemment puis, se rendant compte de la supercherie, elle entra dans une folie qui m'effraie encore rien qu'au fait d'y penser. Des larmes se déversèrent sur ses joues pendant qu'elle hurlait des paroles que je n'écoutais pas. Elle était devenue laide, alors, il me fallait agir vite.
Je suis aller saisir ma paire de ciseaux dissimulée sous notre lit.
Je vous aime, Mère.
Et je vous aimerais toujours.
Ce jour est à jamais gravé dans ma mémoire. Une multitudes de roses d'un rouge pur fleurissaient sur le corps inerte de Mère. Délicatement, je l'ai tiré jusqu'à sa chambre et l'ai hissé sur ses draps. Elle était splendide. J'ai soigneusement détaché le collier, où était supendu l'unique clef du manoir, à son cou et l'ai accroché au mien. Je suis ensuite retourné dans nos appartements, mais je fut troublé de constater que Ruby avait disparue.

J'ai commencé à la chercher et j'atterris dans le hall d'entrée et c'est là que se fit l'acte le plus important de toute mavie. Je ne sais pas ce qui m'a pris, mais je ne pus m'empêcher de m'arrêter devant la porte menant à la sortie. Un innomable sentiment mêlant curiosité, crainte et satisfaction me fit brusquement tourner la clef dans la serrure. J'eus un temps de doute et de réflexion, puis je poussais le lourd battant.
Une lumière trop vive pour mes yeux et ma peau me frappa au visage. Devant me faire de l'ombre avec mon bras, je parvins tout de même à poser un pied dans un monde totalement nouveau et connu seulement depuis les livres. Sans faire le moindre pas, je vis tout d'abord de nombreuses collines et des prairies délaissées et des arbres çà et là. Une peur vertigineuse vint me faire tourner la tête. J'ai, à ce moment-là, réalisé que je Monde existait bien au-delà du manoir et des documents écrits. Mais ça, Mère n'avait jamais voulu que nous y accédions et nous l'acceptions.

Puis j'ai entendu un grondement affreusement inhumain. J'ai voulu rentrer mais, je fus pétrifier en voyant surgir de dernière une bute une chose bruyante et rapide qui fonçait sur moi.
Je fus percuté par la chose et perdis connaissance sur le coup.
Je me suis réveillé ici. Le choc fut grand, mais je survécu. Il y a en ce lieu tout un tas gens étranges manipulant des objets étranges avec un langage étrange. Il s'agissait en vérité d'un hôpital, mais comme d'un autre monde. J'ai aussi appris que la chose m'ayant heurté était une voiture, mais comme je n'en avais jamais vu : arrondie et en métal, qui avance sans le moindre cheval.

Je suis en vie mais j'ai perdu l'usage de mes jambes. Qui plus est, je n'ai pas la moindre idée où se trouve Ruby. J'ai voulu aller la chercher, mais des hommes inconnus, grands et laids, m'ont retenus ici  pour m'entourer d'outils forts bizarres. Lumineux, et bruyants.
J'ai peur. Mais mon seul réconfort est ma paire de ciseaux que j'ai toujours sur moi. Êtes-vous heureuse, Mère ?
Mais je ne suis pas satisfait.
Je veux que tout change.
Je veux pouvoir marcher à nouveau.
Je veux retrouver Ruby. Ma douce et adorable Ruby.
Je veux connaître le Monde.
Je veux que le Monde soit beau.
Je veux▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊▊ ─




De l'autre côté du miroir {?}


Votre pseudo : Au-dessus de l'avatar.
Votre Âge : Peut-être.
Code du règlement : Validé par Hurlement sauvage ♪
Expérience RP : Je sais plus, presque quatre ans ? ...
Un avis sur le forum ? 'l'est beau. Et la troisième tête du Panthéon a franchement la classe.
Comment tu nous as connu ? Par espionnage.

Un commentaire ? Mangez du nougat.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: Amber H. Holsey ❦ Broken puppet Mer 11 Sep - 21:37

Eh bien, en voilà un(e) petit(e) roi/reine -ça va me saouler à la longue, ça. >>- bien "mignon(ne)" !
Bon, j'ai bien parcourue la fiche, y'a rien à dire à part que c'est super ? '_'
Donc, après concertation avec moi même -et ton alter égaux deifique ('l beau mon joli terme ?)-, je te nomme  roi des piques. ... ah, oui, euh, Raphaël ? Ah.. Ah ! Roi des cœurs ! Enfin, ou reine... ... à la tête du clan Coeur.
Eeet... C'est tout.
Revenir en haut Aller en bas

Amber H. Holsey ❦ Broken puppet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» (LIBRE) AMBER HEARD ♆ hell is empty, all the devils are here» Earthquake Relief Where Haiti Wasn’t Broken» MILEY-AN ► amber riley» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34» Amber Ownes [Soeur d'Alex Ownes]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Fiches Validées :: Coeurs-