21 pts30 pts25 pts41 pts28 pts


Rumeurs
• Il parait qu'Ordre Funeste déteste les instruments de musique car son frère Lumière jouait du piano très fort à l'heure de sa sieste quand il était petit.
• On raconte que lorsque vient la pleine Lune, on peut voir des Dryades dans la Forêt...
On murmure que LA SAINTE LAME NOM DE DIEU C'EST PAS RIEN est caché dans le Sanatorium... Et que celui qui prendra cette épée pourra commander au vent et vaincre les dieux... Info ou Intox ?
• Il se dit dans les couloirs du panthéon que Flore Ravageuse userait de rambourage pour améliorer ses formes.
Autres Rumeurs.
Notifications
• Pluie et nuage sont annoncé, avec des orages fréquents. Pensez à rester couvert et à l'abri de l'humidité qui favorise [b]les maladies.[/b]
• La forêt et la Ville sont affecté par la Pluie : la forêt est renforcée, les plantes semblent plus dangereuses et plus agressive.
• En ville, les monstres ont tendances à se montrer moins fréquemment à cause de la pluie.
• Le Monstre de Sable a disparu.
• Votre personnage peut être atteint de la fièvre Néandertalienne à cause de l'humidité. Cela peut être de votre volonté... ou de celle du staff. Son prochain rp devra être écrit dans un état fébrile, nauséeux. Votre personnage aura du mal à se concentrer et à communiquer avec autrui. Cette fièvre peut durer une semaine... Et peut entraîner la mort. La maladie croit en puissance les trois premiers jours, puis sa puissance diminue avec le temps.
Les Liens du Sang
Innokentiy
Fils de Evangeline
Sharon Chilton
Soeur de Sylver Gelidus
Merry Shark
Soeur de Seth Shark
L'Ingénieur
Meilleur Ami d'Atsuki Sengo et As de Trèfle.
Drusilla Giovanni
Ennemie d'Alexandro Derrechi
Maria Selimont
Amie de Sullivan Gordon et ancienne As de Trèfle.
Ruby Holsey
Soeur de Amber Holsey
Johanna Saddler
Mère de Leet Saddler
Mai Sun
Petite amie de Liang Tsao
Chad Stoneford
Demi-frère de Yuki Icesoul
Vladimir Dragomirov
Ex du chef des rebelles



 

Partagez|

◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

.
MessageSujet: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Jeu 12 Sep - 15:46

Un innommable frisson me parcourt l'échine de la même façon que mon estomac semble s'être retourné sur lui-même, une formidable sensation de nausée m’enserrant jusqu'aux poumons. Je prends soudainement une grande inspiration, entourant ma poitrine de mes bras tant il semblerait que je sois resté en apnée des heures durant. Je ne pourrais décrire l'immense panique actuelle qui m'a vidé le crâne, provoquée tout autant par le fait d'avoir frôlé une syncope ─ par ailleurs soudaine et inexpliquée ─ que par l'enchaînement incompréhensible des événements : il y a un instant encore j'étais dans un lit à l'hôpital, et me voilà à l'extérieur, assis contre un mur dans un lieu entièrement inconnu. Tout en reprenant progressivement mon souffle, je détaille les environs avec étonnement : de grands bâtiments semblables à ceux que j'avais découvert dans cette ville nouvelle, mais pour beaucoup partiellement détruits ou même effondrés dans leur totalité.

Mes esprits récupérés, je prends ma paire de ciseaux posée sur mes genoux et me relève soigneusement. Avec dégoût, je constate que mes vêtements ont déjà pris la poussière et je m'empresse de la retirer, réajustant chapeau, nœuds et manches. Par l'absence de miroir, je ne peux voir que mon col et légèrement entrouvert, dégageant à la vue de tous un tatouage de clan dont j'ignore encore l'existence, sagement imprimé à la jonction de mes clavicules. Ceci fait, je balaye à nouveau les alentours du regard à la recherche de, peut-être, un signe ou indice sur le lieu ou ma présence ici, voire quelque chose que je connais. Mais rien, pas la moindre indications ne serait-ce qu'un peu familière si ce n'est le soleil levant.

Je me retourne, et inspecte la bâtisse contre laquelle j'étais adossé, qui semble par ailleurs être l'une des rares à être à peu près en bon état. J'entreprends alors, incertain, à faire le tour, prudemment, doucement. Je veille avec une grande vigilance à chaque emplacement où je pose mon pied, l'idée d'abîmer mes chaussures, rondes et cirées, m'affolant au plus haut point. Je serre des deux mains mes ciseaux contre ma poitrine ; où diable suis-je tombé ?
Et puis, brusquement, je m'arrête dans un sursaut. En tournant à un angle, je tombe sur un homme à mon goût fort grand, mais surtout incroyablement sale ; et ce autant par ses vêtements terreux que par son visage ravagé par une détresse évidente. Il est indéniablement laid, et parfaitement immobile, j'étreins un peu plus mes ciseaux contre moi. Oh, non pas dans l'intention de me défendre, simplement dans le but de me rassurer.

Je ne peux nier que la surprise s'est emparée de moi et c'est le yeux grands ouverts que je fixe l'individu. Qui est-il ? Quelles sont ses intentions ? Est-il à l'origine de quelque chose par rapport à cet étrange endroit ? Quel est ce curieux objet brûlant dans sa main ?
Sans que je n'explique pourquoi, mon regard se déporte l'espace d'un court instant derrière lui, et je crois distinguer entre les rayons naissants du soleil une croix plantée en terre. Une tombe, n'est-ce pas ? Mais bon sang, que se passe-t-il ?


Dernière édition par Amber H. Holsey le Dim 15 Sep - 13:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Dim 15 Sep - 13:18

Alexandro venait de finir son dernier hommage à sa Reine et fumait une cigarette dont le goût âcre lui rapellait la douleur de son coeur. Assis sur une sorte de petite borne kilométrique défoncé, il regardait, vide, les volutes de fumée se diriger vers le ciel, comme si elle cherchait un échapatoire. Elle montait et se dissipait à un rythme défini par l'ancien peintre, celui de sa respiration et de ses expirations de fumée. Une pensée traversa l'esprit du peintre, toute simple:

"Et si c'était cela, la mort ? Quelques derniers mouvement de valse sur la piste de danse grise et nuageuse, avant de disparaitre, happé et déchiqueté par le temps ?"

Le peintre ferma les yeux et vit sur ses paupières closes le reflet de cette femme souriante, trop douloureusement présente en ce jour funeste.

« Pourquoi...? »

Les mots lui avait échappés et résonnait comme une plainte dans cette matinée brumeuse. La plainte d'un homme tiraillé et désirant comprendre les actes de son amie. Soudain, un bruit arracha l'Italien aux doux bruits du vent qui avait avalé ses parôles. À cause du bruit des pas, Alexandro cru entendre la plus petite du clan, et réagit donc en conséquence...

« Marionnette... Je... Voudrais être seul... »

Le bruit s'arrêta mais ne fit pas demi-tour, ce qui surpris l'ancien libertain. Si cela avait été la plus petite, elle aurait sans doute obéit à la suplique de sa voix grave. Intrigué autant que pouvait l'être une personne venant d'enterrer un proche, Al se tourna et apperçut une poupée de porcelaine qui bougeait. Gracieuse, elle portait des vêtements impeccable et une coiffure ordonné, et l'étrangeté de son regard vairons surprenait le peintre. "Qu'est ce que c'est..." fut la première pensée du garçon à la tête d'algue, qui voulut se relever. Mais sa jambe protestait et le força à se rasseoir tout aussi sec. Le peintre passa ses mains contre le pantalon et sentit l'humidté poisseuse du vin vital et vermeil.

« Diantre... Mon sang a décidé de quitter mon envellope charnel... »

Si la personne - car il l'avait vu réagir à son regard et à ses mots - était hostile, il ne pourrait pas fuir très loin... C'est pour ça qu'il préféra jouer la carte risqué de l'hospitalité:

« Bien le bonjour, demoiseau... Vous n'avez pas l'air en bonne forme... Si vous acceptez de me porter jusqu'à ma base, et même si vous n'êtes pas des notres, je vous promets de vous offrir victuailles et boissons... »

L'Italien espérait que le marché entre les deux soit accepter, car sinon, il risquait de rejoindre sa Reine de Coeur sans avoir tenu sa promesse, c'est â dire retrouver sa famille et leurs annoncer le décès de leur fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Dim 15 Sep - 16:01

Une atmosphère au ressenti inconnu, tristement lourde et pesante, règne et semble d'étaler autour de l'homme comme une mauvaise herbe. Je me vois perturbé par ce climat nouveau et désagréable, profondément gênant autant par son fond que par sa forme ; bien que l'origine d'un tel spectacle me soit étrangère et par extension ne me touche que par sa laideur extérieure, ni plus ni moins.
Et puis, d'une voix chargée d'une rancœur considérable, l'individu prend la parole :

“Marionnette... Je... Voudrais être seul...”

Le doute m'attrape alors. S'adresse-t-il à moi ? L'allusion à une marionnette est loin de me déplaire mais je ne la comprends pas. Je ne crois pas qu'il m'ait vu alors, sans doute s'agit-il d'une confusion. Puis enfin, il tourne la tête et me considère de ces yeux cernés de fatigue, témoignant visiblement et à eux seuls d'une accablante asthénie. Une lueur de méconnaissance travers son regard fermé, puis suit une impulsion en avant, la tentative de se redresser avant qu'il ne retombe raidement à sa place. Une analyse simple me laisse penser que ses capacités physiques sont limitées, notamment au niveau d'un membre inférieur pour une raison que j'ignore.

“Diantre... Mon sang a décidé de quitter mon enveloppe charnelle...”

Je ne le nie pas, ses derniers mots ont fait grimper mon intérêt vis à vis de lui. Toutefois je ne bouge pas, pas même pour en apprendre plus, autant par prudence que par principe.

“Bien le bonjour, demoiseau... Vous n'avez pas l'air en bonne forme... Si vous acceptez de me porter jusqu'à ma base, et même si vous n'êtes pas des nôtres, je vous promet de vous offrir victuailles et boissons...”

Quel langage plaisant ! Je viens enfin de trouver quelqu'un qui parle de façon correcte, contrairement aux individus de l'hôpital. Cependant, quelque chose dans sa demande me dérange, aussi pour confirmer ma pensée je prends le risque de faire quelques pas en diagonale de sorte à pouvoir l'examiner de face, tout en gardant une distance respectueuse envers lui. Je considère brièvement sa jambe, puis lui tout entier ; moi-même restant droit comme on me l'avait appris, les mains jointent devant moi et mes ciseaux dans celles-ci.
Maintenant fixé, je le regarde de ma vue amoindrie et lui réponds avec autant de politesse que possible, baissant dans un premier temps légèrement la tête :

“Monsieur, vous avez toute ma reconnaissance pour votre généreuse proposition.”

C'est vrai, même si je ne sais pas réellement de quoi il en retourne. Qu'entend-il par « des nôtres » ? Je lève à nouveau mes yeux vers les siens, et ce sans la moindre animosité.

“Néanmoins je crains ne pas pouvoir satisfaire votre requête. Quand bien même j'essaierais d'accomplir cette tâche et de quelque manière que ce soit, vous soutenir me paraît inconcevable pour des raisons de force respective.”

Mère m'avait enseigné la méfiance envers les inconnus, surtout quand ils sont sales.

“Mais je peux sans nul doute aller quérir de l'aide si vous souhaitez m'indiquer la bonne direction à prendre.”

Une brève réflexion traverse mon esprit, et je m'empresse de reprendre :

“Veuillez me pardonner, j'en oublie les bonnes manières.”

À ces mots, sans pour autant lâcher mes ciseaux, je retire élégamment mon chapeau des deux mains et le tiens devant ma poitrine.

“Je me présente, je suis Amber Helen Holsey. Je vous avoue ne pas savoir ni pourquoi ni comment j'ai pu me retrouver ici, aussi j'espère pouvoir obtenir quelques informations à ce sujet. Bien loin de moi l'idée de vous importuner, mais je me permet de faire appel à votre compréhension.”

Sans remettre mon couvre-chef, j'attends sa réaction, sa réponse. Bien que quelque peu dérouté par la situation, jamais je ne pourrais mettre de côté toutes mes leçons de conduite.
À noter que ce que j'ignore, c'est que depuis le début de la conversation, mon tatouage est resté en évidence sans que je puisse le voir. Il n'y a plus qu'à espérer que cette maladresse ne me coûte pas.

_________________
Aussi rouge que mon œil factice, j'écris en Darkred.
Avatar par Hurlement sauvage


Signature par Hurlement sauvage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Dim 15 Sep - 20:31

Le garçon en face de lui était infiniment poli et soigné, ce qui permettait à Alexandro de faire le détail du corps du nouveau venu et deviner qu'il venait d'apparaitre. En effet, un corp frêle, une peau propre et des manières polies envers les inconnus signifiaient forcément que la personne n'était pas au courant de toute les notions de sécurité nécéssaire à la survie en plateau de Jeu hostile. Heureusement que le petit garçon aux manières poupesques était tombé sur Alexandro et pas un de ses psychopathes de Carreau ! Le peintre eut un sourire en écoutant le garçon se présenter de manière impeccable, et répondit à son salut presque aussitôt:

« Si j'avais un chapeau, je vous saluerais de manière tout aussi civilisé que celle dont vous m'avez gratifié, mais malheureusement mon couvre-chef à été pris par les serviteurs de ses terres hostiles... Je me nomme quand à moi Alexandro Derrechi, ancien peintre et ancien noble de Florence. Si ce nom a encore un sens aujourd'hui... »

Il ponctua sa phrase d'un soupir et chercha du regard un objet, avant de voir sa béquille à coté de la tombe de Remy. Fermant les yeux, le peintre réprima sa peine et se tourna vers le jeune homme avant de reprendre avec un masque impénétrable sur la figure.

« Quand à mon poid, cela fait quelques temps que j'en ai perdu une bonne partie... On mange assez mal par ici, la faute au manque d'abondance... Mais si vous ne vous sentez pas cappable de me soutenir, peut-être pourriez-vous aller me chercher ma béquille ? »

Le peintre profita que l'autre obeisse et lui ramène son bâton pour observer le discret motif qui ornait la jonction de ses clavicules. Ce R entrelacé avec le coeur lui sauta au yeux, lui rapellant celui qui ornait la peau délicate de Remy. Le peintre ne put masquer sa surprise devant ce signe qu'il avait mainte fois contempler sur le dos de sa Reine et préféra détourner le regard. Que le nouveau Roi apparaissent si tôt... Ce ne pouvait qu'être un signe. Alexandro médita là dessus quelques instants avant de prendre la béquille et de la caler sous son épaule. Il se releva donc et commença à marcher vers la base des Coeurs, tout en parlant au jeune homme.

« Nous voyons tout de suite que vous venez d'apparaitre dans notre enfer quotidien, voyez-vous. Il y a deux ou trois signes qui vous trahisse... Mais peut-être que vous voudriez parler de cela dans un endroit chaud, Monsieur Holsey ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Sam 21 Sep - 12:29

Je perçois un infime amusement chez l'homme, notamment par son sourire en coin. Qu'y a-t-il de drôle ? Ai-je agis de façon inadaptée ? Non, c'est impossible, je n'ai commis aucune erreur...

“Si j'avais un chapeau, je vous saluerais de manière tout aussi civilisée que celle dont vous m'avez gratifié, mais malheureusement mon couvre-chef a été pris par les serviteurs de ces terres hostiles... Je me nomme quant à moi Alexandro Derrechi, ancien peintre et ancien noble de Florence. Si ce nom a encore un sens aujourd'hui...”

Oh, diantre. Quand bien même semble-t-il démuni de ses fonctions, il s'agirait d'un noble. Je suis toutefois surpris d'apprendre qu'il vient d'Italie, sa manière de parler anglais ─ à mes oreilles, s'entend ─ sonnant comme si nous avions les mêmes origines. L'idée-même qu'il puisse mentir ne me traversant pas l'esprit, j'incline légèrement la tête et lui réponds de façon plus respectueuse encore :

“C'est un honneur pour moi de faire votre connaissance, Monsieur Derrechi.”

En le regardant à nouveau, je constate qu'il paraît ailleurs, pensif peut-être, quoiqu'il en soit concentré vers ce qui m'est apparu comme une tombe tout à l'heure ; élément qui s'avère vrai maintenant que je le vois sous un angle différent. Je détaille brièvement la sépulture, manifestement amateur, et m'attarde sur la toile posée contre la croix de fortune. Faisant le lien avec les précédentes paroles de Monsieur Derrechi, il me semble comprendre la situation et une incompréhension momentanée me saisit. Pourquoi est-il malheureux ?
Puis il reprend la parole, me faisait vivement tourner la tête vers lui, comme si de rien était :

“Quant à mon poids, cela fait quelques temps que j'en ai perdu une bonne partie... On mange assez mal par ici, la faute au manque d'abondance... Mais si vous ne vous sentez pas capable de me soutenir, peut-être pourriez-vous aller me chercher ma béquille ?”

Sans hésitation, j'acquiece doucement tout en replaçant délicatement mon chapeau sur mon crâne, glissant poliment :

“Cela va de soi, Monsieur.”

Je prends alors la direction du fameux bâton près du caveau et frissonne en observant la terre collant à mes chaussures, témoignant d'une pluie récente. J'en suis même pris de nausée : mes vêtements ne sont pas conçus pour ce genre d'expérience, par ailleurs nouvelle, et je n'ai bien évidemment pas d'habits de rechange. Une certaine panique me prend, mais je n'en fais rien ; et m'accroupissant soigneusement de manière à limiter les dégâts sur le tissu, j'attrape méticuleusement la béquille de sorte à la tenir par les rares endroits “propres” ─ et ce sans lâcher ou faire toucher mes ciseaux. J'aimerais que tout ceci ne soit qu'une vaste plaisanterie.
La prouesse réalisée, je retourne la tendre à l'homme en déplorant mentalement mon costume. Pendant qu'il se redresse, je frotte brièvement mes mains et mon précieux outil de sorte à retirer le plus de saletés, puis commence à le suivre pendant qu'il reprend :

“Nous voyons tout de suite que vous venez d'apparaître dans notre enfer quotidien, voyez-vous. Il y a deux ou trois signes qui vous trahissent... Mais peut-être que vous voudriez parler de cela dans un endroit chaud, Monsieur Holsey ?”

Un enfer quotidien, dit-il ? Ces termes m'intriguent d'autant plus que je ne sais comment j'ai pu atterrir ici. On ne m'a pas enseigné la religion, par conséquent je ne peux imaginer qu'il s'agisse là de l'œuvre d'une entité quelconque dans l'optique qu'elle pourrait exister. En attendant d'être éclairci sur la question, je réponds :

“Vous êtes incontestablement généreux, Monsieur Derrechi. Je crois avoir eu une chance incommensurable d'être tombé sur vous.”

Je suis entièrement sincère, pensant aux personnes déplaisantes de l'hôpital. Relativement peu de temps après, nous nous arrêtons devant une porte qu'il ouvre et m'invite à entrer. Je ne me fais pas prier, et découvre un intérieur me rappelant une sorte d'atelier sans doute, peuplé principalement de chapeaux entre autres ma foi originaux. Après avoir eu pour réflexe de tapoter mes chaussures contre le sol ou le semblant de moquette à l'entrée, Monsieur Derrechi me guide jusqu'à une table entourée de quelques chaises qu'il me propose. Je considère les sièges avec une certaine aversion : presque aucun n'est identique pas plus qu'ils ne sont en bon état au même titre que leur esthétisme, à mon sens, curieux. Par principe, j'accepte tout de même poliment en m'asseyant sur l'un d'eux, quoiqu'avec une réticence tant bien que mal dissimulée, attendant que l'homme revienne ; s'étant absenté dans un objectif nutritif.

_________________
Aussi rouge que mon œil factice, j'écris en Darkred.
Avatar par Hurlement sauvage


Signature par Hurlement sauvage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Dim 22 Sep - 12:11

Alexandro sourit devant les manières posées du jeune homme et se mit à marcher en clopinant, relativement lentement. Quelques minutes plus tard, l'italien et son compagnon arrivèrent devant la boutique ou habitaient les coeurs. Le panneau bancale indiquant l'Atelier de Chapeau grinçait au vent, et les vitres, barbouillées de peinture sombre, ne laissait pas deviner l'intérieur du lieu. Alexandro tourna la tête vers le nouveau venu et jaugea du regard sa réaction devant un tel lieu, car il était tout de même assez pittoresque et représentatif du plateau de jeu. Puis, le plus grand des deux se dirigea vers la porte et lança sur un ton bougon un petit:

« Allez, venez avec moi à. l'intérieur, Mr Holsey. C'est un peu rustre, mais, ma foi, assez confortable. Du temps de la... »

La voix de Alexandro baissa et se tut sur la fin de ses paroles. Un souvenir douloureux lui tordit la poitrine tandis qu'il revit sa Reine en train de critiquer le lieu. Elle avait mis du temps avant d'admettre que ses deux étages supérieur et sa large boutique faisait un endroit  fort convenable pour tout le clan. Un étage pour les hommes, un pour les femmes, et des pièces de vie vaste au rez de chaussée. Vaincu par l'amertume d'avoir une mémoire, l'ancien peintre poussa la porte avec un goût désagréable de regret dans la bouche.

"Combien de fois a-t-elle rálé devant la laideur du décor ? Je ne me souviens plus de nos enfantillages sans avoir envie de pleurer..."

Ils entrèrent donc dans la salle de vie, aux murs sombres à cause de la saleté. Une fois, l'Italien avait tenté de faire partir la couche de crasse du mur. La couleur verte psychédélique découverte en dessous de cette armure de saleté avait dissuadé de tenter d'autres nettoyages. Sur la carrelage tout aussi sale se trouvait une grande table, des chaises dépareillés et le chevalet de peinture de l'homme boiteux. Alexandro indiqua d'un geste l'ensemble des chaises avant de reprendre d'un ton d'homme sereim.

« Voulez-vous un thé ou quelques choses ? »

Le peintre attendit la réponse du jeune garçon poupin avant de partir dans ce qui tenait lieu de cuisine. Il mit sur le réchaud à gaz ramené par un Coeur une casserole cabosé remplie d'eau, et fit chauffé maladroitement celle-ci. Il attrapa également des sachets de thé trouvé dans le centre commercial, et chercha du regard sa tasse personnelle et une, propre, pour le nouveau venu. Son regard d'Ambre croisa la tasse de Remy. Sans aucune raison à part un brusque accès de rage, il lacha la casserole et saisit la tasse de l'ancienne reine pour l'envoyer au sol. Le bruit de porcelaine brisée s'entendit jusque là où était Amber, mais pas les larmes qu'Alexandro deversait rageusement. Plus jamais il ne la verrait boire un thé avec les autres, plus jamais il ne discuterais posément... Tout cela le rendait malade.

" Qu'ai-je fais pour mériter ça... Pourquoi etes-vous parti... Mademoiselle... ? »

Il mit dix minutes pour calmer sa rage et ne ressortit qu'à ce moment-lâ, les traces de larmes encore visible. Sa main portant le plateau tremblait et il posa doucement l'objet ou reposait une théière félée, une tasse chinoise vierge de tout inscription et une autre, noir à ance, avec marqué dessus: "I'am a Nasty Man."

« Je ne vous ait pas trop fait attendre ? »

Alexandro s'assis sur ses paroles et se versa à lui ainsi qu'à Amber une tasse d'eau chaude, dans lequel il plongea des sachets à infuser.

« Pardonnez le coté un peu rustre de la chose, mais nous n'avons pas de feuille de thé séchée autrement. Il va falloir attendre un peu. »

Tout en touillant l'eau de sa tasse, Alexandro commença son explication. Il regarda Amber droit dans les yeux avant de soupirer:

« Pour commencer, vous n'etes plus en Angleterre mais dans une terre hostile créé par la folie des Dieux... Des individus fous à lier et detestables et detestable entre tous. Et vous n'etes pas une personne Lambda, comme en témoigne votre tatouge sur vos clavicules... Vous etes le Roi de Coeur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Mer 25 Sep - 12:01

Depuis tout à l'heure, je perçois l'attitude de Monsieur Derrechi comme incompréhensible, changeante et inhabituelle à mes yeux ; en lien avec un événement dont la tristesse profonde m'échappe au plus haut point. Tantôt semble-t-il impassible et imperturbable, tantôt une accablante amertume l'abat comme une balle en plein cœur. Ma curiosité à son égard tant bien que mal dissimulée pour des raisons de politesses, j'écoute sagement sa proposition et, posément, incline légèrement la tête en signe d'acceptation :

“Un thé me conviendra avec grand plaisir, Monsieur.”

Je le regarde s'éloigner puis déporte distraitement mon attention sur le décor de la pièce. Damn it... Du sol jusqu'au mur, tout est recouvert de crasses, d'ailleurs je replie un peu plus mes jambes, ainsi mes chaussures ne touche plus la saleté du carrelage. Serrant mes ciseaux entre mes doigts, le dégoût m'enserre la gorge et l'estomac, à la fois écœuré et révolté par l'insalubrité du lieu. N'y a-t-il personne pour nettoyer ? Je songe alors à la bonne que nous avions au manoir. Elle était si...
Un bruit sec me sort vivement de mes pensées naissantes. Un son de porcelaine brisée, volant en éclat, provenant de là où est parti l'homme. Je ne sais comment réagir, alors je décide de ne pas bouger comme on me l'a appris. Car “quoiqu'il arrive, ne quitte pas cet endroit”, disait-elle.
Quelques longues minutes s'écoulent et l'hôte revient, tenant fébrilement un plateau dans ses mains.

“Je ne vous aie pas trop fait attendre ?”

Immédiatement alors, je lui réponds simplement et poliment :

“Non, Monsieur.”

Il s'assoit alors et remplit ce qui est apparemment ma tasse : fine, délicate, comme j'en aie l'habitude. En revanche, la sienne m'intrigue quelque peu, notamment par ses inscriptions, mais je ne m'y attarde pas.

“Pardonnez le côté un peu rustre de la chose, mais nous n'avons pas de feuille de thé séchée autrement. Il va falloir attendre un peu. ”

Je considère les sachets avec une certaine surprise que je m'empresse d'effacer de mon visage. Je ne crois pas en avoir déjà vu de tels...
Le dos parfaitement droit, je prends la tasse des deux mains et l'amène jusqu'à moi tandis que Monsieur Derrechi reprend la parole :

“Pour commencer, vous n'êtes plus en Angleterre mais dans une terre hostile créée par la folie des Dieux... Des individus fous à lier et détestables entre tous. Et vous n'êtes pas une personne lambda, comme en témoigne votre tatouage sur vos clavicules... Vous êtes le Roi de Cœur. ”

Je me fige dans mon mouvement, la tasse aux bords des lèvres, yeux rivés vers l'homme. Tant d'informations en une seule phrase me font hésiter dans ma réaction. Dans un premier temps je repose doucement mon thé devant moi, sans baisser le regard. Des Dieux ? Alors il serait croyant ? Je n'avais jamais fait face à ce genre de personne et ne savait comment réellement agir. Incertain, je réponds tout de même :

“Veuillez me pardonner, Monsieur, on ne m'a pas enseigné de religion comme j'ai pu en entendre parler. Je ne remet pas en doute vos convictions, simplement que je ne pourrais partager vos idées avec foi. Loin de moi l'idée de vous offenser.”

Tout en parlant, je porte inconsciemment mes mains à mes ciseaux sur mes genoux, une certaine nervosité crispant mes muscles.

“Qui plus est, je n'ai jamais eu de quelconque tatouage à ma connaissance. Mère exigeait une peau pure et vierge de tout irrégularité.”

Je repense aux propos de Monsieur Derrechi avant de terminer :

“Et... malheureusement je ne vois pas ce que vous entendez par « Roi de Cœur ». Mon ignorance me rapporte futilement au jeu de carte et je m'en excuse ; car peut-être attendiez vous autre chose de ma part.”

Un fou. Oui, cet homme ne devait pas avoir toute sa tête, après tout. Comment dois-je faire ? Je ne sais pas où je suis mais la seule personne devant moi ne me semble pas la plus appropriée pour répondre à mes questionnements...




HRP:
 

_________________
Aussi rouge que mon œil factice, j'écris en Darkred.
Avatar par Hurlement sauvage


Signature par Hurlement sauvage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Dim 29 Sep - 8:31

Le peintre porta sa tasse de thé à ses lèvres après ses explications et but une gorgée du liquide tout en écoutant le petit roi de coeur. Le jeune honme venait d'énoncer son refus de le croire de trois manière différente et avec une extrême politesse.

“Veuillez me pardonner, Monsieur, on ne m'a pas enseigné de religion comme j'ai pu en entendre parler. Je ne remet pas en doute vos convictions, simplement que je ne pourrais partager vos idées avec foi. Loin de moi l'idée de vous offenser.”

Un sourire naquit tout d'abord sur le visage d'Alexandro. Lui non plus n'était pas croyant, il était même plutôt décadent avant que... Qu'il arrive sur le plateau. Mais la présence de cette autre monde et les multiples preuves tangibles de l'existence de ses divinités l'avaient au final convaincu que ce genre d'être supérieur existait, pour le malheur des hommes.

"Qui plus est, je n'ai jamais eu de quelconque tatouage à ma connaissance. Mère exigeait une peau pure et vierge de tout irrégularité.”

Alexandro eut un petit sursaut et dissimula habilement sa surprise. Il ne s'était pas encore vu dans une glace, visiblement... Puisqu'en réalité, le tatouage rougeâtre ornait ses clavicules en leurs parfaites jonction. Il se dit mentalement qu'il irait lui apporter un morceaux de miroir dès que l'autre aurait fini de parler.

“Et... malheureusement je ne vois pas ce que vous entendez par « Roi de Cœur ». Mon ignorance me rapporte futilement au jeu de carte et je m'en excuse ; car peut-être attendiez vous autre chose de ma part.”

Alexandro lui sourit avant de se lever, tout en faisant signe au garçon de rester à sa place. Le Peintre traversa la pièce et monta les escaliers pour atteindre l'étage des femmes et la chambre de la reine. Il savait que dans cette chambre se trouvait un miroir et que Remy adorait essayer ses nouvelles tenues devant, et se maquiller devant (aussi). Traversa la chambre commune des simples numéros, il dérangea une femme en train de se changer, qui n'était pas partie travailler. Elle était dans son plus simple apareillage, et Alexandro ne l'aurait pas remarquer si elle n'avait pas glapit un :

« Pervers ! »

Le peintre s'arreta donc et la détailla du regard d'une manière froide et terriblement impersonnelle, avant de lui envoyer en la regardant droit dans les yeux:

« Vous êtes laide, vous n'avez aucun charme de visage, vos seins tellement rebondit ressemble à deux poches de graisses et vous êtes si maigre que vous pourriez passer à travers les narreaux d'une prison. Alors ne me chercher pas, mademoiselle si insignifiante que je ne me souviens plus de votre non. »

Après cete tirade, il partit sans rien de plus, laissant la femme diablement outré et choqué. Habituellement, le Monsieur Derrechi aurait essayer de prendre quelques plaisirs avant de dire cela, alors que là il l'avait repoussé sans aucune chaleur, comme un robot.

Une fois devant le grand miroir, Alexandro put constater l'état déplorable de sa tenue et de sa tête. Cheveux trempés et ressemblant à des serpillières, teint blafard, regard fiévreux et souligné de cernes, et pour conclure posture de guingois à cause de sa jambe blessé. S'appuyant sur sa canne-épée, il donna un fort coup de poing dans le réfléchissant qui se para d'une large fissure. Grâce à cela, il put en détacher un bout plus modeste et redescendre dans la salle commune pour voir Amber le petit roi.

« Veuillez pardonné mon retard, mais j'ai eu quelques problèmes en route et je me suis retrouvé quelques peu... Retardé. »

Le peintre lui donna le miroir en souriant et continua de parler de sa voix fatigué:

« Regardez vos clavicules, vous y verez un tatouage... C'est un signe, qui possède une forte valeur... Je vous prie d'excuser la brusquerie de  mes propos de tout à l'heure, car j'avais oublié à quel point cette histoire est incroyable pour un nouvel arrivant... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Lun 30 Sep - 14:43

Sans un mot, Monsieur Derrechi se lève et m'invite implicitement à rester à ma place. Ai-je fais une erreur, l'ai-je vexé malgré tout ? Je ne cherche pas à savoir et redirige mon attention sur ma tasse que je porte à mes lèvres, cette fois avec succès. Un imperceptible frisson me parcours l'échine : d'amères saveurs explosent sur ma langue et m'envahit la gorge, me faisant me crisper brusquement, apposant ma main sur ma bouche. Je tousse légèrement en reposant tant bien que mal doucement ma tasse sur la table. Je n'avais jamais bu de thé de cette sorte. Le goût était différent, à la fois fade et âcre pour mon palais délicat. Je prends le temps de m'en remettre et m'efforce d'en boire à nouveau, par politesse sans doute, cachant mon dégoût bien que je sois actuellement seul dans la pièce.

Ceci fait, je lève distraitement les yeux vers le plafond et empoigne une nouvelle fois mes ciseaux. Que fait-il, là-haut ? Je ne suis pas sûr d'entendre quoique ce soit...
Finalement, je peux voir l'homme redescendre et moi, je n'ai pas bougé d'un pouce, pas même dans ma position. Il tient un large bout de miroir dans sa main, mais dans quel but ?

“Veuillez pardonner mon retard, mais j'ai eu quelques problèmes en route et je me suis retrouvé quelques peu... retardé.”

À ces mots je m'empresse d'ajouter :

“Vous n'avez rien à vous reprocher, Monsieur.”

Il me tend le morceau de glace et je le prends alors, reposant mes ciseaux sur mes jambes, sans réellement comprendre.

“Regardez vos clavicules, vous y verez un tatouage... C'est un signe, qui possède une forte valeur... Je vous prie d'excuser la brusquerie de mes propos de tout à l'heure, car j'avais oublié à quel point cette histoire est incroyable pour un nouvel arrivant...”

Je le fixe quelques instants sans réagir mais baisse néanmoins les yeux vers le miroir.
Ô surprise.
Incrédule, je glisse mes doigts jusqu'à mes clavicules mystérieusement ornées par ce symbole inconnu, représentant clairement une lettre entrelacée élégamment au sein d'un cœur rougeâtre. J'entrouvre un peu plus mon col afin de mieux le distinguer, je ne peux cacher mon entière incompréhension.

“Qu'est-ce... que...”

Je cherche mentalement l'origine de cette curiosité. J'écarte instinctivement la possibilité qu'il date de l'hôpital. Oui, en fait, plus je scrute l'emblème, plus un petit “quelque chose” me fait comprendre la situation. Des images me traversent successivement l'esprit, aussi nettes qu'issues d'un rêve. Un lieu unique, des Dieux et des clans.
Secoué par tant d'informations, je ferme les yeux et dépose silencieusement la glace sur la table, prenant une profonde inspiration. Sur l'expiration, tout aussi longue, je relève les paupières et regarde l'homme d'un œil nouveau.

“Je vous prie de m'excuser, je... je suis... e-e...”

Mes mots s'étouffent et meurent inévitablement, un nœud s'étant soudainement formé dans ma gorge. Je saisis alors, comme à chaque fois, mes ciseaux et courbant la nuque, je les serre contre ma poitrine. Je bredouille maladroitement d'autres excuses, un flot d'émotions et de souvenirs m'envahissant. Tout ne peut être que vrai, sinon comment pourrais-je marcher à nouveau alors que mes jambes étaient encore froides et immobiles quelques instants auparavant ? Plus encore, je réalise que j'ai définitivement perdu ma tendre et adorable Ruby de vu...
Mais la tristesse est laide et je ne dois pas la laisser m'emporter. Je me redresse et poliment, demande encore au Cœur de me pardonner pour mon comportement, dissimulant tout sentiment derrière un masque paisiblement impassible.

“... soit. Me voilà donc à la tête d'un clan.”

Je referme soigneusement mon col comme il devrait être, cachant par ce même geste ce tatouage aux yeux de tous.
Un silence, témoin d'un temps de réflexion personnel.

“Eh bien, Monsieur Derrechi, pourriez-vous me parler de l'organisation et de la situation actuelle des Cœurs ?”

Je repense aux livres que j'ai lu sur le sujet.

“Ainsi que... tout ce que vous savez sur les clans...” J'ai un instant d'hésitation, choisissant mes mots. “... adverses ? Plus encore, vous devez en savoir beaucoup sur la totalité de cet endroit en lui-même, du moins je me permet de le supposer. Cela fait combien de temps que vous êtes ici ?”

Je le regarde alors, vide d'émotions que je suis, de mes yeux partiellement factices. Et si tout cela n'était qu'un rêve ?

_________________
Aussi rouge que mon œil factice, j'écris en Darkred.
Avatar par Hurlement sauvage


Signature par Hurlement sauvage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Dim 13 Oct - 9:55

Le Peintre fixa Amber, qui venait de rester figé devant le portrait que la glace lui renvoyait. Il observa ses doigts fins effleurer la clavicule delicate de porcelaine, juger le tatouage qui le marquait comme un fer rouge marque le corps des bêtes, les yeux aggrandis par une peur presque animal de ce que signifiait le symbole.

« Qu'est-ce... que... »

Le peintre pouvait presque suivre le cheminement de pensée du jeune homme puisque lui même avait connu cet éffarement la fois où il avait découvert le tatouage. Il lisait sur le visagr du jeune homme sa surprise et son incompréhension. Ensuite, le jeune rejeton royal chercherait dans sa mémoire à quel moment un ou une créature humaine lui avait fait cette marque grotesque, puis il en viendrait à la conclusion qu'il ne voyait pas quand elle était apparu. D'ailleurs, le jeume poupin en arrivait déjà à ce stade, car l'italien en deuil  sentait le malaise du plus jeune des deux grandir jusqu'à attendre des proportions incroyable. C'était souvent le cas lorsque quelqu'un arrivait dans le clan coeur.

 « Je vous prie de m'excuser, je... je suis... e-e... »

Le peintre avança sa main et tapota l'épaule de Amber sans dégager de surplus d'émotion trop visible, car son coeur était devenu un peu trop sec depuis quelques temps. Depuis que Remy était morte. Ou qu'elle avait trouvé un moyen de fuir la dictature sourde des Dieux sur le plateau.

Est-ce que les tappotements du peintre eurent de l'effet ? Toujours est-il qu'Amber semblait se decripser petit à petit et se calmer à grand coup de respiration. Inspiration longue, courte pause, expiration longue. Courte pause.

“... soit. Me voilà donc à la tête d'un clan.”

Alexandro hocha la tête et retira sa main de l'épaule de son roi, qui était redevenu un monument d'impassi De toute manière il ne savait pas si le chef des Coeurs appréciait qu'on soit si famillier avec lui. Et Alexandro n'avait pas assez de coeur et de joie en cet instant pour continuer plus longtemps la fréquentation amicale de tout individu. L'italien posa donc la glace et retourna s'asseoir tandis que son roi réfléchissait. Il tourna la cuillère dans son thé avant d'avaler une grande gorgée, et de poser ses mains sur ses genoux. Une rêverie s'empara quelques temps de l'esprit d'Alexandro, jusqu'à ce qu'Amber, au terme de sa reflexion, le coupe en lui posant une question.

“Eh bien, Monsieur Derrechi, pourriez-vous me parler de l'organisation et de la situation actuelle des Cœurs ?”

Le peintre passa sa langue sur ses lèvres en reflechissant et décroissa les doigts, avant de caresser son menton. Il repensait au clan actuel, avant de conclure mentalement la chose suivante, qu'il exposa à son interlocuteur d'une voix un peu perturbée. Il avait du mal à parler de Remy au passé.

« E-Eh bien, disons que... Notre clan n'est pas trop organisé, car la reine nourrissait des pensées plus particulières que l'organisation d'une mini-société... Ainsi, nous avions pris des vivres il y a de cela quelques temps, que nous avions mit dans une pièce spéciale à la cave. Je me plais à penser que la Reine a bien choisit en séparant damoiseau de demoiselle pour dormir... Quand au reste, je ne puis point dire que nous sommes organisé et que chaque individu sous notre tutelle tienne un rôle, une utilité précise... »

Le petit Coeur semblait réfléchir,puis il énnonça comme à reculon la suite de ses questions, un peu plus importante et précise que la précédente celon le peintre.

“Ainsi que... tout ce que vous savez sur les clans... " Une courte pause.“... adverses ? Plus encore, vous devez en savoir beaucoup sur la totalité de cet endroit en lui-même, du moins je me permet de le supposer. Cela fait combien de temps que vous êtes ici ?”

Alexandro se posa quelques secondes la question avant de conclure qu'il ne savait absolument rien des clans adverses. Il avait bien rencontrer cette femme, Prika Leone, lors de ses premières semaines sur le Plateau, mais sinon il n'avait pas eut l'occasion de les croiser.

« Je crainds malheureusement de ne pas pouvoir vous être très utile, puisque je n'ai fricoté avec aucune canaille adverse... J'étais fort occupé à servir notre Reine... Je crois savoir de par les rumeurs et ce qu'elle m'a dit que les Piques connaitrait des arcanes du feu et que les Trèfles serait des... euh... "geek", au pouvoir terrestre... Et que notre Reine savait faire usage de l'élément ondin... »

Le Peintre regarda Amber assimiler les réponses à ses questions, avec une pointe de curiosité pour les réponses et les reflexions de ce Roi de remplacement. Est-ce qu'il agirait plus rationnellement que cette fee vivant dans sa bulle musicale ? Seul le temps permettrait à Alexandro de trancher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Lun 21 Oct - 15:52





Mes esprits étant globalement repris, tout en écoutant l'homme je ne peux m'empêcher de passer ma main là où il avait mis la sienne, certes dans un geste dépourvu d'animosité, mais je trouve fort déplaisant que l'on puisse toucher à mes vêtements ainsi. Plus fort que mon sens de la politesse, mon obsession ─ normale, n'est-ce pas ? ─ pour la présentation domine avant tout. Mais actuellement, là n'est pas la question.

“E-Eh bien, disons que... Notre clan n'est pas trop organisé, car la reine nourrissait des pensées plus particulières que l'organisation d'une mini-société... Ainsi, nous avions pris des vivres il y a de cela quelques temps, que nous avions mit dans une pièce spéciale à la cave. Je me plais à penser que la Reine a bien choisi en séparant damoiseaux de demoiselles pour dormir... Quant au reste, je ne puis point dire que nous sommes organisés et que chaque individus sous notre tutelle tienne un rôle, une utilité précise...”

Sans l'interrompre, j'absorbe la moindre information. J'avais le sentiment qu'il y avait bien des choses que j'ignorais encore. Puis, une fois ma demande suivante faite, il reprend :

“Je crains malheureusement de ne pas pouvoir vous être très utile, puisque je n'ai fricoté avec aucune canaille adverse... J'étais fort occupé à servir notre Reine... Je crois savoir de par les rumeurs et ce qu'elle m'a dit que les Piques connaîtrait des arcanes du feu et que les Trèfles seraient des... euh... "geek", aux pouvoirs terrestre... Et que notre Reine savait faire usage de l'élément ondin...”

Tout ceci me paraît plus incongru que ses précédentes paroles, mais je ne pouvais faire autrement que de le croire ─ bien que le terme de « geek » m'échappe, mais sans doute pourrai-je m'instruire sur le sujet plus tard. Néanmoins, quelque chose me dérangeait plus encore que l'originalité de ses propos.

“Vous aviez donc une Reine avant moi... et jamais elle n'a fait quoique ce soit pour son clan ?” Légèrement troublé par cette supposée contenance, car allant à l'encontre de mes principes, je baisse les yeux vers le vide, pensif. À mi-voix, j'observe : “Ces Dieux sont réellement curieux vis-à-vis de leur choix...” Mais je me ressaisis, redressant la tête vers Monsieur Derrechi. “Ainsi, vous avez tout de même formé un stock de vivre, c'est une première bonne initiative.”

Mes doigts font délicatement tourner mes ciseaux, signe d'un temps de réflexion. Beaucoup d'éléments me parviennent au même moment. Suis-je doté de pouvoirs également ?

“Cependant... avez-vous prévu de quelconques ressources destinées aux soins, ou même à la défense de la base ? Avez-vous, au moins, déjà subit ou assistés à une altercation de nature plus ou moins violente entre deux clans ?”

Par où commencer ? Tout semble me tomber sur les épaules sans même crier garde...
Mes yeux se tournent distraitement sur le côté, scrutant les escaliers.

“Et aussi... combien sommes-nous ? Ha...” Un bref soupir, puis je regarde à nouveau l'homme. “J'espère ne pas paraître ne serait-ce qu'un peu importun, j'ai tant à vous demander...”

Intérieurement, je m'efforce d'ordonner mes pensées. Diantre que tout ça va vite...


_________________
Aussi rouge que mon œil factice, j'écris en Darkred.
Avatar par Hurlement sauvage


Signature par Hurlement sauvage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Dim 27 Oct - 20:05

“Vous aviez donc une Reine avant moi... et jamais elle n'a fait quoique ce soit pour son clan ?"

Alexandro regarda le jeume roi avec de grands yeux, surpris que le jeune homme possèdent déjà un avis sur la précédente Reine et ses agissements : à vrai dire, cela ne plaisait pas au brun que le plus jeune se permette de juger la diva. Il fronça les sourcils sans rien dire et attendit la suite des paroles d'Amber, qui ne tardèrent pas à arriver.
 “Ces Dieux sont réellement curieux vis-à-vis de leur choix...”

Le peintre hocha la tête, car son avis était semblable à celui du petit homme. Il fixa l'oeil factice du garçon pendant quelques instants et perdit le fil de la conversation, qu'il ne retrouva qu'après quelques secondes.

 “... bonne initiative."

De quoi avait-il parler ? Dans le doute, Alexandro porta sa tasse à ses lèvres sans rien dire, ce qui ne semblait pas gêné le jeune homme en face de lui. Il était lui aussi en pleine reflexion, et c'est au terme de celle-ci que le poupesque nouveau roi de Coeur énonça calmement.

“Cependant... avez-vous prévu de quelconques ressources destinées aux soins, ou même à la défense de la base ? Avez-vous, au moins, déjà subit ou assistés à une altercation de nature plus ou moins violente entre deux
clans ?”

Le peintre recroisa ses mains sur son pantalon sale et soupira, avant de regarder le jeune homme droit dans les yeux. Il ignorait la réponse à la première question et c'est pourquoi il l'éluda lorsqu'il reprit sa parole de sa voix fatigué:

« Je n'ai jamais asister à une quelconque escarmouche entre divers groupuscule, je ne pourrais donc pas vous affirmer si elles sont violentes ou non. Néanmoins, notre Reine a déjà vu ce genre d'affrontement... »

Le peintre ne parvenait pas encore à parler de Remy au passé, et il tourna légèrement et discrètement la tête pour échapper au yeux vairons de ce jeune homme. Il ne tenait pas à ce que celui-ci lui témoigne de la pitié ou autre. Cela ternirait ce que Alexandro entretenait au fond de son coeur : la pitié salirait cette matinée glaciale où il avait mit en terre la Reine, où il avait embrasser le front et les lèvres de son amante si volatile, où il avait souffert de la sentir contre lui, si froide et inanimé alors que la veille elle était pleine de vie.

“Et aussi... combien sommes-nous ? Ha...” Le roi ne sentait pas la tension qui animait le coeur de l'homme, mais il dut l'effleurer un court instant, car il changea son attitude d'une manière assez surprenante.

« J'espère ne pas paraître ne serait-ce qu'un peu importun, j'ai tant à vous demander...
- Rassurez-vous, vous ne m''importunez point... Et pour notre nombre, je sais qu'il y a moi, Damon, Marionette, Angelina... Et vous, au minimun, ainsi que deux ou trois autres personnes plus ou moins insignifiante... Après je ne sais pas... »

Le Peintre soupira et observa encore son roi, avant reculer sa chaise doucement. Il se leva, sans hâte et sans sourire, avant de murmurer en esquissant un semblant de révérence à l'anglaise encore assis en face de lui.

« Demoiseau, sachez que malgré ma blessure, mon rôle est de protéger le Roi de tout danger venu de l'extérieur... J' agis ainsi avec Mademoiselle Makepiece. Et j'agirais de même avec vous, Monsieur Holsey. »

Une crampe à la jambe blessé fit vaciller le peintre et força Alexandro à se rasseoir, où du moins à s'accrocher au rebord de sa chaise. Il éxécuta un sourire grimaçant et refoula la pensée qui venait de l'effleurer.

"Je ne fais poibt cela pour lui. Je fais cela pour la Reine."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Mer 13 Nov - 20:06




Tandis que l'homme semble réfléchir à mes dernières paroles, je ne peux m'empêcher de le détailler à nouveau du regard. Son allure ne reflète rien d'un tant soit peu attirant, aussi bien à sa surface qu'en son intérieur, paraîssant aussi anéanti que ses yeux éteint laissent le supposer. Pour cette apparence repoussante, je ressens l'envie, non, le besoin presque irrésistible d'y planter mes ciseaux. Sectionner chaque surjet pour les recoudre en un être parfait et...
L'écho grave et morose de sa voix a l'effet d'une claque et me fais subitement sortir de mes pensées.

“Rassurez-vous, vous ne m'importunez point... Et pour notre nombre, je sais qu'il y a moi, Damon, Marionette, Angelina... Et vous, au minimum, ainsi que deux ou trois autres personnes plus ou moins insignifiantes... Après je ne sais pas...”

Si peu... d'autant plus que ce que je ne sais pas encore, c'est que la plupart d'entre eux ont déjà disparu à l'heure actuelle. Mais avant que je ne puisse rétorquer quoique ce soit, de manière relativement inattendue, l'homme se lève tant bien que mal et vient se poster à côté de moi pour, en une brève révérence, reprendre :

“Demoiseau, sachez que malgré ma blessure, mon rôle est de protéger le Roi de tout danger venu de l'extérieur... J'agis ainsi avec Mademoiselle Makepiece. Et j'agirais de même avec vous, Monsieur Holsey.”

Quelque peu surpris, je ne réagis pas immédiatement, tant et si bien qu'il s'est déjà rassit alors que je n'ai pas bougé d'un pouce ; mis à part mes mains machinalement ramenées à ma poitrine. Me ressaisissant malgré tout, je hoche lentement la tête en répondant de cette intonation si particulière, mêlant douceur et neutralité, ne m'ayant pas quitté depuis ma rencontre avec lui :

“Loin de moi l'idée d'en douter, Monsieur Derrechi. Je suis d'ailleurs honoré d'avoir une personnalité telle que vous dans nos rangs.” Je me redresse, rabaissant mes avant-bras avec cette délicatesse caractéristique qui contraste tant avec le chaos environnant. “Cependant, il semblerait qu'actuellement, vous ne soyez pas en état d'assumer efficacement votre rôle. Je crains en effet que cette blessure à votre jambe ne soit trop handicapant et sujette à une aggravation significative en cas d'activité trop importante. Je pense que le mieux serait de vous reposer le temps qu'il faudra, Monsieur. Nous ne pouvons prendre le risque de perdre un élément tel que vous.”

Un temps de réflexion. Je considère distraitement les escaliers.

“Par ailleurs...” Je m'empresse de tourner à nouveau la tête vers lui ─ sans effectuer de geste brusque ─, car “il est impoli de s'adresser à une personne sans la regarder”. “Pourriez-vous, je vous prie, me faire visiter les lieux, ou me présenter une personne qui pourrait le faire à votre place ? C'est là le dernier effort que je vous demande, vous pourrez vous reposer ensuite.” Un flash. “... ah, et, j'oubliais...” Je prends de courtes secondes pour organiser mes pensées, afin d'être sûr de ce que j'avance. “... savez-vous où se trouve le... cristal ? J'aimerais le voir, s'il-vous-plaît.”


_________________
Aussi rouge que mon œil factice, j'écris en Darkred.
Avatar par Hurlement sauvage


Signature par Hurlement sauvage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Dim 17 Nov - 16:41

Une flopée de souvenir revinrent dans la tête de Alexandro lorsque le petit roi de Coeur mentionna le cristal : il se souvenait bien de ce qui s'était passé ce jour-là...

Un bruit d'étoffe qui se froissent, se superpose et se repousse finalement, le goût de sa peau sur mes lèvres et de ses petites mains qui me repousse... Je chute du lit et elle me regarde avec un petit air de Reine courroucé, de sauvageonne pucelle qui se défend : la rose est pleine d'épine, avais-je songé en la voyant en T-Shirt et culotte se refuser à moi. Par terre, je bascule ma tête en arrière en éclatant d'un rire cristallin, et je vois au dessus de son grand miroir une pierre qui semble avoir fusionné avec la dorure usée. J'entend son petit ton supérieur quand elle me parle, cette voix qui me donne envie d'elle parce qu'elle me traite comme un majordome, qui me dit de ne pas la toucher. Je lache un petit rire et je contemple la pierre quelques instants, car j'ai la sensation que c'est important. Puis, je me tourne vers l'autre sorte de joyau et je lui demande avec mon petit sourire au coin des lèvres.

« Mademoiselle... Quel est cette pierre qui orne votre glace d'une maniere si esquise ? »

Elle m'explique que cet objet est un cristal important et je souris en devorant ses levres du regard... Ma Reine, ma douce Reine qui n'est plus, et ses lèvres si douce...


Brusquement happé par la réalité, Alexandro se ressaissit et toussote, avant de ré-empogner sa canne et de se lever en soupirant, en déclarant de cette voix si insensible:

« Je vais vous montrer, suivez-moi... »

Puis, le peintre avança en clopinant vers l'escalier, avant de monter les marches aux rythmes de sa canne. Il montra de la main les différentes pièces en énumérant leurs anciens rôles, puis il arrive pour la deuxième fois de la journée devant la chambre de Remy, sans toutefois recroiser la fille de tout à l'heure. Tant mieux, en un sens.

L'italien tourna la poignée de la chambre royale en expliquant d'un ton à peu près neutre, mais ou transparaisait une petite pointe de nostalgie quand même:

« Voici la chambre de la Reine qui vous précédait... Elle... vivait ici. »

Et sans plus de cérémonie, il entra dans cette pièce passablement rangé. La penderie miteuse laissai voir divers vêtements comme des robes ou des tenues masculines, un meuble à tiroir défoncé laissai voir quelques sous-vêtements, l'immense miroir était recouvert de beaucoup de petit objets. Alexandro n'en fut pas surpris et il passa outre les divers objets de maquillage sur le meuble pour aller chercher le cristal... Qui avait changée de place. Diable, où pouvait-elle l'avoir mis ?

Le peintre fit les cent pas devant un Amber qui devait sans doute s'impatienter. Il était un des rare à savoir quelque chose sur le cristal et sa localisation, pourtant Remy l'avait changer de place. Pourquoi ? Avait-elle envie de le garder pour elle... Ou bien avait-elle peur que quelqu'un le brise ?

L'Italien etait toutefois sur d'une chose : le cristal se trouvait dans cette chambre, car les vêtements que Remy portait avant sa mort et ceux que Alexandro lui avait passé pour sa mise en terre était vide de tout objet. Il ouvrit la bouche et marmonna, plus pour lui-même que pour le jeune roi:

« Une chose est sur, le Cristal des Coeurs est ici... Mais où ? On dirait que Mademoiselle Makepièce l'a caché... »

Tout en parlant, le peintre inspectait les tiroirs de la coiffeuse personnelle de Remy, sans succès. Fouiller cette chambre revenait à chercher une aiguille dans une botte de foin, tant au niveau de la difficulté que de la durée en temps. Alexandro croisa les bras et prit une mine soucieuse, signe d'une forte réflexion intérieur. Il cherchait un endroit où Remy aurait pu cacher un petit objet de manière à le mettre hors de portée. Le regard du peintre erra pendant ses péripéties mentales sur la chambre royale... Et s'arrêta sur le placard à sous-vêtements.

« Mon Dieu... Ça ne peut être que... »

L'Italien fit un bond en avant et se mit à farfouiller parmi les culottes de Remy, sous le regard de son supérieur. Il passait sans doute pour un pervers, mais... Eurêka ! Il venait de toucher un objet dur envellopé dans un sous-vêtement. Le Peintre brandit alors sa trouvaille et le sortit pour le donner à Amber. Soudain, quand il le prit en main, le Cristal emit une vive lueur, et cette lueur se propagea dans le corps d'Alexandro, en émettant un crissement strident. Puis... La lueur atteignit la jambe de Al et il se sentit bien... Cela dura quelques secondes, et quand la lueur s'éteignit, le peintre sentit que sa jambe allait mieux. Il vérifia en remontant son pantalon et constata que la plaie avait en partie cicatrisée.

« Mais qu'est ce que.... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Dim 1 Déc - 14:27






Je penche légèrement la tête sur le côté, l'air passablement absent du peintre ne m'ayant pas échappé. Quelque chose de profondément grave et triste entoure définitivement cet homme. Ce n'est pas bon...
Il semble revenir et toussote comme si de rien était, saisissant sa canne et se levant à nouveau. Un soupir franchit ses lèvres. Déprimant ; au moins autant que son ton mort et insensible :


“ Je vais vous montrer, suivez-moi... ”


Je grave dans un coin de ma tête l'intention de faire quelque chose pour lui. Pas par compassion, mais par dégoût pour cette tourmente qui me paraît pourrir en son intérieur.
M'étant levé, je le suis malgré tout, gardant de côté mes réflexions précédentes. Je reste consciencieusement derrière lui sans jamais me placer à sa hauteur, quand bien même est-il considérablement ralenti par sa blessure, augmentant lourdement le temps qu'il nous faudra pour arriver à destination. Mais qu'importe, ainsi au moins, je peux commencer à prendre mes repères.

Arrivés à l'étage, il me présente poliment chaque salles devant lesquelles nous passons. Je ne l'interrompt pas, ni fais de commentaire, me contentant de l'écouter avec la plus grande concentration. Enfin, nous nous arrêtons devant une porte en tous points identique aux autres.


“ Voici la chambre de la Reine qui vous précédait... Elle... vivait ici. ”

Quelque chose dans sa voix attire mon attention, mais je m'efforce de garder ça pour plus tard. Il est entré, et je l'accompagne alors.
Diantre. La décoration ainsi que l'entretien de la pièce laissent fortement à désirer : tout me semble désordonné, sale, ou encore simplement détruit. Un fugace sentiment de regret envers ma chambre d'hôpital m’enserre la poitrine ; mais je ne dois pas me laisser distraire. Je regarde l'homme s'avancer jusqu'à une table où repose un miroir, devant lequel s'étale une multitude de curieux objets.

Je dissimule mon incompréhension : il fait finalement demi-tour, et se met à tourner d'un bout à l'autre de la salle, un air relativement soucieux sur le visage.


“ Une chose est sûre, le Cristal des Cœurs est ici... Mais où ? On dirait que Mademoiselle Makepiece l'a caché... ”


Je cligne des paupières sous une certaine surprise. Ai-je bien entendu ? L'homme retourne l'intérieur des tiroirs, pour finalement s'immobiliser en croisant les bras. De mon côté, je n'ai pas bougé : je reste parfaitement droit devant l'entrée, tenant sagement mes ciseaux entre mes mains jointent devant moi. Proposer mon aide me semble presque inconcevable en cette situation : il s'agit de la pièce personnelle d'une jeune femme inconnue.
Et puis vient l'illumination.


“ Mon Dieu... Ça ne peut être que...  ”


Il se jette sur la commode, tire l'un des casiers rectangulaires, duquel je peux subitement voir surgir... des sous-vêtements féminins. J'écarquille légèrement les yeux avant de détourner vivement la tête sur le côté. Mon sens de la décence s'agite, et il n'est pas exclu que la confusion fasse furtivement monter un peu de rouge à mes joues, brisant de façon éphémère la pureté de mon teint de porcelaine. Embarrassant. À quoi pensait Monsieur Derrechi ?

Mais du coin de l'œil, je peux le voir se tourner et amorcer un pas dans ma direction, me faisant le regarder à nouveau ─ en évitant soigneusement le contenu du tiroir. Il tient quelque chose, et... ô surprise.
L'objet ─ le Cristal, sans doute, bien que sa forme ne soit pas celle que j'imaginais ─ s'illumine, me forçant à plisser les paupières, et l'éclat semble se fondre dans le corps de l'homme, se mouvant jusqu'à sa jambe. Le son émit par la Pierre durant le processus me fait plier la nuque d'agacement, allant jusqu'à me faire reculer, mon dos se collant à la porte. Je ramène mes ciseaux contre ma poitrine, comme à chaque fois. Que diable se passe-t-il ?
Puis, l'ensemble prend fin, et j'ose examiner le résultat, quoiqu'encore relativement désorienté.


“ M... Monsieur Derrechi ? Est-ce que tout va bien ? … ”


Lui-même n'a pas l'air comprendre la situation, et il remonte le morceau de pantalon recouvrant sa plaie. Je pense alors qu'il doit en souffrir, excusant son geste peu élégant, mais force de constater que la blessure est loin de paraître aussi grave que la démarche déformée de sa victime ne l'avait laissé penser.


“ Mais qu'est ce que... ”


Hésitation. Incertain de saisir entièrement les faits, je me contente d'avancer d'un pas. Le son sec de ma chaussure contre le sol semble l'arracher de sa contemplation, et je vois dans ses yeux une incompréhension tout aussi grande que la mienne : lui non plus n'a pas la moindre explication aux événements.
Je hausse brièvement un sourcil, attendant silencieusement de voir les conséquences de cette curieuse scène. Il finit par se redresser, lâchant son vêtement, et marche vers moi avec la destabilisation humaine de celui qui vient de miraculeusement récupérer un membre ; compréhensible à mon sens, l'ayant moi-même vécu plus tôt.

Il me tend le fameux objet, que je prends d'une main en le remerciant poliment d'un signe de tête.
Diantre, je ne l'imaginais vraiment pas comme ça.
J'inspecte quelques instants le Cristal sous tous ses angles, logé au creux de sa bulle hermétique. Je le lève au niveau de mon œil, plus précisément de sorte à en faire traverser la lumière du soleil passant par la fenêtre, dévoilant davantage la Pierre sous un jour plus beau encore. La perle en son sein semble luire légèrement, et un bien-être profond en la contemplant me fait passablement frissonner. Oui, c'est ça qu'il me manquait. Un petit sourire étire furtivement mes lèvres avant de s'effacer, me ressaisissant. Je regarde à nouveau Monsieur Derrechi.


“ C'est parfait, Monsieur. Je vous suis très reconnaissant, je pense que vous pouvez aller... ” Je m'interromps, une pensée oubliée me percutant l'esprit comme une balle. “ … ha... non ! Veuillez me pardonner, j'ai encore une dernière requête à vous faire... je vous promets vous laisser vous reposer ensuite. ” Je suis un peu gêné, conscient de mon impolitesse, mais ma demande n'est-elle pas trop importante pour la laisser passer ? “ Monsieur, je sais que vous m'avez jusqu'ici énormément aidé, et je vous en remercie. Cependant... ” Je marque une pause, vérifiant mentalement que je ne fasse pas d'erreur. “ Je vais vous demander de me montrer votre tatouage de clan. ”


Je le fixe, en attendant sa réponse.


_________________
Aussi rouge que mon œil factice, j'écris en Darkred.
Avatar par Hurlement sauvage


Signature par Hurlement sauvage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Dim 1 Déc - 18:53

Alexandro se tenait là, immobile, après avoir subit l’assaut de cette étrange lumière blanche. Il ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait, pourquoi une telle lueur lui était remontée le long de sa jambe pour atteindre son cœur. Il avait revu, comme dans un vortex, le moment où cet horrible monstre avait fendu de ses crocs sa chair, et avait ainsi brisé le but du noble peintre italien. Il ne pouvait plus défendre sa base et ses camarades d’infortune contre les ennemies, qu’il soit humains ou animaux, et devait garder le lit en permanence pour ne pas souffrir. Il avait des vertiges quand il se tenait debout, des migraines atroces parfois, et n’osait plus se déplacer sans sa canne-épée. Mais maintenant… Sa jambe venait de subir une étrange opération, la plaie purulente qui se cachait sous le tissu du garçon avait cicatrisé, pas complètement, mais presque. Il voyait la peau, encore tâchée de sombre à l’endroit où les pieux acérés d’ivoire avait transpercé son enveloppe corporel pour attendre l’os, qu’ils avaient sans doute brisé. Le peintre posa prudemment la jambe sur le sol, et sous le regard surpris de son roi, avant de constater qu’il ne ressentait plus de douleur lorsque son pied touchait le sol. Mais quel était ce prodige ? Une mauvaise farce des dieux ? Un miracle ? Ou bien simplement un rêve, une illusion dont il était prisonnier depuis la mort de Remy ?
Il ne possédait pas la réponse à cette question, et devait se contenter du silence qui s’installait entre lui et Monsieur Holsen. Le peintre fit un pas dans sa direction et lui donna le cristal du clan, cette sphère d’eau aux magnifiques reflets, qui possédait visiblement d’étranges vertus. Si son roi le lui ordonnait, Alexandro aurait bien pris cet objet précieux, pour le garder contre lui, car il lui rappelait des souvenirs, mais bien sur il ne pouvait point se le permettre. Alors, il sortit à la place un de ces tubes qui donne la mort, et le porta à ses lèvres. Il sortit également de la même poche un vieux zippo usé, qui avait été à la défunte reine, et sans trop se gêner, alluma sa cigarette, le regard perdu dans le vague. La douce odeur de la mort se mit à flotter entre le roi et son serviteur, qui était extrêmement opposé en cet instant. Peut-être que si Amber intervenait maintenant, au lieu de se dire qu’il l’aiderait plus tard, le peintre pourrait sortir la tête du trou. Au lieu de cela, le peintre le congédia sans autre ajout.

Le peintre se dirigea donc vers la riche porte, et mit la main sur la poignée, en fumant sa cigarette machinalement. Malgré le soin apporté à sa jambe, il semblait encore inhumain, presque zombifique de par son aspect négligé et son teint pâle, ses cheveux gras et ses yeux ternis par le deuil. Il commença à tourner la poignée sans rien dire, et ouvrit cette porte pour la franchir, avant que le roi ne le retienne avec une phrase qui fit relever un sourcil de sa Seigneurie Alexandro.

« Monsieur, je sais que vous m'avez jusqu'ici énormément aidé, et je vous en remercie. Cependant... (Courte pause) … Je vais vous demander de me montrer votre tatouage de clan. »

Le peintre esquissa un sourire sur la toile vivante qu’était son visage, et se tourna vers le plus jeune en mettant un doigt sur ces lèvres, ses yeux ternes affichant une petite moue rieuse tandis qu’il pointait la localisation du tatouage avec son autre main : juste à l’intérieur de sa cuisse gauche, en dessous de sa virilité. L’homme civilisé qu’était Alexandro était encore un homme impudique, mais il hésitait quand même à montrer cela à un enfant. Il vit que le petit roi avalait sa salive, et hésitait à répondre à la sollicitation silencieuse du peintre. Alors, Alexandro, voulant abréger la scène pour aller dormir, retira sa veste et la posa sur un des meubles de la chambre. Il enleva également son haut bordé de dentelle sale, ce qui révélait au petit roi que le peintre portait une sorte de sous-vêtements entier, et non pas un simple boxer ou bien un caleçon. Le pantalon subit le même sort, sous l’œil du plus jeune qui rougissait de cette impudeur de la part de son subalterne. Celui-ci ne dit rien et entreprit de finir de se déshabiller en se mettant dos à son roi, pour aider ce dernier à ne pas ressentir de gêne. Une fois que le dernier rempart devant sa nudité fut enlevé, le plus âgés des deux demanda a son roi de regarder ses cuisses, tout en préservant de ses mains son intimité.

Pour que vous compreniez mieux la scène, il est nécessaire de prendre un peu de recul. Le peintre et le roi était tout deux dos à dos, pour des raisons de timidité de la part du poupesque chef de clan. Le peintre était nu, complètement nu, et son tatouage n’était pas visible car il était situé à l’intérieur des cuisses de ce denier. Lorsqu’Alexandro demanda à son roi de se retourner, celui-ci put voir le dos du peintre, son profil, car l’italien cherchait à le voir avant de faire quoi que ce soit, et le bas du dois et les jambes de son vassal. Alexandro écarta alors légèrement celle-ci pour que le peintre puisse observer la forme rosé sur la peau pâle du peintre aux cheveux corbeau.
« Cela vous va, votre Altesse ? »
Il y avait dans cette phrase une certaine ironie de la part du peintre, qui se moquait ainsi de la pudeur du dirigeant. En son fort intérieur, Alexandro se demanda toutefois ce que ferait le petit homme si jamais une femme lui tournait autour. Serait-il intimidé, audacieux ? Peut-être serais-ce une femme du clan ennemi, auquel cas il faudrait que Alexandro se débarrasse d’elle… La pudeur du plus petit serait sans doute une source de problème à l’avenir, songea le peintre amèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Sam 14 Déc - 21:44






Ma question posée, je suis quelque peu étonné de la réaction de Monsieur Derrechi ; et je ne cache pas que son sourire, l'espace d'un instant, me perturbe profondément, autant par l'honneur qui en découle ─ car c'est là la première fois qu'il me le montre depuis notre rencontre ─ que par cette malicieuse étincelle qui l'accompagne au fond de son regard. Il désigne alors quelque chose vers le bas, et je crois comprendre. Oh, mon dieu...
Un sentiment tremblant germe au creux de ma poitrine tandis qu'un soudain flux sanguin vient teindre mes joues.

Je ressens alors une sensation nouvelle, celle de l'impensable à portée de main, celle de la mise en garde moult fois répétée sur le point d'être brisée, celle d'une porte interdite prête à être ouverte ; nouée au creux d'une gêne sans nom. Je revois encore Mère nous enseigner les ultimes codes de la pudeur, nous inculquant de nombreux principes allant jusqu'à limiter la vue de nos propres « intimités ». À titre d'exemple, par ces préceptes, de la jambe de ma sœur je ne devais jamais en avoir vu plus haut que le mollet.

Qu'en penserait Mère ? Tout bouleversé que je suis, je fais nerveusement tourner mes ciseaux et le Cristal entre mes mains, mon regard s'agitant dans le vide, déglutissant sous l'émotion. Le peintre semble alors comprendre mon angoisse, et commence à retirer sa veste, suivit de ce qui se trouve en dessous.
Immédiatement, je pivote sur mes talons en bredouillant une excuse maladroite. Une foule de leçons sur le sujet s'affolent dans mon crâne, si bien que j'en perds entièrement mes moyens et ma capacité à réfléchir convenablement. Je veux que Mère me pardonne, et je tente de me persuader que je fais ça pour le clan, sans aucun vice de ma part. Quand bien même cela reste incroyablement indécent, au-delà de tout ce que je peux imaginer, malséant au possible, tout ceci est uniquement pour une question de sécurité. De sécurité...

Je tressaute à la voix de mon sujet, m'arrachant de mon flot de pensées auto-persuasives. Il me demande de regarder ses cuisses, m'achevant définitivement dans mon embarras. J'inspire profondément, et commence à prudemment tourner la tête sur ma droite, scrutant timidement l'homme du coin de l'œil afin de voir de quoi il en est. Il est de dos, et semble lui aussi vouloir s'assurer que je sois prêt. Je pivote un peu plus, sentant le sang chaud pulser sous mes joues, et une fois qu'il se soit préparé, baisse les yeux vers l'endroit fatidique. Confus autant qu'un ‘enfant’ peut l'être, je distingue tout de même le fameux tatouage, actuellement percé d'un « 6 ».


“ Cela vous va, votre Altesse ? ”


La panique me saisit, me surprenant à observer le symbole plus que nécessaire, et me tourne alors vivement vers la sortie.


“ Ce... c-c'est parfait, Monsieur Derrechi ! Je vous laisse vous rhabiller ! … et vous reposer ! ”


Sans rien ajouter, je me précipite à l'extérieur, claquant presque la porte derrière moi dans mon empressement. D'un pas curieusement rapide, la Pierre et mes ciseaux serrés contre moi, je prends la direction des escaliers que je dévale, pour me figer une fois en bas. À cet instant alors, un long, très long souffle de décompression s'échappe de ma gorge, passant une main sur mon visage qui reprend progressivement ses teintes claires d'origine. Le plus dur était fait... n'est-ce pas ?




◦◦◦ RP T e r m i n é ◦◦◦

_________________
Aussi rouge que mon œil factice, j'écris en Darkred.
Avatar par Hurlement sauvage


Signature par Hurlement sauvage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Dim 15 Déc - 18:06


_________________
#660000/#990000, you see ?


Par Cauchemar Carnassier

More ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.
MessageSujet: Re: ◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro Aujourd'hui à 10:35

Revenir en haut Aller en bas

◦ END ◦ First step ✾ PV|Alexandro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» One step ahead» Team Omega Pharma Quick-Step» Sean ✖ Step in the car and I'll take you down for the ride.» Etixx-Quick Step» Etixx-Quick Step
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: RPs Terminés-