21 pts30 pts25 pts41 pts28 pts


Rumeurs
• Il parait qu'Ordre Funeste déteste les instruments de musique car son frère Lumière jouait du piano très fort à l'heure de sa sieste quand il était petit.
• On raconte que lorsque vient la pleine Lune, on peut voir des Dryades dans la Forêt...
On murmure que LA SAINTE LAME NOM DE DIEU C'EST PAS RIEN est caché dans le Sanatorium... Et que celui qui prendra cette épée pourra commander au vent et vaincre les dieux... Info ou Intox ?
• Il se dit dans les couloirs du panthéon que Flore Ravageuse userait de rambourage pour améliorer ses formes.
Autres Rumeurs.
Notifications
• Pluie et nuage sont annoncé, avec des orages fréquents. Pensez à rester couvert et à l'abri de l'humidité qui favorise [b]les maladies.[/b]
• La forêt et la Ville sont affecté par la Pluie : la forêt est renforcée, les plantes semblent plus dangereuses et plus agressive.
• En ville, les monstres ont tendances à se montrer moins fréquemment à cause de la pluie.
• Le Monstre de Sable a disparu.
• Votre personnage peut être atteint de la fièvre Néandertalienne à cause de l'humidité. Cela peut être de votre volonté... ou de celle du staff. Son prochain rp devra être écrit dans un état fébrile, nauséeux. Votre personnage aura du mal à se concentrer et à communiquer avec autrui. Cette fièvre peut durer une semaine... Et peut entraîner la mort. La maladie croit en puissance les trois premiers jours, puis sa puissance diminue avec le temps.
Les Liens du Sang
Innokentiy
Fils de Evangeline
Sharon Chilton
Soeur de Sylver Gelidus
Merry Shark
Soeur de Seth Shark
L'Ingénieur
Meilleur Ami d'Atsuki Sengo et As de Trèfle.
Drusilla Giovanni
Ennemie d'Alexandro Derrechi
Maria Selimont
Amie de Sullivan Gordon et ancienne As de Trèfle.
Ruby Holsey
Soeur de Amber Holsey
Johanna Saddler
Mère de Leet Saddler
Mai Sun
Petite amie de Liang Tsao
Chad Stoneford
Demi-frère de Yuki Icesoul
Vladimir Dragomirov
Ex du chef des rebelles



 

Partagez|

Bouquin et planche à roulettes. || Sylver Gelidus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

.
MessageSujet: Bouquin et planche à roulettes. || Sylver Gelidus Dim 19 Jan - 17:58

Elle remit ses lunettes sur le nez, attrapa sa planche et son sac, puis fila sans plus attendre. La jeune Bradford avait passé sa nuit dans une boutique qui ne ressemblait plus à une boutique, mais plus à un lieu où des rockeurs sont venus faire la fête. Enfin, les murs étaient encore debout, de quoi l'avoir protégé du froid. Mais elle avait à peine fermer l'oeil, trop apeurée par les bruits de l'extérieur, ne ressemblant pas à des bruits que pourrait faire un gentil lapin tout mignon. Donc la fatigue régnait encore dans son petit corps et de faibles cernes étaient présentes. Sans parler de l'état catastrophique de ses cheveux; elle qui n'aimait pas trop être sale. Ses habits étaient encore un bon état, si ce n'est quelques déchirures et des taches. Il n'empêche, qu'elle ne s'était pas lavée, depuis son arrivée. Et ça, ça l'embêtait. Alors la fatigue et la crasse, les deux combinés, ça donne une Teddy pas très en forme.

Le bruit sec des roues retombant contre le béton résonna dans les rues, tandis qu'elle progressait vers un lieu inconnu et qui ne la rassurait guère. Le trèfle avait la nette impression que ce monde lui réservait bien des surprises, ainsi que des frayeurs. Chose qui se clarifia quand un bruit s'échappa d'un bâtiment, la faisant accélérer. Sa planche roula malencontreusement sur un trou, ce qui la fit voler en avant et elle se mangea le sol avec le menton. Ça lui tira un long gémissement et des picotements. Elle se frotta la plaie puis retourna sur son skate, reprenant naïvement son parcours dans la ville, ne savant pas du tout où elle se dirigeait.
La seule question que se posait l'androgyne était si elle arriverait à rentrer chez elle et fuir ce monde totalement étrange. Un frisson la parcourue dans la nuque. Être bloqué ici était inimaginable. Elle n'avait aucune notion de survie, car trop bien protégée par ses parents, elle ne pouvait faire grand-chose, avant sa venue sur le Plateau. Quitte à se souvenir ce qu'elle avait lu dans les livres concernant l'apocalypse et comment les héros survivaient en territoires hostiles, ou encore dans les films, ça pourrait lui être utile. Qui sait. Il lui faudra juste un peu de chance et de courage.

Alors qu'elle était occupée à songer, tout en dirigeant sa planche vers un angle de rue, elle remarqua quelque chose sur ses lunettes. Une goutte d'eau. Puis une autre. Et encore une autre. Elle leva la tête vers le ciel et s'aperçut des nuages gris qui flottaient au-dessus de la ville. Et ce fut l'averse. Le petit ours sortit de son sac son sweat noir et l'enfila, avant de sauter à terre et prendre son skate sous un bras. Elle courut en en direction de ce qui semblait être une usine pas du tout rassurante, ce qui la fit glousser. Elle entra sans plus réfléchir à l'intérieur, où le silence et l'obscurité étaient rois. Les seules sources de lumières provenaient des trous dans le toit ou les murs, en plus de la pluie.
Un grondement. Les orages. Elle n'aimait pas ça non plus. Et être seule la faisait davantage paniquer.

Elle s'arrêta de marcher, observant attentivement le lieu. La blonde écouta attentivement le silence, car elle avait cru entendre... des bruits. Des bruits de pas. Dans l'obscurité. Elle se mit à trembler et recula, faisant en sorte d'être discrète. Mais ce fut un échec dès qu'un cri sortit de sa gorge quand la foudre frappa violemment. Elle fit demi-tour directement et courut. Le truc, c'est qu'elle ne portait pas son regard devant elle, mais par-dessus son épaule.

Et PAF.

Elle tomba lourdement en arrière, se massant le nez qui venait de percuter quelque chose.

Teddy ϟ Aïe aïe aïe...

Teddy s'aperçut que ses lunettes s'étaient envolées. Elle palpa le sol de ses mains, s'en se soucier dans quoi elle était rentrée. Un monstre ? Un objet ? Un humain ? Sa vision flou n'arrangeait guère la situation. En plus de ça, elle n'avait que sa planche pour se protéger, ayant laissé son arme de fortune à la mairie.

Teddy ϟ Mince... mes lunettes...


Dernière édition par Teddy Bradford le Mar 22 Juil - 20:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: Bouquin et planche à roulettes. || Sylver Gelidus Lun 20 Jan - 20:46


    Je me réveille en sursaut. Je ne sais pas pourquoi, d’habitude je fais la grasse matinée ou me réveille doucement. Vraiment, ce monde doit avoir une mauvaise influence. En regardant dehors, je remarque qu’il n’est pas si tard ; il doit être à peu près 9 heure et demie. Je remets mon gilet que je quitte habituellement pour la nuit et descend de ma cabine. Sans faire de bruit, je quitte la base et va faire un peu d’exploration, à la recherche de quelque chose à me mettre sous la dent. N’étant arrivé qu’hier dans la soirée, je ne connais pas encore très bien la ville et c’est pourquoi je ne sais pas très bien où chercher. Mes pas quelque peu aléatoires me conduisent ainsi dans un quartier semblant être celui des bureaux après quelques heures de marche. En voyant les nombreux bâtiments administratifs, je peste contre moi-même. C’est bien ma veine, de me retrouver dans un quartier de bureaux quand je cherche de la nourriture … Cependant, en fouillant quelques bâtiments parmi les plus solides je réussis tout de même à trouver un distributeur de barre chocolatées qui une fois forcée, me fournit des réserves pour les prochains jours. De plus, je trouve dans la partie bibliothèque d’un autre bâtiment un livre assez gros, idéale pour un grand lecteur comme moi. Je sors donc du bâtiment en lisant ledit livre, chose qui je pense va beaucoup me manquer ici. Je me ballade, pas trop pressé de rentrer et sans m’embêter à tenter de retrouver mon chemin. Je visite ainsi plusieurs lieus tels qu’une banque et ce qui devait être le quartier général d’une grande entreprise d’informatique. Je ne rencontre que peu de monstres, aussi mon trajet est-t-il assez tranquille.
    Alors qu’il devait être à peu près midi, la pluie commença à tomber sur mes cheveux. D’abord quelques gouttes, bientôt suivis par d’autres plus grosses. Ayant alors peur pour mon précieux ouvrage, je file me mettre à l’abri sous un grand bâtiment près de moi. Une fois au sec, je me retourne et analyse mon nouvel environnement. Je suis dans une usine abandonnée, détruite par endroits mais ayant globalement conservée son aspect d’origine. Je commence à m’avancer pour tenter de trouver quelque chose d’intéressant lorsque la foudre tomba à proximité de l’endroit, bientôt suivie d’un cri. Un cri assez aigüe et provenant sûrement d’une jeune femme. La proximité d’une personne ne m’enjouant guère, je tourne les talons vers la sortie lorsqu’un personne fonce tête baissée vers moi et nous fait tombés tous les deux.

    - Aïe aïe aïe...

    Elle a du se faire mal … En même temps qu’est-ce qui lui prends, de fonçer partout sans regarder où elle va ?...
    Je me relève et marche plus loin avant de me retourner et l’observer. Jeune fille étrange, son âge est indéfinissable. Je dirais la vingtaine mais son visage parait tellement enfantin … Dans un mouvement de tête, j’aperçois le Trèfle sous son œil. Je me dirige donc vers elle, non pas pour l’achever comme j’avais d’abord pensé le faire mais pour l’aider …

    - Mince... mes lunettes...

    Génial, un bras cassé de plus dans le clan … Enfin toujours est-t-il que je dois l’aider. Je saisis donc ses lunettes miraculeusement intactes posées près d’elle avant de les lui tendre.

    - Tu devrais regarder où tu vas. Ce monde est déjà bien dangereux sans que tu ne fonces partout à l’aveuglette …

    Je la laisse reprendre ses esprits avant de marcher un peu plus loin dans l’usine. J’explore un peu avant et trouve un mur écroulé, offrant un passage en pente vers le niveau supérieur. Je m’y engage alors et tombe sur un étage avec un énorme trou dans l’un des murs, donnant une vue imprenable sur la ville. En faisant bien attention au plancher visiblement pas très solide, je m’approche de la ‘fenêtre’ et m’assoit, admirant la vue.


Dernière édition par Sylver Gelidus le Dim 2 Fév - 18:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: Bouquin et planche à roulettes. || Sylver Gelidus Sam 25 Jan - 17:29


Elle releva le nez vers la silhouette d'un homme, ce dernier lui tendait ses lunettes. Elle les prit, les remit sur le pif et cligna des yeux, louchant un peu, avant d'observer le parfait inconu. Elle baissa la tête en l'entendant, toute honteuse. C'est vrai qu'elle aurait dû regarder devant elle, mais elle pensait qu'une bête allait surgir dans son dos, plutôt que devant. Allait-il la tuer ? Visiblement, non. Et tant mieux. Et il s'intéressa plus à l'usine qu'à Teddy. C'était le moment de partir Elle voulait éviter les inconnues, surtout quand ces derniers ne sont pas très joyeux. Et sur Né-Andarta, les humains pouvaient facilement être des monstres déguisés. Elle se leva donc, titubant un peu, puis attrapa sa plancha et fila. Mais un grognement provenant de l'ombre la fit subitement changer d'avis. Elle revint sur ses pas et chercha du regard le jeune homme. Disparu. Était-ce une illusion ? La fatigue ou la folie ?
Elle tourna sur elle-même un instant, ne sachant pas où aller. Ses jambes se mirent à trembler et elle courut vers ce qui semblait être le reste d'un mur, qui offrait une pente de débris vers un étage supérieur. Le trèfle passa sa planche derrière son sac à dos, maintenu entre le dos et le sac donc, pour pouvoir plus facilement escalader. Elle manqua de glisser à plusieurs reprises, puis arriva au sommet. Il se trouvait juste là. Donc elle n'avait pas rêvée. Donc elle n'était pas folle. Du moins, pas encore. Elle le fixa longuement, alors que dans son dos, de nouveaux grognements se mirent à résonner. Elle gloussa, s'approchant d'un pas rapide de l'inconu. Mais elle s'arrêta brusquement. Et si, cet homme, était vraiment un monstre ? Qui pourrait profiter de la faiblesse de la Bradford pour la tuer de sang froid.

Elle gloussa, se m'étant doucement à reculer, mais elle ne remarqua pas le trou dans le sol et ce fut la catastrophe. S'embrochant au trou, elle se mit à sautiller sur un pied, tout en agitant les bras pour reprendre l'équilibre. Malheureusement, la chance n'était pas de son côté. Son pied perfora brusquement un endroit fragile du sol et y resta bloqué. Son corps bascula en arrière, la faisant lâcher un tout petit cri. Ses mains eurent le temps d'attraper un long câble tombant du plafond, l'empêchant de s'étaler sur le dos. L'androgyne, soupirant, se remit sur ses deux jambes, époussetant son pantalon. Le jeune homme avait sûrement assisté à la scène burlesque, mais bon, l'habitude d'être ridicule chez Teddy, c'était fréquent. Elle le fixa à nouveau et s'approcha à pas feutré, sur de longues enjambées. Et dès qu'elle fut à sa hauteur, elle n'osa prononcer un mot. Sa timidité reprit le dessus. Elle baissa le visage et fixa ses pieds, alors que ses lèvres s'entrouvrirent légèrement .

Teddy ϟ Je... j-je suis désolée de ... de t'avoir ren-renversé.

Ses yeux sur balancèrent sur le côté, fixant le paysage apocalyptique. Elle osa un instant le fixer, détournant rapidement le regard. Que faire, maintenant ? Teddy se frotta les mains, nerveuse, mais se figea brusquement. Un grognement sinistre était parvenu jusqu'à ses oreilles. Elle leva la tête, regardant à droite à gauche, puis observa le jeune homme. C'est lui qui avait grogné ? ... Fallait pas abuser aussi. Elle secoua frénétiquement la tête, revenant à la situation présente. D'où venait ce grognement ? Le trèfle ne réfléchit pas plus, ne voulant rester ici. Elle recula doucement, mais là, elle vit une chose... étrange, qui pendait derrière le trou béant du mur. Une... langue ? Et puis des gouttes de bave se mirent à tomber. Et l'horreur s'afficha. Un monstre dénué de fourrure, visqueux et où une sorte de cerveau avait remplacé les yeux. Le plus impressionnant, c'était ses griffes, énormes, qui pouvaient fendre un boeuf en deux.

Teddy, crispée, ouvrit les yeux en grand, où la peur et le dégoût s'affichaient à travers. Un cri resta bloqué dans sa gorge, tandis qu'elle continuait de reculer. Mais un craquement sous son pied fit réagir la monstruosité. Teddy ne détourna pas ses yeux de la bête, apeurée, tremblante de tout son corps. Le Garra n'attendit pas plus et sauta violemment sur le sol, devant les deux trèfles. La jeune demoiselle, terrorisée, s'apprêta à se jeter sur la pente pour fuir. Mais elle n'eut le temps alors que le plancher sous ses pieds s'effrondra brusquement sous le poids de la bête qui venait de sauter à nouveau.


Dernière édition par Teddy Bradford le Mar 22 Juil - 20:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: Bouquin et planche à roulettes. || Sylver Gelidus Sam 8 Fév - 10:11



    Alors que je suis tranquillement en train d’admirer la vue – plus décourageante qu’autre chose, en fait, compte tenu de la destruction de la ville -, j’entends un bruit de pas derrière moi, venant de l’accès à l’étage inférieur. Sans me retourner, j’écoute. Les quelques bruits de chute et de toussotements me rassure en me confirmant que c’est bel et bien la jeune fille de tout à l’heure qui arrive. Je tourne les yeux vers « l’entrée » et la regarde arriver. Il n’est pas vraiment dans mes habitudes de juger les gens mais j’avoue quand même la trouver assez ridicule. Qu’est-ce qui a bien pu pousser les dieux à l’envoyer dans un endroit aussi … terrible que le plateau de jeu ?…
    J’espère sincèrement que notre clan n’est pas composé de gens comme elle, ou alors à la moindre attaque d’un autre clan, ce sera un massacre …
    Elle arriva et marcha d’un pas mal assuré vers moi, elle allait dire quelque chose – enfin je crois – lorsqu’elle arrêta son geste. Ses yeux trahissait son doute. Avait-elle peur de moi ? Décidément, c’est une manie ! Suis-je condamné à terrifier toutes les personnes de mon clan que je rencontrerais ?…
    Elle recule, me dévisageant d’un œil méfiant. Je saute au sol et m’apprête à lui dire d’arrêter de reculer au risque de marchait sur une zone fragile, comme on pouvait s’y attendre, son pied s’y enfonça et resta coincé. Elle réussit néanmoins à s’accrocher à un câble qui pendait et l’utilisa pour retrouver son équilibre. Je me mets la main sur le visage et soupire avant de m’approcher d’elle.

    - Je... j-je suis désolée de ... de t'avoir ren-renversé.


    Apparemment, pour réussir à aligner ces quelques mots, elle a dut réunir tout son courage. Je m’apprête à lui murmurer quelque chose de gentil – ‘parait qu’il faut qu’on soit solidaires, au sein d’un même clan – lorsqu’un grognement nous surprends. Je me retourne juste à temps pour voir une énorme bête, semblant jaillit tout droit de l’imagination d’un auteur de SF. Grandes dents pointues, griffes acérés, langue pendante … Il n’y a pas de doutes : nous sommes son prochain déjeuner. Je me mets en position d’attaque, attendant qu’elle fasse le premier geste. L’immonde bête sauta alors sur le plancher et, sous son poids considérable, le fit céder sous ses pas. Le sol s’ouvra alors et nous fit tomber deux étages plus bas, dans ce qui semblait être la cave de l’usine. Apparemment, c’était ici que devait être fabriqués des objets divers tels que des portes solides à partir de différents métaux, tel, que le cuivre ou du fer. Peut être sommes nous dans une ancienne métallurgie. Un grognement me rammène brutalement à la réalité le Garra se préparait à attaquer. Heureusement, la jeune femme était tombé plus loin ; je fut donc la cible de la bébête. Elle me sauta dessus, tentant de me réduire en bouillie avec ses griffes et ses dents. Je l’esquive alors de quelques pas et tente de lui infliger des dégâts avec des coups de pieds et des coups de poings bien placés. Mais malheureusement, il semblerait que son cours fait d’une matière étrange encaissait bien les coups. En tentant de réfléchir tout en esquivant les coups, je tombe par hasard sur ce qui semble être une réserve de plaquettes de fers, pas plus grandes que la paume de ma main. Je regarde alors autour de moi et trouve un petit câble que je pourrais facilement utiliser comme ficelle. J’ai d’un seul coup un déclic. Je peux le battre ; je sais même comment. Je prends une petite plaquette de fer, la fixe sur mon poing à la manière d’un poing américain et attrape le câble que j’enroule autour de mes doigts et de la plaque ; me fournissant ainsi une arme de fortune.
    Mais malheureusement, pendant ma période d’absence, la bête ne resta pas inactive. Voyant que je me défendais bien et que je lui filais entre les pattes, le Garra était partie en quête de la jeune femme blonde qui semblait pouvoir être une proie facile et un repas pas trop mal. Réalisant qu’elle est en danger, je me précipite vers elle, sachant pertinemment qu’elle ne sais probablement pas se battre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: Bouquin et planche à roulettes. || Sylver Gelidus Sam 15 Mar - 11:27

POUF.

L'atterrissage fut plus ou moins doux, droit dans un tas de déchets. Teddy, en peu sonnée, glissa jusqu'au sol, attrapant sa planche au passage. Une chance qu'elle n'était pas brisée. Ainsi que ses précieuses lunettes. Elle se leva en titubant, s'appuyant contre un poteau en métal pour reprendre ses esprits. L'androgyne leva le regard vers la scène qui se déroulait plus loin et se mit à glousser en observant le Garra. Elle recula de quelques pas, sans se rendre compte vers quoi elle se dirigeait. Son dos heurta une petite étagère qui s'écrasa violemment sur le dos dans un fracas. Le trèfle sursauta.

Teddy ϟ M-mince ...

Elle fixa le Garra qui la regardait en retour. Son petit coeur rata un battement, alors qu'elle ramenait les mains contre soi, paralysée par la peur. La bête approchait ... lentement ... vite ... trop vite ...
Teddy inspira rapidement, la peur lui tiraillant l'estomac et courut vers une échelle, qu'elle escalada rapidement. La chose sur laquelle se tenait le trèfle était un grand échafaudage, qui pouvait supporter encore du poids. Elle atteignit le quatrième niveau, puis fixa le sol. La hauteur ne l'effrayait point, encore heureux. Elle chercha du regard le Garra. Ce dernier avait disparu; et ce n'était pas une bonne chose. La blonde commença à avancer sur l'échafaud, faisant attention sur quoi elle m'était les pieds, tout en guettant le moindre signe de la présence du monstre. Elle grimpa à l'étage supérieur. Une odeur de brûlé atteignit ses narines.

Teddy ϟ Comment ... ?

Pourquoi cette odeur ? Elle huma l'air un instant, avant de tousser. Le trèfle se mit alors en quête de trouver l'origine de cette odeur, avançant prudemment sur la plate-forme. Mais voilà que le plancher se mit à trembler. Teddy s'agrippa rapidement à une barre en fer pour se tenir, se demandant d'où venait ce tremblement. Elle n'eut pas besoin de beaucoup de temps pour découvrir cela. Plus loin derrière elle, le Garra. Sans réfléchir, elle courut. L'odeur s'intensifiait et vint lui piquer les yeux, lui brouillant la vue. Elle toussa bruyamment. Ses pas s'arrêtèrent au bout de l'échafaud. Elle grimpa au sixième niveau, alors que la monstruosité était sur le point de bondir pour lui arracher une jambe. Teddy se retrouva rapidement sur la plate-forme du dessus, le séant sur le plancher, le dos contre le mur, restant assise pour reprendre sa respiration. Une énorme griffe vint arracher un bout de la plate-forme sur laquelle se tenait le trèfle, la faisant reculer brusquement. Le Garra prenait appui sur l'échafaud pour se hisser et qu'importe si il venait à tout démonter, il l'aurait, son repas. Teddy, incapable de se relever, fixait avec des yeux grands ouverts la gueule grande ouverte de la bête, prête à la déchiquetter.

Teddy ϟ N-non ...

C'était parti presque automatiquement, par pur défense. Son pied vint se coller violemment sous le menton du Garra. Un autre pied vint taper dans le gosier. Et la trèfle se servit de sa planche pour envoyer un joli punch dans la gueule bien baveuse. Le Garra, déséquilibré, tomba à la renverse sous les plusieurs coups donnés par l'androgyne. Il vint s'écraser au sol.

Teddy n'en revenait pas. Elle serra la planche entre ses petites mains et attendit. La créature était-elle morte ? Elle se glissa jusqu'au bord de la plate-forme pour voir. Le corps visqueux de la bête était encore au sol, ne montrant aucun signe de vie. Mais c'était trop beau pour être vrai ... Le Garra bascula sur ses pattes, agitant nerveusement la tête. Teddy serra les dents.
Se relevant, le trèfle reprit sa recherche sur l'origine de l'odeur. Elle ne mit pas longtemps à trouver. Du haut de son perchoir, elle put voir, pas bien loin, une lumière sortant d'une grande cuve, avec de la fumée s'en échappant. Teddy s'approcha et constata que l'intérieur était rempli de lave, servant à la fonte des matériaux. Une idée lui vint soudainement à l'esprit. La Bradford descendit d'un étage et alla rejoindre la passerelle de la cuve, se positionnant à côté. L'intérieur n'était pas rempli à ras bord, mais de quoi farcir une vilaine bête. Elle fit rapidement le tour pour trouver un bouton, un levier, une corde, qui ferait ouvrir la trappe de la cuve. C'est un levier qu'elle trouva.

Mais, et l'autre ?! Elle se positionna contre une barrière et le chercha. Elle le vit un peu plus loin et agita les bras pour attirer son attention, avant d'inspirer et pouvoir crier de toutes ses petites forces.

Teddy ϟ N-non ... Hé ! Hé ho ! Là ! Teddy pointa un bras vers la grande cuve. De la lave ! Il y a de la lave à l'intérieur ! Attires la bête vers là !

Elle espérait qu'il aurait compris où elle en venait. Elle revint vers le levier et commença à le tirer en arrière pour pouvoir ouvrir la trappe qui pourrait libérer le liquide destructeur sur le Garra.

Un p'tit barbecue, ça vous dit ?


Dernière édition par Teddy Bradford le Mar 22 Juil - 20:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: Bouquin et planche à roulettes. || Sylver Gelidus Mer 26 Mar - 19:00


    Mon arme de fortune au poing, je commence à chercher la bête. La petite pose que je me suis accordée lui a probablement permis d’aller assez loin de moi, si bien que j’entreprends de la chercher. Mais où a-t-elle bien pu aller ?...

    Voyant que je n’arrive à rien et que cette usine ressemble assez à un dédale, je décide de prendre de la hauteur. J’escalade ce qui semble être une sorte d’échafaudage et la cherche des yeux. Je ne tarde pas à la trouver. Elle vient apparemment de faire une chute assez considérable et est assez désorientée. La fille, elle, je ne la vois pas, par contre .

    Je descends alors de mon point de vue de fortune et me dirige vers la bête. Je m’oriente sans difficultés, si bien que je la trouve bientôt, seule. En y réfléchissant bien, c’est d’ailleurs assez étrange de voir à quel point on y voit bien dans un endroit aussi sombre et aussi profond. De la lumière semble venir de … quelque part. Mais d'où ?...

    Arrivant près de la bête, j’engage alors le combat. Elle tourne la tête au moment où j’arrive et part mon premier coup si bien que je n’arrive pas à la toucher. La faim étant apparemment une motivation assez … motivante, elle attaque avec ardeur et ne perd pas une occasion de tenter de me déchiqueter. Heureusement, j’ai d’assez bons réflexes et j’arrive à esquiver la plupart de ses attaques. Mais la bête s’énerve en voyant que je me défends bien et met d’autant plus de haine, de puissance dans ses coups. Et au bout d’un moment, ce qui devait arriver arriva. Elle me donna un coup puissant que je ne réussis pas à éviter, m’entaillant ainsi profondément le torse. Je pris alors mon élan et, faisant fit de ma blessure, lui envoie un direct puissant en plein sur ce qui semble être … son cerveau. Cela l’étourdit un moment et me donne un instant de répit, mais je vois bien que cela ne suffira pas …

    C’est alors que j’entends la jeune femme m’appeler. Je me retire alors du combat et regarde dans sa direction. Elle me montre l’endroit sur lequel elle est debout ; une passerelle sur une sorte d’énorme réservoir. Je comprends alors que de la lave y est stocké.
    Je comprends aussi son idée et voit que cela pourrait être un moyens efficace de me débarrasser de mon ennemi.

    Attirant alors le Garra avec de grands gestes, je commence à courir en direction de la cuve, priant pour que ces sales bestioles ne résistent pas au feu. Au bruit de ses pas, je comprends qu’elle me suit. Tant mieux.

    Nous arrivons alors près de la cuve au moment où elle s’ouvre. La bête, qui n’a pas compris, me poursuis toujours, la langue pendante. Après une ultime tentative d’assaut, elle se jette sur moi quand la lave est juste derrière moi. Je n’ai alors qu’à me baisser et lui donner un coup de pieds pour l’envoyer valser dans la substance rougeoyante.

    Ca y est, nous sommes saufs. Heureusement, d’ailleurs. Je fais un signe à la fille pour lui dire que tout va bien. On va pouvoir rentrer. Peut-être ne connait-elle pas encore la base des trèfles ?...

    Mais à peine le monstre a-t-il finit de brûlé qu’une autre menace pesa sur moi. Car si la lave en fusion m’avait débarrassé de mon agresseur, elle pourrait aussi faire de même avec moi …

    Ne réalisant le danger imminent que trop tard, je commence à courir alors que la lave est sur mes talons.

    Je dois absolument arriver à sortir d’ici. Je tente de monter sur des échafaudages mais ils s’effondrent tous au contact de la lave. Mon esprit réfléchit à pleine vitesse. Il doit bien y avoir une sortie de secoure, un moyens de s'en sortir. Il y en a toujours un. Non ?...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: Bouquin et planche à roulettes. || Sylver Gelidus Mar 22 Juil - 21:00


Teddy tapa du pied contre le levier, celui-ci rouillé par le temps et la nature. Elle pesta doucement, frappant de toutes ses petites forces. Et ce fut un coup de plus qui le débloqua et notre jeune trèfle manqua de se péter la gueule en avant. Hallelujah. Elle retourna aussitôt près du vide, regardant la lave se déverser. Au moins, la bestiole cramait comme une saucisse sur le grill. Teddy soupira de soulagement et se laissa tomber en arrière, reprenant peu à peu ses esprits. Mais ce n'était pas le temps de faire le vide dans la tête, une secousse la rappela à l'ordre. Elle sursauta et se remit sur ses jambes, avant de déguerpir vers l'échafaud. Et elle remarqua vite que ce dernier commençait à ne plus être trop stable; déjà qu'il l'était pas au début. L'androgyne se mit à descendre prudemment les échelles qui se présentaient à elle, espérant rejoindre le jeune homme, remarquant que ce dernier était aussi dans la mierda. Elle rata de se manger la tronche contre un barreau, son pied ayant brutalemment glissé.

Elle sauta sur une plate-forme, la faisant trembler. Elle leva la tête et vit les étages de l'échafaudage commençaient à trembler, comme s'ils étaient sur le point de... oui, s'écrouler. Elle détala aussi tôt. Tout l'étage tremblait, tandis que la jeune trèfle prenait la fuite, mais aucun moyen ne se présenter à elle pour se mettre à l'abri. Ce qu'elle vit devant-elle ? Ah, un trou, pardi, un morceau de l'échafaud s'était fait la malle. Elle sauta malgré elle et se rattrapa de justesse à un morceau de câble assez épais (et sécurisé) pour qu'elle s'y accroche. La voilà maintenant au-dessus du vide, alors que l'échafaudage tombait en ruine. Elle fixa ce qui se trouvait en dessous d'elle. Rien. Enfin, rien qui ne puisse amortir sa chute. Elle se laissa alors descendre doucement le long du câble. Et manqua à plusieurs reprises de lâcher prise et de tomber trop rapidement. Son pauvre petit coeur en prenait des sacrés coups.
Un pied tenta d'attraper le morceau de plate-forme devant elle, alors que ses mains glissaient sur le câble. Teddy balança son corps d'avant en arrière et dès qu'elle eut fini de jouer à la balançoire, elle sauta sur le morceau de l'échafaudage qui était encore debout. Un roulé-boulé et elle s'étala au sol. Mais au moins, elle n'avait pas fini le crâne encastrer dans le sol.

Elle emprunta une échelle et sauta enfin au sol, le vrai sol, celui qui est solide et stable. Elle rejoignit rapidement l'autre trèfle et se mit à chercher une sortie. Il y avait un ascenseur, pas bien loin. Mais pas en bon état... il y avait aussi une échelle. Une grande échelle, qui permettait d'accéder à l'étage supérieur du sous-sol. Elle attrapa une manche du jeune homme, faisant en sorte qu'il porte son attention sur elle et pointa l'échelle d'un doigt.

Teddy ϟ Là-bas ! Prenons cette échelle !

Relâchant la manche, elle courut vers cet échappatoir, qui, elle espérait, les emmènerait vers le bonheur d'être loin d'un putain de danger. Merde, quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: Bouquin et planche à roulettes. || Sylver Gelidus Mer 23 Juil - 13:31

    Edit : ... bon, je me suis gourré de personne pour ce post qui est écrit à la troisième personne, faites pas attention x.x

    Au fur et à mesure qu'il met un pied devant l’autres, le blond a de plus en plus de mal de maintenir le rythme soutenu de sa course effrénée.
    S’il est vrai qu’il fait généralement partit des meilleurs de sa classe en athlétisme, il n’avait généralement pas l’habitude de courir aussi vite. De plus, l’endurance avait toujours été son point faible, aussi ne lui restait-il plus très longtemps. A un moment ou à un autre, il devrait faire une pause pour reprendre son souffle, ses forces l’abandonnant à un rythme rapide.

    Mettre un pied devant l’autre est de plus en plus pénible.
    Des larmes de douleur commencent à apparaître aux coins de ses yeux et un point de côté vient le gêner encore plus. S’il ne trouve pas rapidement une solution le permettant de sortir d’ici ...

    Cet effort intense lui rappelle un souvenir lointain. Oui, c’est peut-être un moment mal choisis pour réfléchir mais au moins ça lui permet de penser à autre chose.

    Il se souvient d’une autre personne, à une autre époque. Qui aimait faire la course avec lui et qui le battait toujours à plates coutures.
    Il revit le visage souriant de la petite fille, sa queue de cheval au vent.
    Il entendit le bruit de ses pas sur le sol et ressentit la déception lorsqu’elle franchissait la ligne d’arrivée avant lui.

    Maïté et lui adoraient faire la course, quand ils étaient jeunes. Elle le battait toujours mais il n’abandonnait jamais, sa fierté de mâle le lui interdisant toujours. Et surtout, jamais il ne refusait une occasion de jouer avec elle.

    Au fur et à mesure des années, ils avaient grandit et leurs jeux enfantins étaient devenus d’autres jeux. Ils avaient arrêté de faire la course et Sylver avait arrêté de sourire. Seule la compagnie de la jeune fille lui procurait encore de la joie ...

    En se souvenant de sa jeune amie, le garçon retrouve des forces inespérées. Il redouble d’ardeur et oublie ses douleurs, pour elle.
    Si bien que lorsque la jeune trèfle l’interpelle, il est certes épuisé mais toujours en train de courir à vive allure.

    - Là-bas ! Prenons cette échelle !


    Suivant du regard la direction indiqué par le doigt, le trèfle s’arrête alors pour bifurquer vers l’échelle. Il s’y accroche comme à une bouée de sauvetage tandis que la lave engloutit tout sur son passage. Il y monte avec précipitation, ne souhaitant pas mourir alors même qu’il est sauvé. Ou du moins, c’est ce qu’il croit.

    Car un peu plus bas, juste derrière eux, un Garra n’en ayant apparemment pas finis avec eux s’accrocha à son tour à l’échelle et commença à monter, la langue pendant.


Dernière édition par Sylver Gelidus le Mar 19 Aoû - 15:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: Bouquin et planche à roulettes. || Sylver Gelidus Ven 25 Juil - 15:42


Elle accourut vers l'échelle et laissa passer d'abord le jeune homme, emboîtant le pas. L'androgyne fit en sorte de garder le même rythme que l'autre trèfle, histoire de ne pas être trop à la ramasse. Mais alors que le sentiment d'être éloigné du danger envahit peu à peu le coeur de Teddy, un tremblement brutal lui coupa le souffle. S'accrochant fermement aux barreaux, elle jeta un oeil inquiet par-dessus son épaule et put constater l'effroyable vérité, la bête de nouveau à leur trousse. N'en revenant pas, ses yeux s'écarquillèrent, stupéfaite de ce qu'elle voyait. Son corps resta paralysé par la peur, alors que son cerveau lui cria de reprendre son ascension. C'est une seconde secousse qui la réveilla et elle reprit aussitôt son escalade, tandis que le Garra les rattrapait.

L'échelle tremblait, ce qui fit paniquer la blonde. Ses mains, moites, attrapaient rapidement chaque barreau qui se présentaient, tandis que ses jambes flageolaient. Le Garra sauta sur un côté du mur, planta ses griffes dedans et grimpa en exécutant plusieurs sauts, les rattrapant. Teddy remarqua la peau brûlée de la bestiole, en songeant qu'elle était affaiblie à cause de la lave. Il fallait la faire tomber.

Teddy ϟ Il faut de trouver quelque à lui balancer à la gueule, pour la faire retomber, ça nous permettrait de partir plus rapiement. Quelque chose de lourd, de préférence... murmura-t-elle pour elle.

Accélérant son escalade, elle chercha autour d'elle quelque chose, n'importe quoi, qui pourrait servir de projectile à faire tomber sur le Garra. Il y avait des morceaux du mur qui commençaient à se décrocher, mais il fallait encore une secousse pour qu'ils parviennent à tomber. Teddy s'arrêta un instant et se pencha sur un morceau du mur, relativement gros et avec une main, elle le tira en arrière. Mais impossible à enlever. Elle leva la tête vers l'autre trèfle.

Teddy ϟ Aide moi ! On peut arriver à faire tomber ce morceau du mur sur le monstre et le ralentir.

Elle passa un bras autour de l'échelle et plongea ses doigts dans les fissures épaisses, tirant un maximum en arrière. Des morceaux de pierre lui écorchaient les doigts et les paumes, mais elle n'y prêta pas plus d'attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: Bouquin et planche à roulettes. || Sylver Gelidus Mar 19 Aoû - 16:29

    Note : Je sais que ça se fait pas trop (encore moins en plein milieu d’un RP), mais changement de temps à partir de maintenant. Je suis plus habitué à écrire au présent et c’est vraiment casse-c*uille ...

    M’accrochant avec force à l’échelle qui représentait ma seule porte de sortie, je me mit à réfléchir activement. Comment faire pour se sortir de se mauvais pas sans encombres ?...

    Bien sûr, il serait facile pour moi de m’échapper. Il me suffirait de monter les barreaux de l’échelle avec plus de vigueur et je pourrais sortir d’ici en un rien de temps, mes bras musclés me permettant d’aller plus vite que ces sales bêtes. Mais le problème venait à vrai dire de la jeune fille ... Comment faire pour la sauver, elle ?
    Heuresement, la réponse à cette question ne tarda pas à arriver d’elle-même.

    - Aide-moi ! On peut arriver à faire tomber ce morceau du mur sur le monstre et le ralentir.


    En suivant du regard la direction qu’elle pointait, je vis de quoi elle voulait parler et je m’empressai de descendre l’échelle, avec l’agilité qui m’est propre (hé hé). Arrivé à son niveau, je me renversai et me mit la tête en bas, de manière à avoir la tête quasiment au niveau de celle de la Trèfle. J’entourai de mes bras les siens et me mis à pousser de toutes mes forces ... comme ci ma vie en dépendait. Ce qui était le cas, en fait.

    Après quelques efforts, la roche ne tarda pas à céder sous la force et elle finit par se décrocher du mur, tombant en chute libre. Elle heurta ainsi de plein fouet ce qui semblait être le cerveau du Garra ... qui lâcha prise, assommé.

    Je souris alors, constatant que nous étions sortit de pétrin. Car si d’autres monstres avaient eux aussi commencé à grimper, il n’étaient néanmoins très loin et moins rapide que nous. Je poussa donc un soupir de soulagement et ne put m’empêcher de me sentir bien, ayant le sentiment d’avoir sauvé quelqu’un. Je pensa même à Maïté, qui m’avait sauvé autrefois. J’avais en quelques sortes remboursé ma dette ...

    Mais malheureusement, le bonheur ne fut que de courtes durées. A ce qu’on dit un malheur n’arrive jamais seul ... et bien s’était carrément une cascade de fâcheux événements qui s’abattaient sur nous. Et quand je dis une cascade qui s’abattaient , je pèse mes mots.
    En effet, la roche que nous avions décrochée entraîna dans sa chute d’autres roches qui nous tombèrent dessus. Et si la plupart furent de petites tailles et n’eurent aucuns effets sur nous, ce ne fut pas le cas de celle qui me frappa à l’arrière du crâne, me plongeant dans l’inconscience. Ceci, alors que j’étais toujours accroché la tête en bas à l’échelle ...
    Cela aurait put se terminer pour moi se jour-là, d’ailleurs, si mon pied droit ne s’était pas par chance entortillé dans un câble qui pendait là, me faisant ainsi pendre la tête en bas au bout du fil, le pied seul accroché et des monstres montant toujours à l’échelle ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.
MessageSujet: Re: Bouquin et planche à roulettes. || Sylver Gelidus Aujourd'hui à 10:29

Revenir en haut Aller en bas

Bouquin et planche à roulettes. || Sylver Gelidus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Sylver» Bouquin Bouquin !» Mon mangeur d'enfants à roulettes en wip» Burning Doll [Sylver & Tabata]» Partenaire avec Silver Wood ?
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: L'usine abandonnée-