21 pts30 pts25 pts41 pts28 pts


Rumeurs
• Il parait qu'Ordre Funeste déteste les instruments de musique car son frère Lumière jouait du piano très fort à l'heure de sa sieste quand il était petit.
• On raconte que lorsque vient la pleine Lune, on peut voir des Dryades dans la Forêt...
On murmure que LA SAINTE LAME NOM DE DIEU C'EST PAS RIEN est caché dans le Sanatorium... Et que celui qui prendra cette épée pourra commander au vent et vaincre les dieux... Info ou Intox ?
• Il se dit dans les couloirs du panthéon que Flore Ravageuse userait de rambourage pour améliorer ses formes.
Autres Rumeurs.
Notifications
• Pluie et nuage sont annoncé, avec des orages fréquents. Pensez à rester couvert et à l'abri de l'humidité qui favorise [b]les maladies.[/b]
• La forêt et la Ville sont affecté par la Pluie : la forêt est renforcée, les plantes semblent plus dangereuses et plus agressive.
• En ville, les monstres ont tendances à se montrer moins fréquemment à cause de la pluie.
• Le Monstre de Sable a disparu.
• Votre personnage peut être atteint de la fièvre Néandertalienne à cause de l'humidité. Cela peut être de votre volonté... ou de celle du staff. Son prochain rp devra être écrit dans un état fébrile, nauséeux. Votre personnage aura du mal à se concentrer et à communiquer avec autrui. Cette fièvre peut durer une semaine... Et peut entraîner la mort. La maladie croit en puissance les trois premiers jours, puis sa puissance diminue avec le temps.
Les Liens du Sang
Innokentiy
Fils de Evangeline
Sharon Chilton
Soeur de Sylver Gelidus
Merry Shark
Soeur de Seth Shark
L'Ingénieur
Meilleur Ami d'Atsuki Sengo et As de Trèfle.
Drusilla Giovanni
Ennemie d'Alexandro Derrechi
Maria Selimont
Amie de Sullivan Gordon et ancienne As de Trèfle.
Ruby Holsey
Soeur de Amber Holsey
Johanna Saddler
Mère de Leet Saddler
Mai Sun
Petite amie de Liang Tsao
Chad Stoneford
Demi-frère de Yuki Icesoul
Vladimir Dragomirov
Ex du chef des rebelles



 

Partagez|

∞ Life was f*cking me, now it's my turn. ∞ | finished

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

.
MessageSujet: ∞ Life was f*cking me, now it's my turn. ∞ | finished Jeu 29 Mai - 17:57


Heaven Smith Daniels



















Si je regarde dans votre poche, quel est l'objet que je risque le plus d'y trouver ?
Un couteau.

Et que trouve-t-on sur le bord de votre table de nuit, en lecture nocturne...?
Alice aux pays des Merveilles, de Lewis Carrol.

Si vous donnez le nom d'un courant artistique dont les peintures vous fascinent...?
Les peintures épiques evoquant la guerre.

La phrase méchante que vous devez arretez de dire:
« Avec ta gueule, tu penses aller un jour sur le devant de la scène... ? »

Votre lieu préféré:
Le Dehors.

Si vous étiez un héros de jeu de rôle standard ?
Je serais le Voleur ! C'est cool, l'arrière garde, non ?

Et votre cours préféré à l'école ?
J'sèche les cours, moi. J'suis un rebelle !

Un rêve d'avenir ?
Devenir Normal.


Nom: Smith Daniels.
Prénom(s): Heaven.
Âge: 21 ans.
Taille: 1m80.
Poids: 70kg.
Sexe: Féminin.
Lieu d'origine: Chicago, Illinois, États-Unis.
Époque d'origine: Époque actuelle.
Aime: Tuer, manipuler, les armes à feu, les armes en général, les fléchettes, voir couler le sang de ses victimes, ou au pire les voir agoniser, et surtout, braver toute autorité.
Déteste: Tout le reste.




She had something that every women would have...

Elle est jolie. Non... Belle. Non. Magnifique. Non non... Le mot n'est pas assez fort. Elle est aussi divine que la déesse Aphrodite.
Vous la voyez là-bas ? C'est dommage qu'une fille comme elle doive mourir. J'ai eu le temps de l'observer longuement, et pour ne rien vous cacher, je suis tombée sous le charme. Elle a une petite bouille d'ange, un air à la fois innocent et perverti par la vie, un air à la fois sage et rebelle, angélique et mauvais. Et pourtant, son visage ne traduit jamais rien. Comme un masque. Tout ce qu'on peut faire, c'est imaginer. C'est plus fort que nous, on veut coller une expression à ce visage trop neutre, trop innocent. Et on colle à cette fille l'image qui nous plaît.

Mais même en imaginant la pire personne du monde, on ne peut pas la détester. Avez-vous une fois essayé de croiser son regard ? Il est d'un bleu si beau, si pur. Trop pur. Oui parce qu'elle est tout sauf pure. Elle avait de superbes cheveux noirs, mais elle les a teint en rose pâle parce qu'elle savait qu'elle devenait de plus en plus sombre, mauvaise. Elle voulait se sentir colorée.
Elle n'a jamais coupé ses cheveux. C'est pour ça qu'elle les a si longs. Ils sont beau n'est-ce pas ? Comme elle.

Elle est très grande, est mince. Personne n'imaginerait soixante-dix kilos en regardant son mètre quatre-vingts. Elle est très sportive. Elle a fait beaucoup de danse, de course, de sports de combat. Elle a adopté une démarche féline. Chaque fois qu'on la voit passer, on ne peut s'empêcher de l'aborder, pour savoir si on a une chance. Et elle nous lance un regard dur chaque fois.

Elle a un style vestimentaire très simple. Mais il suffit à la rendre plus belle encore. Des t-shirts et des jupes qui nous laissent la vue sur ses longues et magnifiques jambes. Quelques fois des robes et des pantalons. Souvent des shorts et des chemises. Mais jamais rien de bien compliqué ou de trop "bling bling".

Si on devait lui attribuer un animal, ce serait sans aucun doute la panthère noire. Magnifique et mystérieuse.



She was black and white, she was rebel and destroyed...

Elle était... Une sorte de caméléon. Pas de personnalité, elle s'adaptait à celles des autres. Quelqu'un de stupide ? Elle devenait sotte et abrutie. Quelqu'un d'intelligent ? Elle devenait intéressante et cultivée. Elle n'avait pas eu droit à de véritables études, mais ses cours du soir avaient réussi à la rendre intelligente et maligne. Peut-être qu'elle était surdouée. Sinon, comment, avec le peu de moyens qu'elle avait, aurait-elle fait pour connaître les points du corps à frapper pour immobiliser ses cibles par exemple. Elle savait beaucoup de choses que vous autre ne saurez probablement jamais.

Life is a bitch ? Elle savait ça par coeur. Elle avait trop longtemps maudit son sort alors elle s'était réveillée. Haine et rage. Insensible. C'était tout ce qu'elle était. Elle ne souriait pas, et si elle avait une voix mélodieuse, personne ne l'avait entendu rire. Elle s'était rebellée contre la vie et ses plaisirs futiles et éphémères. Rester bien sage dans son coin, nan... Elle voulait montrer sa haine au monde.

Hors-la-loi. Elle ne connaissait pas la pitié, et encore moins les regrets. Elle n'avait aucune limite. Personne d'autre que la Faucheuse ne pouvait l'arrêter, c'était tout ce qu'elle attendait. La mort. Les flics, les lois, les avocats et les juges ? Une belle blague, ce n'étaient pas des institutions faites pour elle.

Elle aimait, et savait manipuler toute personne. C'était comme ça qu'elle tuait. Elle avait quelques penchants sadiques, et savourait l'agonie de ses victimes, mais tous ces meurtres n'était que les rouages de sa rébellion contre le monde. Elle avait un objectif précis.

Quand elle fumait, il fallait toujours la laisser, sans quoi elle sortait le poignard. D'ailleurs, en parlant de ça, c'était souvent des trucs pas très légaux que prenaient ses poumons. Forcément, à force de traiter avec des dealers qui voulaient éliminer leurs concurrents, elle savait quoi demander en plus de l'argent.

Elle n'était pas folle non. Mais après avoir vu la mort sous ses yeux, elle savait ce qu'était la vie. Un système, un jeu, ou elle serait le pion qui sortait du lot pour éliminer les autres jusqu'à ce qu'elle soit elle-même éliminée. Rébellion.

Elle était à la fois calme et impulsive, lente et vive. Ce qui la rendait plus impressionnante encore. Mais derrière tout ça, elle était ce qu'on pouvait appeler une survivante de la vie. Elle a gardé des blessures et des cicatrices. Elle a été entièrement détruite et à présent elle veut détruire le monde. Que tout le monde la comprenne enfin.



She was playing with her fucking life.

Elle est étendue au sol. Les yeux grands ouverts, elle attend sa fin. Elle ne comprend pas pourquoi elle arrive si lentement. Elle veut vite mourir. Elle veut quitter rapidement ce putain de monde. Elle s'excuse auprès de ses parents : elle sait qu'elle ne les rejoindra sûrement pas là-haut. Mais elle veut qu'ils comprennent son comportement de hors-la-loi. Elle leur rejette la faute. C'est vrai : s'ils avaient été clean, elle ne serait pas devenue une machine à tuer. Mais ce n'était pas le cas.

Elle agonise. Elle revoit sa vie défiler devant ses yeux. Cette fois c'est la bonne. Une vie de rebelle, de tueuse, de fille haineuse. Elle revoit tout.


Boum. Boum. Boum.

L'atmosphère est tendue. On martèle à la porte. Les Smith font comme s'ils n'étaient pas là.

- On sait que t'es là Smith ! Sors de là maintenant !

Une femme s'apprête à crier. Elle est au bord de l'hystérie. Elle a perdu sa fille à cause des trafics de son mari. Elle ne l'a pas vu depuis plus de deux semaines. Elle est morte de peur.

- Heaven est peut-être avec eux.
- J'pense pas. Ils l'ont sûrement violée, et peut-être tuée. C'est plus la peine d'espérer qu'on la récupère.
- Comment tu peux dire ça !?

Ils sont découverts. Quelqu'un enfonce la porte et des hommes entrent. Ils ont avec eux une gamine de dix ou onze ans, inconsciente. Elle a été frappée, elle est ensanglantée et ses vêtements sont déchirées. Tous les hommes sont passés sur elle, mais aucun ne s'est résolu à la tuer. L'homme qui la porte la lâche dans un fauteuil. Les autres partent à la recherche des Smith. Ils les trouvent rapidement pendant que la gamine se fait réveiller. Ils veulent qu'elle voit ce qu'on faisait aux petits malins dans un quartier tel que celui où elle vivait. Pourri jusqu'au centre de chaque pierre.

Elle se réveille. Elle crie parce qu'elle voit le dernier homme qui s'était occupé d'elle. Le plus mauvais, le plus brutal. Il lui dit de regarder. Il sort un pistolet et un poignard. Elle a peur, mais il lui dit que ce n'est pas pour elle. Qu'il la laisserait grandir avant. Il tire sur le père. En pleine tête, les yeux grands ouverts. Il tombe, elle crie. L'homme se dirige ensuite vers la mère. Heaven ne veut plus voir. Elle rassemble ses forces et se lève. On la retient. L'homme poignarde sa mère. Elle commence à pleurer, elle se met à vomir. On la conduit dehors. Elle se dégage et part en courant, ou du moins, elle essaie. Elle n'avait plus de forces à pleurer, crier et se débattre. Elle ne sait pas ce qu'avaient fait ses parents, mais si elle n'en avait pas eu le courage ce jour-là, elle les vengerait, et elle se vengerait aussi.
Un gosse de dix ans comprend beaucoup de choses, souvent bien plus que ce qu'on imagine. Dans un quartier pourri de Chicago, Heaven avait compris que pour y survivre, elle devrait elle aussi faire de sales choses. Tout ça parce que "life is a bitch".


- Ils les ont tués... Je les hais de tout mon coeur. Ils me faut juste ce job, et je ferais comprendre à tout ceux de leur espèce ce que ça fait de perdre sa vie. Même si je dois devenir pire qu'eux. Je m'en fous royalement.
- Tu te rends compte de ce que tu dis ?
- Mme Daniels. Assurez simplement votre rôle de psychologue. Ne confondez pas adoption et travail. Je sais parfaitement ce que je dis et ce que je compte faire. Un bain de sang.

Elle avait quatorze ans. Sa psychologue l'avait retrouvée et avait fini par l'adopter. Pendant quatre ans, Heaven avait sombré dans un mutisme profond. Ce n'était que ce jour-là qu'elle avait accepté de parler. Elle était d'abord hésitante, encore apeurée. Chaque fois qu'elle sortait, elle regardait de tous les côtés. Mais au fur et à mesure, sa haine se réveillait, elle prenait de l'assurance pour finalement en arriver à la conclusion fatale.

- Tout le monde doit savoir ce que ça fait que de mourir.

Heaven se leva. Il fallait comprendre que la séance était terminée. Mme Daniels poussa un soupir. Depuis qu'elle l'avait adoptée, elle avait de plus en plus de mal à aider Heaven, qui ne parlait avec elle que dans le cadre de ses séances. Le reste du temps, elle sortait, découchait parfois, ou rentrait dans un état lamentable après ses cours du soir, souvent les vêtements en loques parce qu'elle pratiquait des sports de combat, d'autres fois pleine de bleus à cause de chutes à la danse et souvent complètement défoncée. Mais Mme Daniels craignait surtout pour la santé mentale de sa nouvelle fille. Cette dernière était encore jeune et parlait de mort comme d'une facilité. Elle savait certe ce que l'on ressentait lorsque qu'on était souillée et qu'on perdait des êtres chers, mais personne n'arrivait à lui faire comprendre que la vengeance ne l'aiderait en rien.

- A ce soir dans ce cas.
- ...

Heaven était sortie en claquant la porte. Pas un mot de plus.


Un an plus tard. Elle est en prison. Elle était complice d'un trafic. En fait, elle s'était imposée dans ce trafic. Elle voulait faire remonter son nom dans le réseau des dealers. Elle voulait qu'on la reconnaisse, même si elle était jeune. Elle avait été loin. On l'avait prise comme novice. Ils disaient qu'elle avait de l'avenir. Mais ils n'avaient pas hésité à la dénoncer à leur place.

Elle tournait en rond dans sa cage. Ele n'était pas toute seule dans sa cellule. Il y avait une autre fille plus vieille qu'elle. Une innocente qui ne connaissait rien à la vie. Une abrutie qui était là par malchance et qui ne connaissait même pas son crime. Heaven avait fait connaissance avec elle, même si elle n'en avait eu aucune envie. La discussion était plutôt bien partie. La fille en question avait un style de garçon : coupe courte, vêtements pris au grand frère. Quelque chose du genre. Pour autant, elle restait agréable, même si sa façon de parler était... Osée. Très clairement, elle draguait Heaven, celle-ci l'avait bien remarqué et étrangement, elle avait l'air d'apprécier.

Après plusieurs mois, elle s'était finalement bien rapprochée de la fille de sa cellule.

- J'en ai assez d'être là.
- Je sais. Moi aussi. Et personne ne m'a dit pourquoi.
- Je sais très bien pourquoi.
- Mais je pourrais rester encore longtemps tant que tu es avec moi, ma petite chérie.
- Ça ne te gêne pas d'être de ce bord là ?
- Pourquoi ça devrait me gêner ?
- Je ne sais pas. Ça me gêne moi.

La discussion s'était arrêté là. Après tout, Heaven avait seulement quinze ans. Enfin... Elle était dans l'année de ses seize ans. Mais comment pouvait-elle savoir ?

- Hey, Jo' ! Ça va pas ?!

Elle l'avait surprise. Une simple pression sur ses lèvres. Son rythme cardiaque avait accéléré, elle avait rougi. Et pour contenir ce flot de sentiments nouveaux, elle avait repoussé Joséphine. Et puis finalement elle l'avait refait d'elle-même. Jo' lui avait soufflé deux petits mots dont elle ne connaissait pas encore bien le sens.
Heaven était heureuse, pour la première fois depuis longtemps. Mais c'était éphémère, elle le savait. Car le lendemain, Jo sortait de prison. Elle allait rentrer chez elle, dans le Montana. Loin... Et elle ne la reverrai jamais. Elle ne lui parlerai plus. C'était l'amour d'un soir car le lendemain, Jo' serait loin...


On l'avait enfin libérée. Mme Daniels était venue la récupérer. La femme était à la fois heureuse et en colère ; Heaven, impassible.

La jeune fille s'était décidée à faire un tour à son ancienne demeure. Les portes avaient été défoncées, le réfrigérateur pillé, les quelques bijoux de sa mère volés. Seuls les corps restaient introuvables. Mais ce n'était pas ce qui l'intéressait. Elle entra dans ce qui était la chambre de ses parents. Elle connaissait tous les coins secrets où les voleurs ne pourraient jamais penser à chercher. Petite, elle voyait son père y stocker de nombreuses armes. Avant qu'on ne la kidnappe, elle avait appris à tirer avec son père. Tout ce qu'elle voulait à présent, c'était récupérer ces armes.

Elle tira sur une latte du plancher. Elle avait trouvé ce qu'elle cherchait. Le révolver que son père lui avait prêté. Celui qu'il lui réservait, parce qu'il savait que sans arme, on ne vivait pas dans ce quartier dont on n'avait aucune chance de sortir. Il y avait quelques balles, mais pas assez. Elle devait en trouver. Elle savait où elle devait aller. C'était elle qui s'occupait de l'approvisionnement de son chef avant que ce dernier ne la fasse coffrer à sa place.

Elle quitta la maison avec toutes les armes dont elle avait besoin. Une cigarette entre les lèvres, elle se rendit chez son "fournisseur". Elle savait qu'il ne lui donnerait rien si facilement. C'était un abruti qui s'était toujours méfié d'elle parce qu'elle était jeune. Mais elle avait su le gérer. Et si le fait qu'elle soit censée venir au nom de son ancien chef ne fonctionnait pas, elle savait qu'elle pourrait le menacer.

Elle n'eut pas grand mal à obtenir ce qu'elle voulait. À présent, elle pouvait dérouler sa liste.

A lonely girl living in the darkest world wants to take revenge on this world. She becomes a rebel, an outlaw girl, a serial killer...

Elle est dans un bureau. Elle est en entretien. Elle a seize ans, et cherche à se venger. Elle veut tuer. Elle veut voir le monde souffrir. Elle sait déjà comment manipuler pour arriver à ses fins.

Elle discutait avec M. Yells, un important trader, mais aussi grand trafiquant. L'ennemi numéro un de son chef dont elle ne connaissait même pas le nom. Elle savait tout ce qu'il y avait à savoir.

- Je sais que vous aimeriez vous débarrasser de votre concurrence. C'est courant chez les gens comme vous. Et c'est pour ça que je suis là. Je suis très efficace, vous ne pourrez pas être déçu. J'entends beaucoup de choses, je remarque les petits détails qui font toute la différence, le manque de précision, comme votre cravate de travers, le mouchoir qui dépasse trop de votre poche de veste, votre coiffure négligée, sûrement parce que vous n'avez pas eu le temps de l'arranger ce matin. Alors. Embauchez moi, vous ne serez pas déçu.

On lui demande de faire ses preuves. On lui donne un poignard et un révolver. Deux armes, deux cibles, une balle. Elle lance le poignard en premier. Il se plante avec grâce dans le mur, au centre de la cible. Elle se saisit du révolver. C'est l'épreuve la plus simple. En plein dans le mille.

Elle signe le contrat de travail, non sans donner quelques conditions.


Son chef est mort le premier. Puis elle s'est occupée d'une dizaine d'autres personnes. Elle n'a pas froid aux yeux. Elle ne regrette rien. Mme Daniels ne sait rien de ce qu'elle fait. Elle la voit de moins en moins souvent.
Cela fait quatre ans qu'elle tue sans remord. Elle se sert de ses atouts de son charme. Puis elle regarde ses victimes à l'agonie. Elle veut qu'elles meurent avec son image, son regard comme dernier souvenir. Et elle s'en va. Sans laisser de trace.
Depuis quelques temps, elle a décidé de changer de tactique. Elle s'amuse avec sa nouvelle victime, Jason Taylor. Elle fait de lui sa marionnette. Il est amoureux c'est sûr. Mais elle, non. Lui dit qu'elle l'envoûte, qu'il pourrait mourir pour elle. Elle ne lui a jamais adressé un sourire. Avec ce qu'il s'était passé avec Joséphine, elle ne voulait pas prendre de risque. Et puis, elle ne pouvait pas avoir de sentiments pour celui qu'elle allait tuer.

Il l'invite au restaurant chaque soir. Elle lui sort un baratin et il l'aime encore plus. Elle le laisse l'embrasser mais ne réagit pas vraiment. Elle sait qu'elle doit faire au plus vite, que le jeu doit s'arrêter là. Mais elle commence à apprécier cette attention que Jason lui porte. Elle n'a pas le droit, elle le sait. Mais chaque fois qu'elle le voit, ce sentiment est plus fort. Pour la première fois depuis bien longtemps, elle a peur. Elle s'est rendue compte qu'elle l'aimait... Beaucoup trop.

Elle doit le tuer avant que ça n'empire. Elle sait que si elle ne le fait pas... C'est elle qui mourra. Elle s'en moque royalement mais elle n'a pas encore fini sa liste. Il lui reste des gens à envoyer en enfer.
Jason lui donne rendez-vous le lendemain. Elle lui dit qu'elle arriverait vers midi. Le jeune homme est tout excité. Il attend sa déesse à la démarche féline avec impatience. Quand elle arrive enfin, il la guide dans le restaurant qu'il a choisi. Il est heureux, il la fixe. Et il remarque son regard, ce regard d'assassin. Ils sont à l'abri des regards alors elle sort son révolver.

- Tu aurais mieux fait de ne pas me rencontrer.

Ses mains tremblent. Elle ne veut pas tirer la gâchette, même si elle le doit. Elle pointe l'arme sur Jason, puis la laisse tomber. Elle l'embrasse puis part en courant, juste en lui disant adieu.


Elle meure enfin. Et elle ne souhaite qu'une chose : repartir à zéro.



Votre pseudo:
Votre Age: Je suis née le 14/07/98, faites le calcul ! *fuit*
Expérience RP: 1 an... je crois.
Un avis sur le forum ? Bah... Je l'ai pas déserté, ça veut tout dire. \o/
Comment tu nous a connu ? C'est mon troisième compte ici.♪
Un commentaire ?
Provenance de votre avatar ? Vocaloid IA.
Parrain/ Marrainne ?
Code du règlement: Validé par Ordre ☆


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: ∞ Life was f*cking me, now it's my turn. ∞ | finished Dim 15 Juin - 20:16

Pas besoin de bienvenue, tu les as eu il y a déjà looooooooooongtemps !

Donc déjà, super fiche, très intéressante et bien en ordre. Donc comme ça, j'opterai soit pour pique, soit pour carreau. Faut voir avec les autres du staff ! Haww !
Revenir en haut Aller en bas

.
MessageSujet: Re: ∞ Life was f*cking me, now it's my turn. ∞ | finished Dim 15 Juin - 21:11

Bon, eh bien... je n'ai rien à ajouter, comme convenu sur la CB je te valide et te passe chez les Piques. Merci de ta fidélité. ~

_________________
#660000/#990000, you see ?


Par Cauchemar Carnassier

More ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

.
MessageSujet: Re: ∞ Life was f*cking me, now it's my turn. ∞ | finished Aujourd'hui à 10:32

Revenir en haut Aller en bas

∞ Life was f*cking me, now it's my turn. ∞ | finished

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» — bring me to life» Life in UCLA» 06. My life would suck without you (part II)» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn» "Life is a ticket to the greatest show on earth."
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Fiches Validées :: Piques-