21 pts30 pts25 pts41 pts28 pts


Rumeurs
• Il parait qu'Ordre Funeste déteste les instruments de musique car son frère Lumière jouait du piano très fort à l'heure de sa sieste quand il était petit.
• On raconte que lorsque vient la pleine Lune, on peut voir des Dryades dans la Forêt...
On murmure que LA SAINTE LAME NOM DE DIEU C'EST PAS RIEN est caché dans le Sanatorium... Et que celui qui prendra cette épée pourra commander au vent et vaincre les dieux... Info ou Intox ?
• Il se dit dans les couloirs du panthéon que Flore Ravageuse userait de rambourage pour améliorer ses formes.
Autres Rumeurs.
Notifications
• Pluie et nuage sont annoncé, avec des orages fréquents. Pensez à rester couvert et à l'abri de l'humidité qui favorise [b]les maladies.[/b]
• La forêt et la Ville sont affecté par la Pluie : la forêt est renforcée, les plantes semblent plus dangereuses et plus agressive.
• En ville, les monstres ont tendances à se montrer moins fréquemment à cause de la pluie.
• Le Monstre de Sable a disparu.
• Votre personnage peut être atteint de la fièvre Néandertalienne à cause de l'humidité. Cela peut être de votre volonté... ou de celle du staff. Son prochain rp devra être écrit dans un état fébrile, nauséeux. Votre personnage aura du mal à se concentrer et à communiquer avec autrui. Cette fièvre peut durer une semaine... Et peut entraîner la mort. La maladie croit en puissance les trois premiers jours, puis sa puissance diminue avec le temps.
Les Liens du Sang
Innokentiy
Fils de Evangeline
Sharon Chilton
Soeur de Sylver Gelidus
Merry Shark
Soeur de Seth Shark
L'Ingénieur
Meilleur Ami d'Atsuki Sengo et As de Trèfle.
Drusilla Giovanni
Ennemie d'Alexandro Derrechi
Maria Selimont
Amie de Sullivan Gordon et ancienne As de Trèfle.
Ruby Holsey
Soeur de Amber Holsey
Johanna Saddler
Mère de Leet Saddler
Mai Sun
Petite amie de Liang Tsao
Chad Stoneford
Demi-frère de Yuki Icesoul
Vladimir Dragomirov
Ex du chef des rebelles



 

Partagez|

GET OUT OF MY HEAD!!! (Erin McNicholl)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

.
MessageSujet: GET OUT OF MY HEAD!!! (Erin McNicholl) Dim 26 Oct - 22:44



Erin McNicholl
Je suis prête à faire n'importe quoi pour qu'elles se taisent...


Âge • 17 ans  Taille •1m68 Poids • 107 livres Sexe • Féminin Lieu de naissance • Edimbourg, Écosse Nationalité • Écossaise Époque d'origine • Années 1980 Avatar •Tateyama Ayano




• Question sur le personnage •
" Est-tu consciente de l'identité des voix dans ta tête ?", question posée par Lumière de Jugement

Oui je le sais.  Mais à quoi bon?  On peut presque dire que ça ne m'apporte qu'encore plus de confusion.  Si elles ne sont pas réelles, est-ce que ça veut dire que ce qu'elles me disent est faux aussi?  Peut-être, mais reste que ça fait mal.  Quand elles se mettent à me blesser mentalement, j'essaie de me convaincre de les ignorer en me rappelant qu'elles ne sont pas réelles, mais je ne me souviens même plus de la dernière fois que ça a fonctionné.  Je le crois, mais ça ne m'aide pas à grand chose.  Je les entends, peu importe si elles sont vraies ou fausses.

"Combien de voix sont recensées dans l'univers psychique d'Erin et surtout, sont-elles toutes "négatives" ?" question posée par Cauchemar Carnassier

J'entends quatre voix en tout et oui, elles sont toutes négatives.  Chacune a sa manière de faire.  Devil est championne en insulte, alors que Breaking Heart va directement au coeur en décodant tout mon passé et mes émotions.  Pour Crazy, il lui suffit de relâcher son fou pour pouvoir me fondre dans le désespoir, ou des fois même, elle m’entraîne dans sa folie.  Finalement, Isla me fait  remémorer sa disparition et me fait porter le chapeau en disant que tout ça était de ma faute.  


Pour chaque question, veuillez chosir une seule réponse et une seule. Il n'y a pas de mauvais choix dans ce questionnaire. Considérez que votre personnage vit dans le présent et que c'est lui qui répond au questionnaire, avec ses motivations, ses rêves et son caractère.

Si je regarde dans votre poche, quel est l'objet que je risque le plus d'y trouver ?


Et que trouve-t-on sur le bord de votre table de nuit, en lecture nocturne...?


Si vous donnez le nom d'un courant artistique dont les peintures vous fascinent...?


La phrase méchante que vous devez arrêtez de dire:


Votre lieu préféré:


Si vous étiez un héros de jeu de rôle standard ?


Et votre cours préféré à l'école ?


Un rêve d'avenir ?




Ne regardez pas ce que je suis devenue...


•  Physique.
Comme cheveux, Erin possède de longs et épais cheveux bruns chocolat avec des reflets roux sous le soleil. Ses yeux sont bruns aussi, mais encore plus foncés, presque noirs. Sans oublier qu'ils sont la plupart du temps rougis ou avec des cernes, comme si elle avait pleuré. Avec sa silhouette maigrichonne et un peu anguleuse, elle semble fragile.  Chaque pores de peau est blanc chez elle, exceptés ses longs doigts fins qui sont plus bleutés ainsi que ses pommettes qui sont légèrement rosées. Telle un mort, elle ne dégage jamais de chaleur. De la tête aux pieds, elle est froide sans tout de même avoir de frisson. Erin n'est pas très musclée et possède plutôt des bras et des jambes frêles.  Elle se met généralement son uniforme d'école noir ainsi qu'un long foulard rouge comme le sang.

• Histoire.
 Bienvenue à tous dans l'univers d'Erin McNicholl!  Cette dernière est absente cependant, car elle a été envoyée dans un monde où un jeu de survie est imposé…  C'est pourquoi elle ne peut pas vous raconter son histoire.  Donc nous allons céder la parole aux témoins de son histoire qui n'existent pas ou n'existent plus.

Lydia Barclay

On dit que tous les nouveau-nés sont purs à la naissance.  Mais ça ne devait pas être le cas d'Erin.  Je dit cela moi, sa mère, parce que elle n'a pas été facile à accoucher.  Elle est née trop tôt, alors elle n'allait pas très bien.  C'est pour ça que je l'ai appelé ainsi:  Ce nom ressemblait au mot iron. Dure comme le fer.   Elle a survécu, et mon mari et moi la chérissait avec notre amour pour elle.

Deux ans plus tard, j'ai accouché d'une autre petite fille que j'ai joliment appelé Isla.  Elle était si mignonne!  Quand Erin la vu pour la première fois, elle était curieuse et ne comprenait pas le concept des bébés.  J'ai eu peur qu'elle ne l'aime pas, mais j'ai compris plus tard qu'elle était très contente d'avoir une petite sœur.  Elle voulait tout faire à ma place!  La bercer, changer sa couche, etc.  Pour elle, c'était un peu comme le jeu de la maman.

Elles avaient beau bien s'entendre, plus elles grandissaient, plus elles se disputaient!  Des fois ma patience était à bout et l'envie de prendre une bière pendant leurs siestes était tentante.  Mais quand mon mari le remarquait, on se disputait.  Il me surveillait de près, mais des fois je pouvais échapper à sa vigilance.

Une de ces fois fût la pire de toutes.  Erin avait sept ans et Isla cinq.  Je faisais une recette et j'ai remarqué qu'il manquait un ingrédient.  En cuisinait, je buvais un verre de bière.  Mon mari était parti travailler et je devais aller chercher un ingrédient à l'épicerie.  Je savais que ce n'était pas une bonne idée de laisser les enfants seuls.  Mais l'épicerie n'était pas loin.  Alors près leur avoir dit d'être prudentes, sages et de n'ouvrir à personne, j'ai accouru au magasin.  La bière avait du m'influencer pour que je décide de les abandonner à leurs risques et périls.  Surtout pour laisser Erin s'occuper de sa petite sœur.  

Trente minutes plus tard, je rentrais finalement à la maison, essoufflée.  Car j'avais peur qu'il leur soit arrivé quelque chose.  C'est pourquoi j'ai annoncé à haute voix mon retour.  Le sac d'épicerie à la  main, j'ai commencé à faire le tour de la maison pour les voir, quand Erin rentra dans la maison à son tour.  J'ai eu peur, pendant un instant.  Mais mon rôle de mère est revenu sur terre et j'ai commencé à la sermonner.  Jusqu'à ce que je me rendes compte qu'Isla n'était pas avec elle.  Isla n'était nulle part dans la maison.

La disparition de ma fille a brisé le reste de la famille.  Je dois avouer que j'étais en colère contre sa sœur.  En fait, je lui en voulais, pour être plus précise. Je sais que le lien qui nous relie elle et moi doit supposément m'empêcher de la détester, de même pour elle.  Mais j'ai arrêté d'y croire.  Erin avait condamné sa sœur, et c'était dur à pardonner.  Mon mari et moi avons demandé, un ans plus tard, le divorce.  Ni l'un ni l'autre ne voulait garder l'enfant.  Alors le juge a déclaré qu'il y aurait une garde partagée.  

Le reste de ma vie n'était pas vraiment intéressante.  Au cas que vous ne l'auriez pas deviné, je buvais.  Tout le temps.  Alors j'étais soûle vingt quatre heures sur vingt quatre.  Je ne sortais jamais de chez moi.  Sauf pour aller au dépanneur.

Breaking Heart (B.H)

Erin était faible, vous le constaterez assez vite.  Elle essaie encore de réanimer les choses qui sont déjà morts.  Autant pour sa sœur que pour ses parents.  Aussi, elle n'apprendra jamais.  Je ne parles pas de ses notes à l'école.  Je veux dire les leçons de vie.  Elle va finir par abandonner quelqu'un ou quelque chose encore une fois.  Et ce sera après qu'elle l'aille perdu qu'elle va se rendre compte à quel point cette chose ou cette personne était précieuse pour elle.

Elle dit que je la torture, mais c'est elle qui se fait mal.  Elle se donne des faux espoirs, et elle espère du jour au lendemain qu'ils vont se réaliser.  C'est peut être pour ça qu'elle m'entend:  Il est de mon devoir de la réanimer, de la plus douloureuse des façons, s'il le faut.  Bien sûr je fais référence à la douleur mentale.  Quoique que je lui dis juste la vérité.  C'est juste elle qui est trop sensible.  

Elle dit qu'elle me déteste, mais elle a dû finir par s'attacher un peu à moi, parce que elle m'a donné un nom.  Quoique qu'il n'a rien de spécial là-dedans. Est-ce une preuve de son attachement à nous ou de sa faiblesse à résister?  C'est dur à dire, les deux choix sont plausibles.

Isla McNicholl

Elle m'a tuée.

C'est honteux.  C'est choquant.  Ma sœur est un monstre.  Je ne m'en étais pas rendu compte parce que j'étais jeune et naïve.  Après tout, j'avais juste cinq ans avant de mourir.  Si j'aurais été en vie, j'aurais eu le goût de pleurer.  Mais je ne peux pas.  Je ne suis qu'une voix.  La Isla que j'étais autrefois est laissée pour morte.  Portée disparue.  Jamais retrouvée.  Cet accident a pu me permettre d'une façon de me venger de ma sœur:  Je lui fait mal, je l'accuse.  Mais ne vous en faites pas, je le fais peu souvent.  Parce qu'elle reste ma sœur.  Je ne pouvais pas la détester.  Je contenais ma colère le plus longtemps possible avant de tout lui balancer à la figure.

Le meilleur exemple, c'est ses dessins.  Vous savez pourquoi elle m'a abandonné?  Pour une histoire de dessin.  Je voulais juste la taquiner en dessinant une araignée, prétendant que c'était son portrait.  Elle avait essayé de faire un portrait de moi, et j'ai pas vraiment aimé (et avec raison, quand on y pense.)  Et mon araignée est apparu, elle s'est fâchée et vous connaissez la suite.

Juste pour dire qu'une fois, la première fois en fait qu'elle m'a entendu depuis ma disparition, je lui ai fait faire une crise.  Toutes ses années, elle avait fait plein de portrait de moi.  Ça me dégoûtait.  À mes yeux, c'était comme si elle me demandait pitié.  Mais ma colère a eu l'effet escompté: Elle a brûlé tous mes portraits.


Papa et Maman l'ignoraient complètement.  Ça me faisait un peu de peine.  Erin refusait trop la réalité pour s'en rendre compte, mais Papa avait peur d'elle.  Je ne sais pas ce qu'il pensait, mais Maman avait raison:  Erin tient de Papa.  Les deux s'enfermaient dans leurs chambres dès qu'ils le pouvaient.  Aussi, ils s'accrochaient à des petites choses de la vie du quotidien.  Papa n'avait que yeux pour son travail.  Et Erin, comme si ça m'enchantait, mettait sa vie en dépens du dessin.  Avait-t-elle oublié la dernière fois qu'on a dessiné ensemble?  Oui, mais elle préférait comparer cette occupation aux bons moments qu'on a passés ensemble.  C'était facile pour elle, elle qui n'est pas morte!  Quand on se rend compte que c'est un papier et des crayons qui ont déclenché le processus de notre mort, on n'en garde pas de très beaux souvenirs.  Erin le savait probablement.  C'était sûrement pour me provoquer, preuve qu'elle ne m'aimait pas.  Est-ce que j'ai dit que ma sœur était un monstre tout à l'heure?  Alors je me corrige: C'était une démone!  Quelqu'un de maléfique qui se cache sous un masque d'apparence attachante.  Je lui ai déjà dit, quand elle habitait chez James, et elle a piqué une crise.  Ça m'a fait du bien, mais je garde les détails pour plus tard.

Pour revenir à Maman, elle aussi était triste, mais elle l'exprimait d'une autre façon: elle buvait toujours.  Elle était toujours dans le salon, une bière à la main, en regardant la télé.  Si elle aurait été un homme, elle n'aurait même pas rasé sa barbe régulièrement.  Pourtant, Papa disait qu'il était important qui se rase souvent la barbe.  Pas juste parce que ça pique quand il nous faisait des bises, mais aussi parce qu'il avait une apparence plus propre?

Est-ce que ça veut dire que Maman était sale?

Minou

J'aurais aimé vous racontez ma vie. Toute ma vie.  Parce que ça aurait été plus glorieux que de juste vous expliquer comment j'ai décédé.  Je ne comprends pas ce qu'il l'a poussé à faire ça.  Malgré ses mots doux et les excuses qu'elle m'a chuchotés, je me sentais trahi, blessé à mon âme animal.

J'avais faim.  La vie sauvage en ville n'est pas aussi agréable.  La nourriture était plus difficile à trouver, alors il était important pour moi de protéger mon territoire des autres chats.  J'avais un quartier à moi tout seul, et ce n'était pas assez.

Mais Erin m'a adopté.  Elle m'a vu, dans la ruelle.  Dans ce temps-là on voyait mes côtes tellement que j'étais maigre.  Pitié? Compassion?  Je m'en foutais.  Je voulais qu'on me sorte de ce trou de malheur.  Et elle l'a fait.  Elle n'était pas ma maitresse, juste une coloc, un peu.  Elle avait compris qu'un chat de gouttière ne pouvait pas renier sa liberté et devait protéger son territoire.  Mais le soir, elle me nourrissait; elle me flattait; elle m'avait même bricoler un jouet en plume.  Pendant qu'elle allait à l'école, moi j'allais me promener en ville.  Chaque chat a besoin d'affection.  Ce n'est que quelques jours plus tard que j'ai remarqué qu'elle aussi, avait besoin d'affection.

On s'est soutenu, et Erin en a encore plus profité que moi.  À mon arrivé,  ses notes à l'école étaient très médiocre et elle ne semblait pas vraiment déterminée à se rattraper.  Mais ma présence, mes demandes de caresse ont dû l'encourager, parce qu'elle s'est rattrapée juste assez pour passer sa sixième année.  J'étais content, parce qu'elle était content.  À mes yeux, Erin n'était qu'un pauvre chaton abandonné que j'avais décidé d'adopter.  Je l'aidais à survivre.

Mais je dois avouer que malgré sa gentillesse à mon égard, Erin se comportait étrangement.  Elle parlait toute seule.  Elle était trop vieille pour avoir un ami imaginaire.  Mais quand elle agissait ainsi, elle était sérieuse, et son ami imaginaire ne devait pas être sympathique, car Erin avait l'air de trouver ces conversations dans le vide pénible.  En fait, c'était plutôt une amie.  Erin l'avait appelé B.H, si j'ai bien compris.  Maintenant plus j'y pense, plus je me souviens que les conversations étaient agitées et désagréables.  Je pourrais même dire qu'elles se chicanaient: Souvent Erin venait me prendre dans ses bras pour laisser ses larmes tomber sur ma fourrure qu'elle caressait machinalement.  

Mais c'était jusqu'à sa crise du dessin.

Ça sonne bizarre, je sais, mais attendez que je vous explique.  Elle avait surpris son père en train de me caresser.  Un mauvais malaise s'était installé entre eux.  Erin avait essayé de faire la conversation, mais ça n'avait que fait fuir son père.  Alors elle est allée dans sa chambre et a dessiné, moi derrière ses talons.  Je ne savais même pas ce qu'elle voulait dessiner à la base.  Soudainement, elle a relevé la tête, cherchait autour d'elle quelqu'un à la panique.  Pourtant elle dessinait toujours, sans même s'en rendre compte.  Un moment donné elle a supplié, avant de crier «NON!» et de me lancer son crayon.  J'ai eu peur.  Pas juste parce que j'avais failli avoir la mine du crayon dans l'œil, mais j'avais aussi peur pour elle.  Je l'avais entendu plein de fois avoir une conversation du genre toute seule.  Mais c'était son visage qui était différent: Il était effrayé et paniqué.  

Depuis, Erin avait l'air malheureuse.  Elle pleurait beaucoup plus qu'avant, et me partageait ses envies suicidaires.  Mais maintenant, c'est l'heure de vous racontez le moment que j'ai le moins envie de raconter: Ma mort.

Je dormais paisiblement, sans rêver (les chats peuvent rêver, mais pas toutes les nuits.)  Je ne l'ai même pas remarquer s'installer derrière moi.  Je me suis juste réveillé quand elle a commencé à serrer le chargeur de l'ordinateur de son père autour de mon cou.  Malgré toute ma reconnaissance envers elle, je dois avouer que moi aussi, j'avais un peu peur d'Erin.  Parce que tout son entourage la redoutait et avait peur d'elle.  Et ils avaient raison, parce que malgré toute sa gentillesse et son innocence, Erin était folle.  Je l'ai compris quand elle m'étranglait.  Encore plus quand je remarquais qu'elle avait de la peine à devoir me tuer.  Alors pourquoi se peiner en me tuant.  À la place de m'assassiner, n'aurait-t-elle pas pu tout simplement me laisser la vie sauve?  C'est ce qui à mes yeux la rendait folle.

Mais bien sûr je me suis pas laissé faire.  Je me suis débattu à grand recours de coups de griffe.  J'ai essayé de la mordre, mais elle s'était installé dans une position qui la rendait hors de portée de mes dents.  Je n'écoutais qu'à moitié ses excuses.  J'ai bien fait, parce que si j'aurais écouté plus attentivement ce qu'elle disait, je crois que j'aurais pris la peine de pleurer.  J'ai compris qu'elle me remerciait pour les bons moments qu'on avait passé ensemble.  

Comme je l'ai dit au début de ma narration,  je me sentais extrêmement trahi.

Devil

Erin était stupide et facile à manipuler.  Mais je l'aimais bien quand même.  Après tout, elle a quand même respecté ma demande et m'a surnommé Devil.  Je lui avait même fait dessiné mon apparence que j'aurais voulu avoir, si je n'étais pas juste une voix.  Mais une voix suffit pour pouvoir m'amuser avec elle.  Même si elle tentait de se protéger de mes insultes, je trouvais toujours une vieille cicatrice dans son cœur à rouvrir.  Avec l'aide de B.H, je m'assurais qu'elle connaisse la vrai définition de l'enfer.  

Je savais qu'elle ne voulait rien faire pour nous  Reste que pour elle, nous étions de la vermine qu'elle ne méritait pas.  Mais comme je viens de dire, elle était quand même facile à manipuler.  C'est pourquoi que j'avais une autre technique pour m'amuser avec elle: Je faisais des pactes avec elle.  Comme le diable.

Parce c'est ce que fait le diable.  Il teste la capacité de l'homme à résister au péché en lui offrant les plus belles tentations interdites.  Mon cas est un peu semblable.  Je lui fais faire des crimes en échange d'une période silencieuse.  Toutes les voix qu'elle entendait devaient se taire, c'est-à-dire.

Mais vous ne connaissez pas toutes les voix, n'est-ce pas?  Juste Crazy, en fait.  Un peu normal, puisqu'elle ne peut pas se présenter.  Si elle aurait essayé, le résultat aurait sonné: «Killer! KILLER!» Avec des rires démoniaques et cinglés.  En fait, elle est incapable de parler.  À part rire, pleurer et crier «KILLER!», elle est assez tranquille.  Elle se distingue quand même bien de moi et les autres voix.  Nous, on n'adresse la parole à Erin que le jour, jusqu'à ce qu'elle aille se coucher en braillant comme un bébé.  Alors que Crazy va lui parler (si on peut compter ça comme parler) dès qu'elle se met au lit et la laisse tranquille quand elle arrive à s'endormir.  C'est comme ça berceuse.  Elle a beau ne pas paraître intelligente à cause de son language peu varié, elle sait s'y mettre elle aussi.

Erin… un vrai bébé celle-là!  Comme tous les bébés, elle bouffe de la nourriture dégueulasse, elle braille, et elle morve tellement qu'elle braille!  Et moi, en bonne diablesse, j'essaye de la ramener sur terre en lui donnant une bonne tape bien mérité sur sa conscience.  Résultat:  Elle braille encore!  Comme les bébés, elle avait besoin d'un petit minet format peluche pour être de bonne humeur et pour rire comme une retardée.  Mais elle avait 12 ans!!!  On n'a plus besoin de chat pour être heureux à cet âge-là.  Elle n'avait plus 2 mois, et je lui a fait comprendre qu'elle devait rentrer dans le monde des pré-ados.  Merci au diable (il n'y a pas de «Dieu merci» avec moi), elle s'est réveillée et s'en est débarassée.  Bon d'accord, je l'ai forcé un peu en faisant un pacte avec elle, mais c'est elle qui a accepté.  Moi, j'aurais aimé ça quand même si elle aurait refusé, comme ça j'aurais pu l'insulter encore.

Breaking Heart (B.H)

On faisait notre part du pacte quand Erin était allée se confier à une psychologue.  Nous étions fâchées, et avec raison.  Toute cette histoire, c'était juste entre nous et Erin.  On ne pouvait pas l'en empêcher, puisqu'on était sous silence.  Mais la psychologue s'en est mêlée et la envoyée dans un hôpital psychiatrique.  Heureusement, Erin n'a pas trop envie non plus d'y aller.  Si elle est allé, c'est juste parce que elle n'avait pas le choix.

Il était prévenu pour elle de partager une chambre avec une fille anorexique de 15 ans.  Mais Erin a refusé.  Ils ont accepté son refus et l'ont placée dans une chambre plus petite.  L'histoire d'Isla l'avait un peu rendu méfiante: elle craignait des kidnappeurs.  Elle pensait à elle, mais il était quand même mieux qu'elle ne se mêle pas dans les folies des autres.  Elle est déjà assez folle en plus d'être naïve, alors valait mieux ne pas empirer son état.  

Par contre elle avait bien fait de s'isoler, pour ne pas s'attacher à d'autres personnes.  Un gars de 17 ans, qui avait tenté de se suicider, avait essayé de lui parler.  Mais la conversation s'est terminée avec les menaces d'Erin: «Dégage sale pervers ou sinon je te fais bouffer des allumettes allumées!»  Franchement, pour une fois, nous étions fières d'elle.  Elle commençait à nous ressembler.  Mais ce n'était pas ce qu'elle voulait, bien sûr.  Elle l'affichait en pleurant le soir dans sa cellule que les infirmières insistaient auprès d'elle pour qu'elle appelle ça une chambre.

Pauvre petit bébé… l'atmosphère et l'ambiance avaient changé trop soudainement pour elle.  Il y avait quelques jours, elle nous écoutait et allait à l'école.  La vie était pourrie et elle voulait s'en sortir à tout prix.  Mais elle a payé le prix, et maintenant la voilà bouleversée par ce qu'elle a fait.  D'ailleurs je me demande si ses parents s'étaient rendus compte que le chat avait disparu.  Mais reste qu'il ne fallait pas devenir dépressive pour un chat.  Même si c'était elle qui l'avait tué.

Alors bref, Erin est restée sous le toit de l'hôpital psychiatrique pendant trois mois.  Mais ce n'est pas tout.  Car vous savez, elle était suivi par un psychologue là-bas.  Il lui donnait des médicaments, parce qu'il croyait qu'on était là encore.  Erin avait gardé pour elle l'histoire de l'entente qu'elle avait faite avec Devil.  Sa logique était qu'elle n'avait pas besoin de ses médicaments, puisqu'elle ne nous entendait plus.  Alors elle les jetait dans la toilette.  Elle a finit par se rendre compte que ce n'était pas une bonne idée: Une nouvelle voix était arrivée pour nous remplacer, Crazy.  Chaque soir, Crazy lâchait sa folie sur elle.  Erin l'a mal pris, parce ce que elle pensait que Crazy faisait parti de l'entente.  Mais elle n'était pas encore là quand on l'avait fait, alors on ne l'avait pas comptée.  La première et quelques autres  fois, elle piquait des crises, et les infirmières venaient lui faire une piqure pour qu'elle puisse s'endormir.  

Après 120 jours dans l'hôpital psychiatrique, ils l'ont renvoyé chez elle.  Il ne restait qu'une semaine avant qu'on puisse briser notre silence et recommencer à lui adresser la parole.

Isla McNicholl

Pendant notre silence, ma haine envers elle a grandi.  À mes yeux, ce qu'elle avait fait était un acte de lâcheté.  Quoique peu importe ce qu'elle aurait fait, je l'aurait quand même  détester.  Elle m'a tuée après tout…

Devil

Enfin!  On peut lui parler!  J'avais tellement hâte de l'insulter!  Parce que il y avait tellement de chose que je n'avais pas eu l'occasion de lui parler, au gros bébé:  Sa confidence à la psychologue et ses séjours à l'hôpital.  Aussi il fallait accueillir Crazy, dont j'étais vraiment fière d'elle.

Lydia Barclay

Ce que j'avais redouté était finalement arrivé. Erin avait quatorze ans, elle avait été renvoyée de sa deuxième école secondaire.  Parce qu'elle séchait toujours les cours.  La plupart du temps, elle restait à la maison.  Mais des fois je ne voulais pas la voir alors je la forcais d'y aller.  Le seul cours qu'elle ne séchait pas, c'était celui d'art plastiques.  Ça alimentait nos disputes, car je n'en pouvais plus des appels de l'école! «Votre fille n'était pas à son cours.» ou bien «Erin McNicholl a reçu une suspension.»  Je l'ai même déjà gifler quelque fois.  Après nos disputes, bien sûr, j'allais m'ouvrir une autre bière.

J'avais peur d'elle.  Elle n'était pas normale.  L'école m'avait dit qu'elle était schizophrène.  Et à ma grande surprise, j'y ai porté attention.  Parce que ça me prouvait que j'avais bien fait de douter pendant toutes ces années.  Mais une petite partie de mon cerveau me disait que c'était mon côté de maman qui avait pris le dessus.  Signe que je l'aimais encore.

Erin, malgré mon mépris envers elle, m'aimait encore.  Dès que je voulais sortir, elle m'en empêchait.  Elle avait peur que je prenne un accident sur la route.  Elle ne m'achetait jamais de la bière.  Elle tenait à ce que je reprenne la santé.  La santé du corps, peut être que je l'aurais eu un jour.  Mais pas la santé mentale.  Pas quand une meurtrière habite dans ta maison.

Mais pour revenir à mon histoire, Erin avait quatorze ans, comme je le disais tout à l'heure.  La soirée était comme les autres, je regardais la télé et Erin était dans sa chambre en train de faire je-ne-sais-quoi.  Sauf que sans que je m'en rende compte,  elle était derrière moi.  Et le dialogue qu'elle a commencé ressemblait drôlement à ceux de quand elle avait cinq ans.

-Maman?

-Dégage et laisse-moi tranquille.

-Je t'aime.

Juste comme ça, la conversation a un petit côté rigolo, n'est-ce pas?  Mais juste quand on ne sait pas que ma fille avait un couteau de cuisine caché derrière son dos.  

Je m'étais retournée pour mieux pouvoir la chasser, ce qu'elle n'avait pas prévu.  Elle voulait couper ma moelle épinière. Mais en me retournant, elle a manqué son coup et m'a coupée l'artère dans le cou.  La douleur n'a été horrible que pendant cinq secondes, car tout suite, pour éteindre mon cri déchirant, elle porta son deuxième coup et finalement, je suis morte.

Enfin, j'ai pu rejoindre Isla.  Ma vrai fille… pas celle qui est un monstre.

Isla McNicholl

Pour une fois, ma grande sœur avait fait quelque chose qui m'a satisfait: elle a obligé Maman a me rejoindre.  J'étais contente, comme ça elle pourra revenir me faire des bons câlins.  

Je ne me mêlais jamais aux autres voix.  Je ne les approuvais jamais.  Mais quand Devil lui a suggéré de tuer Maman, je l'ai soutenu.  Pour ce faire, j'ai pleuré, j'ai culpabilisé Erin.  Pourtant, rien de tout ça était une comédie, c'était la vérité.  Devil ne mentait pas;  Maman ne vivait plus.  Boire tout le temps, ce n'est pas une vie.  C'est un cri à l'aide, demandant d'en finir au plus vite.  Si ma disparition n'aurait jamais été arrivé, elle serait radieuse, et moi, j'irais au secondaire.  Devil et moi n'avions pas les mêmes objectifs; Elle voulait voir du sang, des cris qui ont mal en faisait une seconde entente.  Moi je voulais que ma sœur achève ses souffrances.  Maman ne méritait rien de tout ça.  En fait, la seule chose qu'elle méritait, c'était d'aller faire dodo… un long dodo.  Erin l'a un peu bordé, dans le fond.

Évidemment, Erin a pris la fuite.  Elle n'allait pas attendre que quelqu'un découvre le corps.  Après avoir emballé quelques trucs utiles (vêtements chaud, nourriture et argent), elle fugua de la maison ou elle et moi avions passées notre enfance.  Dans la rue, il n'y avait pas grand-chose à trouver comme refuge, alors elle dormit dans une ruelle.  Avec plusieurs couches de vêtement en guise de couverture.  Pendant une certaine période de temps, elle faisait partie de ces gens de la rue demandant des sous.  Cependant, elle n'avait rien pour en recueillir: Pas de tasse ou de chapeau.  Alors elle se contentait de ne pas n'en demander.  Personne ne lui en offrait au début, puisqu'il lui restait des provisions qu'elle avait pris avant de s'enfuir de chez elle.

Une semaine après, elle était déjà à cours de nourriture.  Mais enfin, quelqu'un l'a recueilli.  Il s'appelait James.  Je ne sais pas si vous vous en souvenez, mais j'ai déjà évoquer son nom.  Il était gentil, mais Devil et B.H ne manquaient pas de commentaires sur lui, mais elles ne pouvaient pas parler.  C'était facile pour elles, il était un dealer après tout.  Il vendait de l'héroïne et de la marijuana.  Il a hébergé Erin chez lui pendant deux ans et demi.  Ma sœur n'avait rien pour le payer, alors elle était sa livreuse.  Gentil, oui, parce qu'il avait suggéré qu'elle devienne une prostituée.  Elle a refusé,  et il a respecté sa décision.

Breaking Heart (B.H)

Un an et demi, en effet.  Parce qu'Erin s'était fait prendre par la police.  Elle rencontrait un des clients de James.  Les flics les ont menottés tout les deux, et au poste de police, Erin dénonça son patron.  En autres mots, elle a craché tout le morceau.  Pour possession de drogue, lui est allé en prison pour un an et elle, pour la vie.  James n'était pas très content, et je le comprends.  Quand Erin nous a dénoncées à cette psychologue, nous avions réagi pareil.  Quand il l'a vu, il a tenté de la battre.  Mais tristement, la police l'a retenu.  James n'a peut être pas pu la frapper, mais il l'a insultée, et ça a affecté profondément Erin.  Aussi, les flics ont découvert qu'elle était la meurtrière de sa mère, qu'ils cherchaient depuis des mois.  Quand Devil et moi avons complété le travail de James.  Car oui, notre entente finissait en même temps que son arrestation.

Mais il est revenu, vous savez?  Un midi, environ six mois plus tard, ils s'étaient battus.  Enfin, telle Erin tel bébé, elle ne s'est pas battu à proprement parler.  Elle l'a juste mordu une fois, et James lui a répondu avec un coup de poing dans l'œil.  La police est revenu, et les deux ont été enfermé pour le restant de la journée dans leur cellule.  Mais les jours qui suivaient, James l'ignorait.  Il ne cherchait plus la bataille et ne cherchait plus à l'aborder.  Mais quand leurs regards se croisaient, le sien était toujours méprisant.  

Pour une semaine seulement, cependant.  Parce que une nuit, à minuit plus précisément, il se passa quelque chose.  Nous sommes dans la tête d'Erin, alors nous pouvons voir un peu ce qu'elle pense.  Cette fois-là, c'était étrange.  Elle voyait une porte.  Au début, nous pensons qu'elle ne faisait que s'imaginer en train d'ouvrir un porte.  Sauf qu'on a bien finit par remarqué qu'il y avait quelque chose de pas normal.  Alors on s'était tous mis à lui dire de ne pas traverser le seuil.  Devil, Isla, moi et même Crazy (sauf qu'elle criait).  Mais elle ne nous a pas écoutés…

Et Erin est rentrée dans ce fameux monde.  Le monde qui l'a empêché de vous racontez son histoire par elle-même.

Et c'est la fin.







Vos qualités ?


Vos défauts ?




Prayer

Votre âge: 15 ans
Expérience RP: Débutante
Un avis sur le forum ?
Comment tu nous a connu ? Grâce à la gamine cinglée, le tank chinois et le Belge… aussi connus sous les noms de Marionnette, Liang et Leet.
Un commentaire ? Les chats, c'est mignon. :3
Parrain/ Marraine ?Leet Saddler
Code du règlement:Super validation cool de la part de Lumière.


Dernière édition par Erin McNicholl le Mer 29 Oct - 22:03, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: GET OUT OF MY HEAD!!! (Erin McNicholl) Lun 27 Oct - 12:48

Alors... Bonjour !
Ça faisait longtemps que je n'avais pas validé de fiche, alors je me risque à cet exercice aujourd'hui...
Tout d'abord, bravo, tu as fait une fiche de bonne qualité pour une débutante. Ton personnage est intéressant, et va sans doute aller chez les Carreaux.
Néanmoins... J'aimerais commenter par rapport à l'idée des couleurs dans l'histoire. Je trouve que, personnellement, cela contribue à la rendre moins agréable à lire, du fait des couleurs choisie (assez proche de celle du forum) et de leurs multitudes. Peut-être que préciser quelles voix parlent comme dans un texte de Théatre au début du paragraphe aiderait ?
En tout cas, bienvenue dans la communauté !
Et la question que je pose à ton personnage est :
" Est-tu consciente de l'identité des voix dans ta tête ?"

_________________

Signature et avatar par Hurlement Sauvage ! Merci à lui !
Pour savoir dans quels autres Univers je me promène...

Lumière du Jugement dit : "Même les cafards savent dessiner !":
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ne-andarta.lebonforum.com

.
MessageSujet: Re: GET OUT OF MY HEAD!!! (Erin McNicholl) Mar 28 Oct - 0:19

Vooooilà!! C'est modifié! Le pire c'est que Leet m'avait dit de pas mettre des couleurs et je ne l'ai pas écouté. >.<

Pour ta question, oui, Erin le sait. Elle le sait et y pense très fort quand les voix dans sa tête l'abordent. Pour pouvoir se convaincre que ce qu'elles disent aussi n'est pas vrai. Mais c'est pas aussi facile de s'en convaincre. Elle sait que ça ferait plus de sens si elles ne sont pas réelles, mais des fois elle a des petits doutes, la plupart du temps quand les voix l'insultent et l'humilient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: GET OUT OF MY HEAD!!! (Erin McNicholl) Mar 28 Oct - 9:12

Bah il faut bien débuter et faire des erreurs ! \0/

Et euh pour ma question... Il faudrait que tu répondes du point de vue de ton personnage, dans le cadre en haut de ta fiche s'il te plaît. Voilà !

_________________

Signature et avatar par Hurlement Sauvage ! Merci à lui !
Pour savoir dans quels autres Univers je me promène...

Lumière du Jugement dit : "Même les cafards savent dessiner !":
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ne-andarta.lebonforum.com

.
MessageSujet: Re: GET OUT OF MY HEAD!!! (Erin McNicholl) Mer 29 Oct - 1:27

Remodifié! :3 ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: GET OUT OF MY HEAD!!! (Erin McNicholl) Mer 29 Oct - 21:40

Je me répète, mais j'aime beaucoup ta fiche ! Comme dirait l'autre, elle est vraiment de bonne qualité pour une débutante, et surtout, originale. Les Carreaux vont aller à MERVEILLE.

La dernière question d'un staffeux:

"Combien de voix sont recensées dans l'univers psychique d'Erin et surtout, sont-elles toutes "négatives" ?" question posée par Cauchemar Carnassier.

EDIT: Tout est en ordre, tu est dorénavant validée, félicitation ! ♦
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

.
MessageSujet: Re: GET OUT OF MY HEAD!!! (Erin McNicholl) Aujourd'hui à 23:49

Revenir en haut Aller en bas

GET OUT OF MY HEAD!!! (Erin McNicholl)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State» Buy you gotta keep your head up { Adam Carter» you say good morning when it's midnight going out of my head alone in this bed ∞ 6/11/11 4h35» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)» drunk, chips, fun ─ Erin
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: Fiches Validées :: Carreaux-