21 pts30 pts25 pts41 pts28 pts


Rumeurs
• Il parait qu'Ordre Funeste déteste les instruments de musique car son frère Lumière jouait du piano très fort à l'heure de sa sieste quand il était petit.
• On raconte que lorsque vient la pleine Lune, on peut voir des Dryades dans la Forêt...
On murmure que LA SAINTE LAME NOM DE DIEU C'EST PAS RIEN est caché dans le Sanatorium... Et que celui qui prendra cette épée pourra commander au vent et vaincre les dieux... Info ou Intox ?
• Il se dit dans les couloirs du panthéon que Flore Ravageuse userait de rambourage pour améliorer ses formes.
Autres Rumeurs.
Notifications
• Pluie et nuage sont annoncé, avec des orages fréquents. Pensez à rester couvert et à l'abri de l'humidité qui favorise [b]les maladies.[/b]
• La forêt et la Ville sont affecté par la Pluie : la forêt est renforcée, les plantes semblent plus dangereuses et plus agressive.
• En ville, les monstres ont tendances à se montrer moins fréquemment à cause de la pluie.
• Le Monstre de Sable a disparu.
• Votre personnage peut être atteint de la fièvre Néandertalienne à cause de l'humidité. Cela peut être de votre volonté... ou de celle du staff. Son prochain rp devra être écrit dans un état fébrile, nauséeux. Votre personnage aura du mal à se concentrer et à communiquer avec autrui. Cette fièvre peut durer une semaine... Et peut entraîner la mort. La maladie croit en puissance les trois premiers jours, puis sa puissance diminue avec le temps.
Les Liens du Sang
Innokentiy
Fils de Evangeline
Sharon Chilton
Soeur de Sylver Gelidus
Merry Shark
Soeur de Seth Shark
L'Ingénieur
Meilleur Ami d'Atsuki Sengo et As de Trèfle.
Drusilla Giovanni
Ennemie d'Alexandro Derrechi
Maria Selimont
Amie de Sullivan Gordon et ancienne As de Trèfle.
Ruby Holsey
Soeur de Amber Holsey
Johanna Saddler
Mère de Leet Saddler
Mai Sun
Petite amie de Liang Tsao
Chad Stoneford
Demi-frère de Yuki Icesoul
Vladimir Dragomirov
Ex du chef des rebelles



 

Partagez|

No plan B for us. |♠| PV Clan Pique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

.
MessageSujet: No plan B for us. |♠| PV Clan Pique Ven 9 Mai - 12:01






No plan B for us.
PV ♠ Spades


Je rentre au milieu de la Gare en traversant le train tout confortable, y'a le monsieur de tout à l'heure qui me suit. Un grand monsieur avec des cornes et une grande cape. Même que c'est un dieu : le dieu de la Nuit. Je l'ai rencontré deux jours après là où j'ai parlé avec un petit garçon fou, et il m'a dit des choses très très importantes. Mais ça, je vais le raconter après.

J'observe tous les gens qu'il y a dans la Gare, sur le deuxième quai qui est entre les deux trains. Beaucoup que je connais pas, mais y'a mon nouveau chef militaire, Liang qu'il s'appelle, et mon As - je sais pas si ils m'ont reconnue maintenant que je suis transformée en fille mais je pense que oui, quand même. 'M'étonnerait que y'a des ennemis, parce que ils ont tous l'air Piques et puis je sens pas de menace. J'ai un instinct des fois, alors je l'aurai senti. Mais je suis quand même prudente parce que je suis une bonne reine (ou roi, ça dépend).

Je fais un signe aux gens pour qu'ils restent devant moi. Mon sac sur l'épaule, je traverse tout le monde avec le dieu derrière moi et je vais escalader le train en métal, en face de moi, comme j'avais fait avec Liang l'autre jour. Comme ça je suis debout dessus, et je peux voir tout le monde. J'ai un air très sûr de moi. Parce que j'ai pas peur. Et puis j'ai une voix forte alors tous les gens ils peuvent m'entendre.

« Je suis Raphaël Dylan Simmons, la reine du clan Pique ! Ou roi, ça dépend ! Et je suis là devant vous, mon clan, pour vous parler d'une chose très très importante ! »

Je pose mon sac juste à côté de moi, et puis je relève ma manche et regarde ma main gauche. Avant j'avais un K à l'intérieur de mon tatouage Pique, mais maintenant c'est devenu un Q. Je lève la main le plus haut que je peux en essayant de garder le tatouage en face des gens pour que ils le voient bien.

« Mais je veux aucun vilain intrus d'autre clan ici ! Alors je veux voir les tatouages de tout le monde ! »

Je vois plutôt bien tous les Piques sur leurs corps. Apparemment, y'en a qui savaient pas où ils étaient, mais ils le trouvent tous seuls, donc tout va bien. Je rabaisse mon bras, toute fière et contente.

« Bienvenue dans notre Base, la Gare ! Avant de commencer... »

Je désigne le dieu du doigt.

« Lui, c'est Cauchemar Carnassier. C'est un vrai dieu, et il est venu là comme trois autres dieux, parce que il va y avoir une Guerre ! Une grosse grosse guerre entre les quatre dieux ! Et chaque dieu va prendre un clan pour se battre ! Et c'est lui qui sera avec nous ! »

Maintenant j'ai un air très déterminé. Comme une reine dans un film où y'a un royaume qui se fait attaquer par des méchants et ils doivent se défendre. Puis je croise mes bras pour bien montrer que je suis une reine forte.

« Je donnerai un rôle très précis à tout le monde pour la Guerre ! On aura besoin de toutes vos forces pour aménager et armer ici, et aussi pour les batailles ! Mais d'abord, notre Dieu va vous expliquer pourquoi y'a la Guerre des Dieux, pour que tout soit clair ! »
© Fiche codée par Artist/Anarchy Orderless. Reproduction interdite. ©

_________________



Petit Raph' parle en Darkgoldenrod.
☆ Avatar et signa par moi. ☆

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: No plan B for us. |♠| PV Clan Pique Ven 9 Mai - 17:55



No plan B for us.

|♠| PV Clan Pique






S-S’il-vous-plaît … ?
Pourriez-vous faire un petit peu moins de bruit ? S’il vous plaît.
S’il vous plaît.
J’essaye de me reposer.
De me reposer.
De me soulager de toutes ces voix de fœtus de poulets dans ma tête.
Je suis peut-être paranoïaque.
Est-ce que je suis paranoïaque ?
Ma tête … Elle vibre. Ca pulse dedans.
Mon cerveau est fatigué. Il veut dormir …



Une violente crampe au niveau du ventre plia Roman en deux.
Il émergea de son sommeil artificiel bien trop long brutalement, ses sens étranglés par des sensations encore inconnus.
Il vomit. Copieusement. Il se demanda lui-même s’il allait un jour s’arrêter. Peut-être que tous ces organes s’étaient-ils … Liquéfiés à l’intérieur de lui-même et qu’il les recrachait ?
Non, non. Ca ne tenait pas la route, ce n’était pas possible, ce genre de choses.

Lorsque la cascade de vomi se tut enfin, dans une enfilade d’hoquètements humides, il se laissa tomber sur le dos. Il se leva, poussé par une volonté incompréhensible pour son cerveau malade et il marcha. Non, plutôt il vogua, tout autour de lui la terre semblait faire des remous. Il naviguait ainsi sur la terre bien ferme quand soudain !
Il haletait … Que se passait-il ? Il se sentait poisseux, puant, usé, fatigué, rongé abasourdi perdu névrosé déprimé joyeux souffrantreposéoubliérefermépsychotique-
Son cerveau allait trop vite. Le monde évoluait autour de lui dans une brume infâme aux contours indistincts et belliqueux. L’air ambiant semblait s’accrocher à sa peau. Des filaments visqueux d’oxygène pendaient le long de ses membres.
Il vomit à nouveau, puis il s’écroula au sol.

Plusieurs heures sous un soleil cuisant avaient passées, lorsque Roman s’éveilla à nouveau. Il n’avait aucun souvenir d’avoir auparavant émergé, d’avoir auparavant marché : pour lui il sortait pour la première fois d’un univers sombre dont il avait pour seul souvenir une étendue noire et silencieuse parcouru par des brises glaciale.
La première chose qu’il constata, c’était qu’il avait la gueule de bois. Pas seulement ce petit goût d’orange au fond du palais ; mais cette horrible nausée qui vous enserrait les tempes et vous faisait vous allonger dans le noir une journée entière.

Il se passa la main sur le visage, qui en revint verte de crasses.

Incompréhensiblement paniqué, il regarda frénétiquement autour de lui, et lorsqu’il aperçut un petit filet d’eau jaillissant du sol il se jeta dessus. Il resta de longues minutes le visage sous cette caresse de propreté et lorsqu’il arrêta, il constata avec étonnement que tout malaise s’était dissipé. Il était désormais courbaturé, certes, mais en pleine forme.
Il essaya désespérément de cibler dans ses souvenirs un simple quelque chose qui aurait pu l’aider à expliquer la situation actuelle. Pour autant qu’il eût pu s’en rappeler, il avait passé les dernières heures aux côtés de Lola.
Il retira ses lunettes, et se précipita frénétiquement à l’ombre d’un porche en béton, l’éclat lumineux lui consumant ses yeux nus. Une fois cela fait, il s’examina dans le verre terne de la monture. Ses yeux étaient dans état lamentable : ses cornées étaient d’un rouge sang et ses pupilles entièrement dilatées. Il s’effrayait lui-même. Chose plus surprenante encore, découvrit-il en remettant ses lunettes sur son nez, sa main gauche était gravée d’un parfait petit pique d’un bleu profond, comme ceux que l’on trouvait sur les jeux de cartes.

Plusieurs heures s'étaient à nouveau écoulées.
Abasourdi, Roman avait dû faire face à la réalité ; tout autour de lui le monde n’était plus qu’un jeu de construction démoli. Il avait l’impression d’être dans ce genre de films comme on en voyait tant : sauf que, et il le savait, ici, tout était vrai. Tout était vrai et tout était en ruine également : on eût dit que plusieurs siècles goguenards avaient étouffés avec leur bedaine les années, qui avaient fini par se tasser et par écraser de leur poids le monde dans lequel il se trouvait. Alors qu’il s’était éloigné de son point de départ qu’il avait été pris de terribles vertiges qui l’avaient contraint à rapidement faire demi-tour. Il s’était agenouillé au sol et, ayant surpris une excroissance dans sa poche de pantalon, il la vida intégralement au sol. Dieu que c’était bon ! Il avait sur lui un paquet entier et intact, quoiqu’un peu écrasé de cigarettes. Il s’était empressé d’en allumer une, puis deux et puis même trois. Ses veines assoiffées avaient criées famine des heures durant et recevaient enfin leurs gorgées de poisons salvateurs : Roman avait soupiré de plaisir lorsque les premières bouffées de fumées avaient envahi ses bronches.
Les yeux mi-clos, il avait surpris au sol, parmi les babioles qu’il avait expulsé de sa poche, plusieurs petits sachets rouges fermés hermétiquement, sur lesquels étaient dessinés des petits diablotins. Il s’en était saisi d’un et lorsqu’il l’avait ouvert, un délicieux parfum provençale avait envahi ses narines. Quoiqu’il puisse arriver, il avait de la marijuana.
Il s’était ensuite remis en marche. Roman ne comprenait strictement rien à ce qui était en train de lui arriver. Il se surprit à ne pas être harassé par le vide sentimental que lui procurait l’absence de Lola, mais à plutôt espérer croiser quelqu’un, n’importe qui, même Poke ou son pire ennemi au coin de la prochaine ruine qu’il dépasserait. Il évoluait dans une ville sinistre plongée dans un silence abyssal, et ses pas semblaient résonner à plusieurs kilomètres à la ronde. Il continuait à suivre, hagard, une sorte d’instinct qui lui dictait ses pas, droite gauche, droite gauche, droite gauche.

Au détour d’une immense avenue aux dimensions faussées par l’absence de toute présence, il trébucha sur une tige métallique et s’étala par terre de tout son long. Il réprima un grognement qui fut vite étouffé lorsqu’en se relevant il constata qu’il avait heurté un rail, qui s’engouffrait à une dizaine de mètre dans une imposante gare au toit en charpies. Ce n’était pas la gare en elle-même qui l’attirait, mais ce qu’il y’avait à l’intérieur. Cela l’effrayait, aussi.
Mais c’est lorsqu’il entendit clairement une voix humaine qu’il fut agité d’un spasme d’excitation et qu’il se précipita, les muscles noués par l’effort, vers la bouche qui pouvait prononcer ses mots.
Ses pieds heurtaient en cadence le sol carrelés de la gare. Il s’arrêtait régulièrement, le souffle coupé par ses poumons de fumeur, puis repartait de plus belle, évitant de peu les murs lorsque les couloirs tournaient secs ou esquivant de justesse les débris jonchant le sol plongé dans la mi clarté d’une fin de journée. Il avait pénétré dans la gare par ce qu’il semblait être une porte de service, aussi avait-il débarqué dans un dédale de couloirs d’entretien. Il était plus attentif que jamais et, à l’oreille, se rapprochait inexorablement d’une voix qui se dessinait de plus en plus et s’agitait comme la pointe d’un crayon sur une feuille. Il poussa violemment une porte avec l’épaule, qui vint heurter bruyamment le mur et il débarqua enfin, à bout de souffle, sur des immenses quais se perdant au loin dans des grains de poussières gorgés de soleil.

Debout sur une vieille épave de train, une petite femme … Une enfant, même, secondé par un homme de haute carrure semblait galvaniser un auditoire ahuri. Il était question de guerre et de Dieux, et de manière surprenant, Roman se sentit pleinement impliqué dans la cause que défendait l’enfant. Aussi dès que ce dernier se tut, et alors qu’il contemplait la foule d’un œil attentif, Roman éleva la voix :

- Et qu’est-ce que l’on y gagnerait ?

Il se racla aussitôt la gorge, ses paroles s’étant embourbées dans des glaires qu’il gardait au fond de la gorge des suites de sa course effrénée.


@Eques sur Never-Utopia / Modifié par AnarchyOrderless
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: No plan B for us. |♠| PV Clan Pique Jeu 19 Juin - 15:45

Toute guerre est basée sur la tromperie, disait Sun Tzu. Et Liang, pour avoir combattu à ses côtés, avait très vite retenu la leçon.

Depuis qu'il était devenu chef militaire du clan Pique, il veillait sur ses membres avec zèle. Il avait vécu dans la guerre et il attendait celle qui monterait les clans les uns contres les autres avec patience. Il guettait le moindre signe de conflit, de dispute ou de chose anormal dans les clans adverses pour pouvoir réagir le premier et préparer la défense des Piques, et possiblement plus tard, l'offense.

Il se trouvait dans le dépôt d'arme de le base quand il entendit des éclats de voix qui ressemblaient beaucoup à la voix de Raphaël, son roi, mais... différent. Plus féminin? Dur à dire, alors le Chinois décidé d'aller voir un coup d'oeil. De toute façon, ça ressemblait à un rassemblement de Piques, chose à laquelle il était tenu d'assister.
Juste après la fin du discours du roi maintenant reine, des pas se firent entendre dans la gare. Liang sortit de l'ombre, fixant avec attention la gamine qui, bien que pas identique à l'ancien roi, était assez semblable pour que le Pique puisse le reconnaître. Et puis, il/elle avait un tatouage.
Mais ce que le Valet regardait vraiment, c'était le dieu derrière sa "reine." Il le fixait sans aucune peur, avec sévérité même, comme si c'était lui le plus menaçant des deux et pas le dieu. Il tenait son arbalète dans ses mains, sans pour autant viser qui que ce soit encore, mais il semblait prêt à le faire. Il ne portait pas son casque et ses longs cheveux noirs tombaient librement sur ses épaules. Il avait accepté de les couper après son arrivé sur le Plateau, et quand il ne portait pas son casque, ceux qui se trouvaient derrière lui pouvaient voir le tatouage sur sa nuque.

Il s'arrêta près du train ou se trouvait Raphaël et Cauchemar et prit la parole rapidement.

-Et pourquoi les Piques devraient accepter de servir un dieu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lachancec.com
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: No plan B for us. |♠| PV Clan Pique Mar 29 Juil - 16:08

Sans la nuit, nous n’aurions pas le plaisir de voir le jour venir.  Ainsi, s’il n’y a pas de guerre, la paix deviendrait fade, ennuyeuse et plus personne ne se battrait pour elle.  

Le rapport ? Aucun, juste une prise de conscience pour l’avenir désastreux du plateau et du clan des piques. Car peu de temps auparavant, le dieu de la nuit rencontra une jeune demoiselle, reine du clan des téméraires. Coup du destin ou chance innommable pour Cauchemar qui se dit qu’une si jeune enfant serait facilement manipulable et qu’il pourrait tirer une certaine puissance de ces humains. Bien sûr, une seule colère du dieu et ce groupe de personne serait mise à mal, mais au vue des derniers évènements et la place centrale de ces êtres dans ce jeu, personne ne pouvait se permettre d’ignorer un gain de pouvoir. De plus, le dieu de la nuit n’avait aucune raison de tuer ou de surpasser ce clan ou même les autres. Sa haine était tournée vers ses frères, laissant les humains à un second plan, pour lui, ils ne sont pas une menace et donc ne mérite pas de mourir. Du moins pour le moment.

Le courant était plutôt bien passé entre Raphaëlle et le dieu, sûrement grâce à la revigorante innocence dont faisait preuve la reine. C’est aussi une des raisons du pourquoi Cauchemar se retrouvait là, face à une assemblée d’humain. Ne ressentant pas le besoin de se ridiculiser à grimper sur le train comme la jeune fille, disons qu’ils n’ont pas la même taille, en prime, il resta les bras croisés, adossé à la carlingue métallique du train. Son air décontracté ne cachait pas la droiture de sa contenance, le laissant paraitre aussi redoutable que la nuit froide lors des jours d’hiver.

« Lui, c'est Cauchemar Carnassier. C'est un vrai dieu, et il est venu là comme trois autres dieux, parce que il va y avoir une Guerre ! Une grosse grosse guerre entre les quatre dieux ! Et chaque dieu va prendre un clan pour se battre ! Et c'est lui qui sera avec nous ! »

Il ne fallait pas faire preuve d’une grande perspicacité pour se rendre compte que le dieu de la nuit avait choisit les piques comme alliés, au cas contraire, sa présence ici ne serait pas la bienvenue.

« Je donnerai un rôle très précis à tout le monde pour la Guerre ! On aura besoin de toutes vos forces pour aménager et armer ici, et aussi pour les batailles ! Mais d'abord, notre Dieu va vous expliquer pourquoi y'a la Guerre des Dieux, pour que tout soit clair ! »

Ah oui, parce qu’il fallait que le dieu fasse un discours à ces humains, en plus ? Ce genre de chose ne plaisait pas à Cauchemar, qui, malgré son arrogance travaillée, n’aimait pas se donner en spectacle devant des êtres qu’il jugeait inférieur. Mais s’il n’avait pas le choix et qu’il s’agissait de la bonne cause, alors bon.

De ce fait, le dieu soupira en se redressant mais garda ses bras croisés. Puis après avoir avancé d’un pas ou deux, pour se retrouver face aux piques, il en jaugea quelque uns et finit par prendre la parole.

- Vous savez donc qui je suis alors je ne m’étalerais pas à dire que mon statut de dieu me confère une telle puissance que vous annihiler ne serait qu’une question de centième de secondes, soupira Cauchemar sans une once de prétention. Ainsi, comme vous l’a annoncé votre reine, une guerre entre les dieux a été déclarée il y a peu de temps. Cette guerre ne ressemble en rien à celles que vous vous pu vivre ou entendre parler.

Sa phrase resta en suspend dans l’air pendant quelques secondes et un souffle froid parcouru la gare, comme si les éléments sentaient eux aussi la menace qui trônait sur le plateau. Les ombres des êtres vivants et même des objets inanimés se mettaient à danser au gré de l’air.

- La mort n’est plus votre plus grande ennemie mais votre meilleure alliée.  Je pourrai vous conter le pourquoi du comment, mais cela ne serait qu’une perte de temps. Les seules choses que vous devez savoir sont les identités de vos ennemis. De nos ennemis.

Un sourire très léger pris place sur les lèvres du dieu, qui à la simple idée de voir ses frères et sœurs dans un état proche de la mort, le ravit au plus haut point. Ainsi, le dieu de la nuit présenta les autres dieux qui avaient pris part à cette guerre.

- Celui qui a déclenché cette guerre se nomme Lumière du Jugement, dieu de la création. L’anéantir est s’assuré une place victorieuse dans ce jeu. Notre plus jeune frère, Ordre Funeste, est le dieu de la destruction, l’antitype de Lumière. Le mener à l’autodestruction est chose facile, il reste tout de même une menace qu’il ne faut pas mettre de côté.

Son regard défila le long des rangs, s’assurant que les piques étaient tous attentifs à ses paroles. Parler dans le vide est chose désagréable. Mais une fois cela fait, il put reprendre tranquillement.

- Flore Ravageuse, déesse de la nature, elle est aussi belle qu’une fleur mais aussi dangereuse qu’une plante carnivore. Au final, c’est Aboutissement Abstrait qui donnera le plus de mal à votre clan : sa capacité à contrôler le temps n’est pas la plus simple à défaire. Mais comme tout être, chacun des dieux connait ses faiblesses, moi y compris. Pourquoi une guerre ? Car chacun de nous a un dessein bien différent et que certains visent la totalité des pouvoirs divins. Éliminer les autres dieux nous confèrera la pleine puissance.

De nouveau, un souffle bien plus froid s’engouffra dans la gare, faisant grincer les portes et gondoler les tôles de métal. Une ombre apparue près du dieu, fine, droite et aussi grande, voir plus que lui. C’est ainsi qu’une Hallebarde pris forme devant les êtres humains.

- Mais ne pensez pas que vous, simples être humains, pouvez blesser ou tuer un dieu comme ils vous le souhaitent. A chaque dieu a été donnée une arme déicide, seule possibilité pour eux de s’entretuer. Comme vous le remarquez, mon arme se dessine sous les formes d’une hallebarde. Mais trêve de discussion.

Sans prévenir, l’arme redevint ténèbres et se fonda dans l’ombre du dieu.

- Voici les préambules de ce que devez savoir sur les dieux. Vos rôles dans tout ça, me demanderez-vous ? C’est à la fois si simple et compliqué, lâcha Cauchemar entre deux soupirs. Ces explications étaient fastidieuses et si ennuyantes. Vous devrez m’aider à nuire et tuer les autres dieux mais aussi les clans qu’ils décideront d’aider. Il n’y a plus d’amis ou de famille qui compte, mais seulement votre clan. Un membre d’un autre clan est un membre à abattre. C’est eux ou vous.

Dépliant ses bras pour s’étirer, le dieu reprit un petit sourire, celui qui le rend si arrogant et sûr de lui. Il savait bien que ce qu’il venait de dire, les piques le savaient bien et était le propre de ce jeu, mais le répéter montrait que le dieu se souciait du sort des piques. En façade, du moins.

Un homme parmi tant d’autre pris la parole, au grand damne du dieu car la question était pertinente et surtout, bien embêtante.

- Et qu’est-ce que l’on y gagnerait ?

Puis un autre, avec des airs presque menaçant, ce qui fit sourire le dieu, ne craignant aucunement ce grand dadet chinois.

-Et pourquoi les Piques devraient accepter de servir un dieu ?

Autant faire une réponse deux en une, pour satisfaire ces deux piques et leurs questions.

- Chaque source de puissance n’est pas à mettre de côté et je ne cache pas que vous en êtes une. Pensez que je cherche à vous utiliser d’une certaine manière n’est pas faux, mais cela va dans les deux sens. Si cette guerre se termine sur notre victoire, alors vous pourrez tous quitter cette endroit. Mon seul but est de réduire à néant toutes traces des autres dieux et leurs existences. Vous autres humains ne mette qu’indifférent, alors morts ou vivants... Autant que tout le monde trouve un sujet d’entente, je ne vois pas pourquoi vous décideriez de ne pas accepter ma proposition...

Et avec un air de défi, il regarda alternativement les deux hommes avant de fixer le chinois.

- Puis... c’est un souhait de votre reine, n’est ce pas ? Qu’en serait-il d’un pique qui désobéit à sa reine ?


HRP x_x:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

.
MessageSujet: Re: No plan B for us. |♠| PV Clan Pique Aujourd'hui à 10:33

Revenir en haut Aller en bas

No plan B for us. |♠| PV Clan Pique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Go Habs Go - Simple Plan» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail» Premier Baptême... |Tout le Clan|» Quel plan de développement pour le secteur énergétique ?
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: ♠La gare♠-