21 pts30 pts25 pts41 pts28 pts


Rumeurs
• Il parait qu'Ordre Funeste déteste les instruments de musique car son frère Lumière jouait du piano très fort à l'heure de sa sieste quand il était petit.
• On raconte que lorsque vient la pleine Lune, on peut voir des Dryades dans la Forêt...
On murmure que LA SAINTE LAME NOM DE DIEU C'EST PAS RIEN est caché dans le Sanatorium... Et que celui qui prendra cette épée pourra commander au vent et vaincre les dieux... Info ou Intox ?
• Il se dit dans les couloirs du panthéon que Flore Ravageuse userait de rambourage pour améliorer ses formes.
Autres Rumeurs.
Notifications
• Pluie et nuage sont annoncé, avec des orages fréquents. Pensez à rester couvert et à l'abri de l'humidité qui favorise [b]les maladies.[/b]
• La forêt et la Ville sont affecté par la Pluie : la forêt est renforcée, les plantes semblent plus dangereuses et plus agressive.
• En ville, les monstres ont tendances à se montrer moins fréquemment à cause de la pluie.
• Le Monstre de Sable a disparu.
• Votre personnage peut être atteint de la fièvre Néandertalienne à cause de l'humidité. Cela peut être de votre volonté... ou de celle du staff. Son prochain rp devra être écrit dans un état fébrile, nauséeux. Votre personnage aura du mal à se concentrer et à communiquer avec autrui. Cette fièvre peut durer une semaine... Et peut entraîner la mort. La maladie croit en puissance les trois premiers jours, puis sa puissance diminue avec le temps.
Les Liens du Sang
Innokentiy
Fils de Evangeline
Sharon Chilton
Soeur de Sylver Gelidus
Merry Shark
Soeur de Seth Shark
L'Ingénieur
Meilleur Ami d'Atsuki Sengo et As de Trèfle.
Drusilla Giovanni
Ennemie d'Alexandro Derrechi
Maria Selimont
Amie de Sullivan Gordon et ancienne As de Trèfle.
Ruby Holsey
Soeur de Amber Holsey
Johanna Saddler
Mère de Leet Saddler
Mai Sun
Petite amie de Liang Tsao
Chad Stoneford
Demi-frère de Yuki Icesoul
Vladimir Dragomirov
Ex du chef des rebelles



 

Partagez|

Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

.
MessageSujet: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Sam 25 Aoû - 11:32

Hey, mais c'est ma chambre !


Cela faisait quelques jours que Atsuki était tombé dans le monde de Né-Andarta, sans comprendre pourquoi il était là et sans avoir trouvé de sortie. Il rasait les murs pour évité d'être repérer par une des nombreuses créatures qui hantait les rues deserte, et se vouait à la découverte de son objectif :est-ce que le manoir famillial était dans ce monde, ou non ? Si il y était, Astu comptait bien en faire le point de départ de son clan, le campement ou il pourrait se reposer ou non. C'est pour cela qu'il marchait à pas vif, vers le quartiers résidentiel. Il longea les ruelles tandis que le soleil se couchait doucement, et arriva devant une imposante batisse. Un haut mur en lambris recouvrait sa surface, et, tandis que le geek en herbe longeait les murs de son ancien logis -et decouvrait la vision exterieur de la batisse, soit dit en passant-, il apercevait des large crevasses qui sillonait le mur de haut en bas, défigurant ce qui avait du être un beau mur blanc et soigné, signe de richesse. Quelques pas plus tard, il arriva maintenant au portail en fer rouge, que la mousse et le lichen recouvrait, laissant des traces verdatres sur la devanture de la maison. Car, on pouvait apercevoir l'édifice au style japonais qui se trouvait en plein milieu du terrain envahit par la végétation : elle ocupait une part immense de la propriété, et s'étendait largement sur le terrain, car elle comportait des dizaines de pièces. Un pincement au coeur, se fut ce que ressentit Atsuki lorsqu'il contempla la façade qui se délabrait devant ses yeux. Il avait vécu ici -dans un autre monde certe- et, voir l'ancienne habitation dans cet état était choquand pour lui. Trop choquant.
Il osa enfin pénétrer dans la cour qui le séparait de son ancienne demeure, sur ses gardes toutefois, au cas ou une créature dégénéré l'attaquerait dans le dos. Il avait peur que certaine plante soit des monstres carnivore avec tendance pour la chair humaine, pour tout avouer. Il arriva devant la porte de la batisse, et la poussa pour entrer à l'intérieur.

Le salon avait le plancher en bois fin de luxe, avant. Maintenant, le plancher était brisé en plusieurs morceaux, et Atsuki se dit quelques secondes que son père hurlerait si il voyait ça, avant de réaliser que cette pensée était absurde, le patriarche des Sengos n'étant pas dans ce monde. Il erra au hasard des pièces, ouvrant des portes au hasard, et constatant la destruction d'une partie du mobilier par les incessante intemperie, les murs et les papiers peint s'effritant, le sol défoncé, le plafond lézarder et les cables électriques mis à nu par le monde apocalyptique. Tout cela fit soupirer le NEET, un soufle léger de déprimé, bien sur. Comment allait être son ancienne chambre ? Il craignait de voir une pièce délabrée et toute moche, avec ses précieuses machines informatiques totalement moisies ou détruite. Ses biens les plus précieux réstait inutilisable ici, et cela peinait Atsuki. Pas d'électricité dans le monde de Né-andarta. Seulement le monde ravagé.

Au fil des pensées du NEET, il avait machinalement avancé vers sa chambre, et posait maintenant ses doigts sur la poignée ronde. Son grafiti d'enfant attira un peu son regard, celui du temps ou tout allait bien :
"Royaume d'Atsuki".  Toute l'innocence de l'enfance concentré en un seul tracé, lui fit verser une larme. Ce Royaume, le geek avait du le quitter lorsque ses parents l'avait mis dehors, le condamnant à vivoter tandis que ses parents divorceait. Comme la vie du monde Réel lui semblait agréable, maintenant qu'il avait du la quitter pour ce monde... Il poussa enfin la porte de la chambre, arrachant son regard aux vielles écriture pour le relever...

Ce que Atsuki vit le choqua sur le coup. La, devant lui, se tenait un homme, - ou bien une femme, mais il penchait pour la première solution -, torse nu, et dos à lui, montrant une peau pale sur laquelle il eut le temps de voir un Coeur, avant qu'il se baisse pour ramasser un vetement. Sa chambre était occupé par quelqu'un d'autre, qui semblait être un ennemi ! Et cet ennemi se changeait devant lui. Atsuki ne comprenait pas et cligna les yeux, tandis que la personne se retourna et le regardait de ses prunelles rosé, ses cheveux blonds encadrant son visage...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Sam 25 Aoû - 16:10


Même la boue me va bien ~


OK, on se calme. Inspire, expire... Si ça se trouve, je suis juste en train de rêver. Ouais, c'est ça : je me suis endormie et hop, me voilà dans un cauchemar tordu et particulièrement réaliste. Un long songe où s'écoule lentement des heures, des jours...

« Mais merde, qu'est-ce que je fous là à la fin ?! »

Dans un mouvement de rage et d'incompréhension, j'envoyais mon pied dans un morceau de ferraille qui, malgré une certaine légèreté, me démolit un orteil. Je sentis la douleur remonter jusqu'à mon genou et je réprimandais un gémissement. Posant mes deux sacs ─ que je me trimbalais depuis le début ─, j'entrepris de masser ma pauvre jambe et me laissais tomber sur le bas du dos sur... quelque chose que j'espérais être juste de la terre un peu humide. Prise d'un doute, je jetais un œil en arrière. De la boue. Génial. Ma soudaine entrée dans cette flaque d'eau vaseuse avait éclaboussé jusqu'à mon T-shirt. Je me décalais rapidement sur le côté, là où le sol était sec. La douleur ayant disparu, je plongeais ma main dans une poche d'un de mes bagages et en sortis un large miroir de poche, rond et fêlé sur un côté. Quitte à être sale, autant être bien coiffé, non ? J'inspectais alors la moindre mèche, notamment celle de couleur rose-rougeâtre qui retombait près de mon œil droit. J'ajustais mes lentilles de la même teinte que mon ornement capillaire et souris à mon reflet.

« Haa... Même couverte de terre j'ai trop la classe ! ☆ »

J'en trépignais sur place. Je suis tellement géniale que j'en donnerais le tournis. Sans plus attendre, j'enfouis mes doigts dans un sac pour en sortir mon portable «dernier cri, à la mode et super cher» et l'allumais. J'ignorais l'icône m'indiquant qu'il n'y avait pas de réseau ─ quelques heures avant, je m'étais déjà énervée dessus ─ et ouvris l'application de l'appareil-photo, immortalisant cet instant de distinction infinie, énième prise personnelle allant s'ajouter à des centaines d'autres. Ceci fait, et sans réellement savoir pourquoi, j'abaissais mon téléphone et regardais aux alentours. Tout était bel et bien détruit, au point que je ne voulais pas y croire. De plus, je n'avais encore vu personne, pas même un fan. À tous les coups, c'était une mauvaise blague pour une émission télé. À vrai dire, au vu de ma situation, même un paparazzi m'aurait fait plaisir... Surtout que j'étais obligée de me reposer limite à même le sol, et je ne cache pas que ça m'irritait au plus haut point. Moi, forcée de vivre comme un clochard ?

Mais l'heure n'était pas à ce genre d'exaspération fébrile. Dans un élan que je voulais raisonnable, je me relevais, saisi mes bagages et me mis en quête d'un lieu relativement clos dans l'intention de me changer. Vous me direz que c'est inutile dans ce genre d'environnement, mais je ne voulais pas à ce qu'un quelconque œil ou caméra puisse profiter gratuitement de mon magnifique et incroyable physique.
Il ne me fallut pas longtemps pour trouver quelques murs qui tenaient à peu près debout. En prenant du recul, je vis que ça devait être un grand et luxueux bâtiment, privé sans doute ; du moins en avais-je l'impression pour le peu que je distinguais, le soleil étant déjà bien bas. Enjambant quantité de végétations étrangement développées ─ les types de l'émission étaient allés bien loin pour une simple blague ─, je repérais une porte et passais machinalement par celle-ci pour entrer. Je découvris un plancher explosé, des murs encore plus décrépis de l'intérieur, sans parler des restes de meubles ; toutefois, et de manière plutôt surprenante, le plafond subsistait bien que dans un sale état. Bah, ce sera toujours mieux que rien.

J’exécutais un tour sur moi-même et choisis une pièce au hasard, puis recommençais ce processus jusqu'à tomber une pièce me convenant. L'une d'entre-elles avait d'anciens airs de chambre et cela me suffisait. Laissant tomber mes sacs, j'en ouvris un et sélectionnais méticuleusement mes vêtements. Avec ma mèche et mes yeux... du blanc et du noir devrait faire l'affaire, n'est-ce pas ? Ainsi, je sortis un haut plus ou moins stylisé associant ces deux couleurs avec un jean très sombre, plus un collier et un bracelet de cette même teinte. Car quand on change de vêtements, les accessoires doivent également être remplacés. J'avais déjà permuté les deux pantalons et venais d'ôter mon T-shirt ─ j'aurais aimé dire, en tant que demoiselle, que j'enlevais également mon soutien-gorge, mais ayant la constitution d'un jeune homme, je n'en avais même pas besoin... pauvre de moi ? ─ quand j'entendis la porte s'ouvrir dans mon dos.
Sur le moment, je ne réagis pas. Je finis tout de même par me retourner, sans réellement comprendre ou réfléchir. Un humain ─ enfin, je crois ─ se tenait là, devant moi. L'homme était grand et maigre, ainsi que pâle. Il semblait plus vieux que moi, de peu ceci dit, et je ne puis m'empêcher de remarquer ses fautes de goût en matière d'habits et de bien d'autres choses. L'analyse faite, je laissais plusieurs questions se manifester dans mon crâne vidé par la surprise. Les citer aurait été intéressant si je ne les avais faite taire sous une seule et unique indéniable vérité : il y avait quelqu'un d'autre que moi !

Mais y avait-il réellement de quoi se réjouir ? Fronçant légèrement les sourcils, je fis face à l'inconnu, toujours torse nu. Ce dernier point aurait pu me déranger... si je ressemblais à une fille. Reprenant mon image et mon attitude de star, je m'adressais à l'étranger avec ma voix naturelle de jeune homme :


« C'est pas trop tôt ! Non mais sérieusement, qu'est-ce que vous foutez ? Vous avez pas trouvé mieux ? C'est bon, vous m'avez bien eu, maintenant faites moi sortir de votre plateau à la... » Je laissais un court silence prendre place. Pourquoi n'avait-il pas de caméra sur l'épaule ? … bah, peu importe, après tout. Rapidement, j'enfilais mon T-shirt et ajustais par la même occasion mon collier et mon bracelet. Je me retournais de nouveau vers l'homme et le regardais rapidement de bas en haut.

« T'es quoi, au juste ? Un nouveau ? Un fan ? Un photographe ? … crache le morceau, qu'on y passe pas la nuit ! »

La situation m'irritait sur les bords... et j'avais l'irrésistible envie de me prendre en photo. Je me contenais pourtant, voulant garder un peu de crédibilité face au binoclard.
Revenir en haut Aller en bas

.
MessageSujet: Re: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Sam 25 Aoû - 18:11

OMFG, on me parle !!!

C'était... étrange... La personne qui se tenait devant lui lui avant demander si il était un photographe ou bien un fan, alors qu'on étais dans un monde ravagé par une force inconnu. Atuski trouvait ce comportement très étrange, et c'était normal : un individu lambda aurait peut-être demandé au geek comment sortir ou bien demander leur localisation, mais il, -car il ressemblait à un homme-, il lui posait ce genre de questions, que la logique poussait à considérer comme stupide. Enfin, songea-il, il n'était pas responsable du comportement des gens, surtout en cette période trouble, avec les autres clans qui rodait...
Ce qui le ramena au coeur qu'il avait vu dans le dos du garçon. Un coeur ? Était-il ennemi ? La possibilité que l'homme soit en réalité une membres d'un autre clan le fit légèrement frissonner. Encore un ennemi... Se pourrait-il que tous sur cette terre nouvelle soit en réalité opposé à lui ?


Il chercha du regard un moyen de neutralisé si besoin la jeune femme, et en lui-même une réponse à fournir au garçon. Devait-il lui expliquer ? Ou bien devait-il le prendre en traître ? Qu'est ce qu'étais la meilleurs des solutions ? En lui-même, NEET songeait à fuir ailleurs, déjà, et aussi à quitter sa maison pour ne plus jamais revenir chez lui. En fait, ces deux possibilités était pour lui plus agréables que de parler avec la femme. Mais, le jeune homme devait prendre ses responsabilité et aller engager la conversation avec l'homme.

J-je ne suis pas fan... Ni photographe...

Les mots était douloureux comme des pierres quand ils franchirent les lèvres du jeune homme, pourtant, il dut subire ce tourment pour communiquer. Ah, si il y avait eu un écran entre les deux, tous aurait été si facile ! Il aurait pu complimenter le jeune homme sur sa tenue, et parler des dernières nouvelles que Geek que les deux aurait put echanger, si tant est que l'individu résidant chez lui les connaissent. Mais là, pas de doutes, le jeune homme le térrorisait, car il allait lui répondre.
Tout en reculant pour aller saisir la poignée de porte, Atsuki fit une maigre tentative pour sourire, beinque ceux ci ressemblait plus à une grimace étrange, les longs cheveux tombant devant les yeux du NEET n'arrangeant point la chose. Mais il était ainsi, le physique d'Atsuki, et le roi des Trèfles ne le reniat pas pour autant. Enfin, la main de Atsuki se referma sur le loquet, et c'est alors qu'il se rendit compte que le tatouage vert en forme de Trèfles était bien visible par l'homme

~Merde !~

Comment allait-il réagir à la vue de ce qui couvrait tout le dos de la main du Roi de Trèfle ? Le jeune homme cogitait à oute allure par rapport au divers possibilité qui s'offrait à lui. Couurir ? L'assommé ? Fuir ? Tellement de chose tournait dans la tête du NEET qu'il avait du mal à s'y retrouvé. Comment devait-il faire pour gérer ce genre de chose ? Cet afflut de pensées qui parrasitait ses reflexes laissait une forte chance pour que le blond mette K.O. le brun. Mais, qu'allait-il faire ? Comment réagir ? Toute sa vie, Atsuki avait été un acteur, et cela ne changerait pas aujourd'hui, laissant la main libre à l'autre pour le mater...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Sam 25 Aoû - 21:11


On se réveille ?


J'avais un peu de mal à croire ce que j'avais en face de moi. L'homme paraissait carrément mal à l'aise. Quelque part, je pouvais comprendre qu'une telle célébrité ─ qui a dit "ex" ? ─ comme moi, grandiose et magnifique qui plus est, était déstabilisante, mais tout de même. Je fronçais un peu plus les sourcils en voyant ses yeux regarder de façon plus ou moins discrète un peu partout. Cherchait-il ses mots ? À ceci je ne puis m'empêcher de glisser franchement :

« Nan mais, oh, c'est quoi ton problème ? »

Je ne sais pas si mes paroles l'avaient un peu secoué, toujours est-il que j'entendis enfin pour la première fois le son de sa voix :

« J-je ne suis pas fan... Ni photographe... »

C'était toujours ça de gagner, j'imagine ? Cependant, qu'il précise qu'il n'était pas un fan me contrariait quelque peu. Avec un si grand talent que le mien, les gens ne pouvaient que se prosterner devant moi ! Les autres «star» ne sont bonnes que pour la déchetterie, à s'inclinant devant quelqu'un d'aussi génial que...
J'arrêtais là le torrent mégalomane qui se déchaînait en moi. Quelque chose avait attiré mon attention sur le mal-coiffé. Que faisait-il ? Avait-il mal quelque part, ou... souriait-il ? Si cela se trouvait être la dernière option, alors ce type ferait bien de toujours faire la gueule. Vous me direz que je suis bien désagréable avec lui, mais que voulez-vous ? Des larves comme elle, j'en écrase tous les jours et à moins de m'être utile, pourquoi les épargner ?
Sans qu'il ne dise quoique ce soit d'autre, je le vis reculer et poser sa main sur la poignée. Pour qui se prenait-il ? Sans que je ne devine pourquoi, une lueur de panique fit brièvement briller ses prunelles noires, à peine cachées par les lianes sombres que formaient ses mèches sur son front. Il n'allait pas de tirer, en plus, si ? Déjà que c'était le premier être humain que je croisais depuis ces derniers jours, il ne pouvait pas partir, comme ça, avec pour simple information le fait qu'il ne me vénère pas ? Agacée, je franchis les deux mètres nous séparant et me plantais face à lui, et ce sans ciller :


« Non mais, je rêve, c'est moi ou t'as l'intention de te barrer, là ? Tu vas pas me laisser ici, Moi, dans votre plan débile et foireux ! Tu vas t'expliquer ou faut que j'aille voir ton crétin de patron pour que tu comprennes ?! »

Au fil de mes paroles, je frappais de façon provocante son torse du bout de mon index. Quelle classe j'avais, dans mes gestes, dans mes mots ! Je m'efforçais de ne rien laisser paraître de l'extérieur, mais je me voyais déjà rajouter quelques photos à mon album. Et si je le menaçais du poing ? … non, ça ferait bien trop bourrin et détruirait mon élégante image. Y a pas à dire, je suis vraiment géniale.
Sans que je ne sache réellement pourquoi, mon œil s'accrochait à un détail : le trèfle sur la main de l'homme. Un tatouage ? Une nouvelle mode ? Mon esprit ne fit pas le lien avec la voix de la nuit dernière et je fis comme si de rien était, plantant mes prunelles rosées dans celles bordées de cernes du mal-vêtu. Mais bon sang, sur qui étais-je tombé ?
Revenir en haut Aller en bas

.
MessageSujet: Re: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Dim 26 Aoû - 13:32


L'imprudence des un fait le bonheur des autres


Cet homme était-elle cinglé, ou bien était-ce lui qui perdait la boule ? Comment ça, un plan foireux ? N'avait-il pas entendu la voix, sa voix ? Celle du Dieu qui les avait jeté dans ce monde de haine et de destruction ? Ou alors, il n'y croyait pas... Il se croyait dans un jeu télévisé débile, dont il était la vedette... Quelque part, si la situation n'avait pas été aussi incertaine, Atsu aurait rit... Mais la situation n'était pas normal, et il n'y avait pas de quoi rire, c'est pour ça qu'il se contentais de regarder le garçon. Était-il conscient de l'aspect de l’extérieur ? Ou bien s'était-elle réveillé dans le batiment ? Il ne voulait pas rester ici, il ne voulait pas que l'autre le suive, c'est pourquoi, malgré les paroles de celui qui se prenait pour quelqu'un d'important, il ouvrit la porte, incapable de tenir plus longtemps sous le regard rosés de l'autre, et sortit de la chambre. Peu lui importait si elle le suivait ou non.

C'est vrai quoi, après tout, pourquoi il devait rester avec cet nnemi ? Rien ne le retenait, rien ne le força à aider le parfait inconnu qui le méprisait, de toute manière. Le geek n'apreciait pas les manières de la "starlette", bien que le visage lui semblait étrangement famillier. Peut-être qu'il l'avait vaguement vu dans une vidéo sur Internet ? Il ne le savait pas, et, à vrai dire, rien ne l'importait moins. Qu'elle se débrouille, elle et ses manières ! Elle semblait trop sur 'elle-même, et l'épreuve lui ferait du bien.

C'est sur ses pensées que Atsuki gagna le salon, et se mit à chercher des vivres pour son clan. Il ouvrit la porte des placards et farfouilla dans les conserves, tachant de dénicher de la nourriture pour pouvoir partir vite, et chercher un autre abri sans personne. Enfin, il mis son sac au sol pour le remplir, ayant trouver un lot de conserve dans un placards oublier, son dos voutés tournant le dos au couloir d'ou il venait. Il ne se souciat à vrai dire plus de l'homme qui occupait sa chambre, et cela le mettait sans se rendre compte dans une position de faiblesse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Lun 27 Aoû - 19:25


Mais regarde moiii !


Qu'est-ce qui ne tournait pas rond, chez lui ? Il ne répondit rien, ne me fit pas même le moindre signe si ce n'est me tourner le dos ; en bref, il ignorait royalement ma mise en garde. Honnêtement, ce type commençait à sérieusement me taper sur les nerfs. S'il y avait bien une chose que je ne supportais pas, c'était qu'on me prenne si peu au sérieux, voire comme un débile fini. Je serrais un peu les dents et, dans un soupir, portais mes mains à mon magnifique visage.

« Calme-moi, allons, ce n'est pas bon pour ta peau si belle, si délicate... » soufflais-je à moi-même, massant mes tempes dans un but apaisant.
Pourtant, quelque part, je ne parvenais pas à me détendre complètement. Comment lui, cet homme sans intérêt, semblable à une larve atrophiée, osait-il se comporter de cette manière avec quelqu'un d'aussi grandiose et connu que Moi ? Pourquoi ne me proposait-il pas de sortir d'ici, ainsi qu'un bon plat chaud dans un lit bien douillet ? Me prenait-il pour un imbécile, ou ne m'avait-il tout simplement pas reconnu ? Dans tous les cas, c'était, selon moi, inadmissible. Il fallait que... je lui rentre cette idée dans le crâne. Ouais, c'est ça : lui faire imprimer qui j'étais et ce qu'il avait à faire, définitivement. Par tous les moyens...

Mes yeux se baissèrent vers le sol et se mirent à fouiller les alentours. Ils s'arrêtèrent sur un morceau de bois, semblable à un vieux pied de lit ou de chaise. Haa... il fallait que je mette mes jolis doigts sur ce truc, mais c'était pour la bonne cause, n'est-ce pas ? Après tout, quoi de mieux qu'un choc physique pour que quelqu'un se souvienne de quelque chose ? Me baissant, je refermais ma main sur l'objet quand je fus pris d'un sérieux doute. Et mon image ?
Que vont penser les gens si je frappe un binoclard ? Vont-ils entièrement abandonner l'idée de me considérer ─ de nouveau ─ comme leur idole, ou à l'inverse vont-ils se dire que Remy Makepiece avait complètement raison sur ce coup-là ? Non, les gens aiment les stars qui sont...

Je me redressais vivement et regardais en direction de l'homme qui avait de toute manière quitté la pièce. Peut-être... peut-être était-il lui-même un artiste, ce qui expliquerait sur certains points sur son attitude et sa présence ici. Selon moi, il n'y avait plus que cette solution, seulement, cela ne justifiait pas cet endroit si... chaotique.
J'expirais un soupir agacé avant d'empoigner le bâton de la main droite. Si je lui pose la question, il devrait répondre, non ? Dans le pire des cas, ma splendide prestance naturellement impressionnante le fera changer d'avis ! C'est dans cet état d'esprit que je me mis en quête du mal-coiffé. J'ouvris plusieurs portes ─ du moins quand il en restait quelque chose ─ avant de le retrouver dans ce qui paraissait avoir été un salon. Il me tournait le dos, horriblement voûté, et remplissait un sac de boîtes de conserve. Mais pourquoi ? Il semblait être sûr de ce qu'il faisait et c'en était presque énervant. J'allais vers lui d'un pas décisif, avancée quelque peu perturbée par un sol plus qu'inégal.

Arrivé derrière lui, je tentais de rester calmer au maximum et posais sans brutalité le bout de mon «arme» sur son épaule gauche, ma seconde paume sur ma hanche. J'avais l'envie soudaine de me prendre en photo, mais m'efforçais de m'en dissuader en me mordillant la lèvre, puis m'adressais à celui que je qualifiais de mal-vêtu :


« OK, on va la refaire sans s'énerver, commençais-je en faisant retomber l’extrémité du morceau de bois près de son pied. Et si tu me disais qui tu étais ? Pour commencer. Et puis, t'as l'air de savoir ce qu'on fout ici, alors si tu pouvais prendre la peine de m'expliquer... »

J'avais parlé en fronçant les sourcils. En attente de réponse, je relevais une dernière fois la tête à la recherche d'une quelconque lueur trahissant la présence d'une caméra.



[HRP]
C'est court, désolée ~~
[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas

.
MessageSujet: Re: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Mer 29 Aoû - 20:19

Les geeks sont violent !


Le garçon le menaçais. Avec le pied de sa vielle table basse, ou, en un autre temps, avait reposé les dizaines d'ordinateurs que le jeune homme avait précieusement accumulé, réparé et fait tourné des heures et des heures. Il le lui avait posé sur l'épaule, et l'avait menacé, aussi sur de lui que si il avait fait ça toute ça vie. Enfin, ne sait-on jamais ce qui passe dans la tête des pauvres gens...

« OK, on va la refaire sans s'énerver, commençais-je en faisant retomber l’extrémité du morceau de bois près de son pied. Et si tu me disais qui tu étais ? Pour commencer. Et puis, t'as l'air de savoir ce qu'on fout ici, alors si tu pouvais prendre la peine de m'expliquer... »


Et puis, sans que Atsuki ne comprenne pourquoi, il leva le nez en l'air. Pas si habitué que ça a menacé des gens. Cet étourderie permit à Atsuki le geek de dégainer son clavier d'ordinateur de son sac, et de se lever pour frapper violemment l'homme au visage. Quelques touches eurent l'amabilité de sauter, rajoutant une légère couche de désordre sur le sol, parce qu'un A, un W et un Y, ça fait bazar sur un tapis en soie tout poussiéreux. Enfin, peu importe. Atsuki était donc debout devant le jeune homme, qui venait de se prendre une sacré claque.r le gamin. Saignait-il ? Le geek ne le savait pas, et, à vrai dire, il était plus sous le choc de voir sa propre violence et son anxiété. Ce monde le rendait dingue, il était en permanence à cran, à chercher une solution et à se cacher pour échapper au divers fauve qui arpentait la vielle citée dévastée. Mais, merde, pourquoi il était la, et pourquoi il devait vivre l'enfer ? Les questions tournait dans sa tête, au rythme infernale des élancement d'une migraine qui venait de jaillir des tréfonds de son cerveau. Il se prit la tête entre les mains et gémit, incapable de la faire partir. Et laissant le temps à l'homme de se remettre du coup de clavier violent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Mar 4 Sep - 19:39

[HRP] C'est cours, désolée ! [/HRP]


Meurs !


Je n'en revenais pas. À peine avais-je levé le nez que je sentis quelque chose heurter violemment ma magnifique joue. Sans même avoir le temps de comprendre, je m'étalais de tout mon long sur le côté, déstabilisé à la fois par le choc ─ je n'ai jamais dit que j'étais très musclé ─ et par la surprise. Et pour combler le tout, mes vêtements étaient de nouveau sales. Désorienté, je portais ma main à mon visage en m'appuyant sur un coude. Sur ma peau douce et délicate se trouvait à présent une méchante marque probablement rouge, qui certainement allait virer à un horrible bleu violacé. Mais merde, j'avais juste posé une question ! L'incompréhension dominant en moi était telle que je ne pus me relever de suite, prenant le temps de regarder l'homme en tentant de déceler ce qui lui était passé par la tête. Il... se tenait celle-ci entre ses mains, mais pourquoi ? Sans même y réfléchir, comme le calme avant la tempête, une vague de colère vint gonfler ma poitrine et un cri glissa de ma gorge :

« Mais t'es malade ?! »

Je saisis le bâton tombé pendant ma chute et bondis sur mes pieds, malgré tout chancelant. J'avais la désagréable sensation que mon cerveau allait exploser. Je ne sais pas si c'est ma brusque remontée qui en était la cause, mais toujours est-il un filet de sang s'échappa du coin de ma lèvre. Exacerbé par tout ça, j'empoignais de ma main libre le col de ce type. Celui qui depuis le début me prenait pour un abruti, celui qui ne m'avait même pas reconnu, celui qui ne m'admirait pas et qui maintenant m'avait frappé.

« Non mais je rêve ! hurlais-je de nouveau, resserrant mon emprise sur son vêtement. Comment t'as OSÉ me toucher, pauvre larve ?! Tu sais que je pourrais te faire enfermer pour ça ? Tu te crois assez supérieur à Moi pour t'imposer, crétin ? Tu penses vraiment que tu es au-dessus de Moi ?! »

C'était sûr maintenant : je ne supportais plus ce type. Dans un geste de rage, je dressais mon bâton au dessus de ma tête. Peut-être que je ne me contrôlais plus, mais j'avais pourtant les idées claires, du moins me semblait-il. J'avais juste envie de l'abattre, de le faire disparaître, là, tout de suite. Il ne méritait même pas que je le touche et malgré tout, lui m'avait cogné avec l'arme insolite qu'était son clavier d'ordinateur. J'en avais viré pour moins que ça. Et si... je le tuais ? Ouais, je pourrais faire ça. Peut-être cela le forcera-t-il à m'admirer. Qu'il me supplie et je reconsidérerais éventuellement ma décision. En attendant, je rabaissais violemment mon bout de bois en direction de son visage. Je n'étais pas sûr de l'atteindre, mais... qu'il crève !

Revenir en haut Aller en bas

.
MessageSujet: Re: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Jeu 6 Sep - 18:41

Eh oh, te plains pas !
Nan, mais en plus, cet homme osait raler, alors que Atsuki avait "juste" défendu sa cause ? Il avait certes réagit de manière un peu excessive, mais ne méritais pas tant de cris et de haine de la part de l'homme au pied de chaise ? Il hurlait à s'en casser les cordes, protestant contre le puissant coup de clavier du paranoïaque geek. Mais, ce n'était pas sa faute, à Atsuki, si Remy l'avait menacer, car il s'était sentit obligé de riposter. Est-ce le séjour dans Né-andarta qui avait à ce point détraqué le système nerveux de Atsu ? Rien n'en était sur, la seule chose qui comptait, c'est que le jeune homme soit suffisamment intelligent pour laisser le Neet en paix. Il y avait suffisamment de monstres au dehors pour que le jeune homme ne s’épuise pas à lutter contre l'ancienne star. Sauf que celui-ci voulait en découdre. Atsuki vit le garçon soulever le pied de chaise et le lever en un geste rageur pour le frapper sur la tête de l'homme au cheveux noirs. Atuski ferma les yeux en attendant le choc, lorsque...

Les mains du Geek touchait en effet le sol lorsque Remy abatit le lourd bâton sur son crâne, le sol se mit à réagir d'une bien étrange manière : le carrelage, qui était déjà fêles et ruinés par l’apocalypse, explosa et jaillit dans pour laisser passer une forte dose de terre, qui finit par se dresser en un mur protecteur autour du geek. Celui-ci ne se rendit pas compte, les yeux trop clos, sans doutes, et ce fut lorsqu'il les ouvrit qu'il constata l'étrange phénomène. Il se rendit aussi compte que la chose l'avait épuisé, car ses épaules tremblaient et il haletait comme si il avait couru un marathon. Et Remy n'était pas visible lorsque qu'il la chercha des yeux. Sans doute derrière le mur épais que la terre avait formé. Enfin, ceci n'était pas le problème d'Atsuki, puisqu'il cherchait son clavier qui avait volé en même temps que les éclats d'émail. Son regard se fit presser, car le murs semblait lentement s’effondrer sur lui-même, et donc révéler peu à peu une Remy idem. Était-ce un pouvoir de protection ? En tout cas, cela n'avait fait que retarder l'agression de Remy sur la personne du geek, même si ce dernier avait ramasser le clavier et se tenait aussi droit que possible. -c'est à dire voûté un peu-, la tête haute, regardant les lèvres sérrées le jeune homme réapparaître, en soupirant intérieurement, les carrées de ses verres cachant l'expression de son visage...
Codage par Aetyhs

_________________
Avatar et Signa par Déchéance/Hurlement Sauvage ! Merci à lui !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
.
MessageSujet: Re: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Mer 3 Oct - 19:20


W... What ?


Sur le moment, je ne compris rien. Quand j'avais abaissé mon arme, j'avais fermé les yeux. Je ne sais pas vraiment pourquoi, toujours est-il que je l'avais fait. Mais quand mon bâton avait heurté ce que je pensais être le crâne du binoclard, j'aurais pourtant juré que celui-ci se trouvait plus bas que ça. Qui plus est, le son qu'avait produit le choc était comme... étouffé. Je ne m'attendais pas non plus à la percussion morbide de la boîte crânienne explosant sous le coup violent de ma batte de fortune ; mais de là à ce que ce soit si... mou ? Un léger frisson fit trembler mes épaules, manquant de peu le haut-le-cœur en prenant conscience du genre de pensées qui troublaient mon esprit. En tentant de m'apaiser intérieurement, je me rendis compte que le col de l'homme, que je tenais de rage, avait glissé de mes doigts. Aurait-il chuté ? Serait-il...

Je risquais d’entrouvrir un œil. Qu'elle ne fut pas ma surprise quand je ne vis tout simplement rien. Du moins, pas la moindre effusion de sang, pas de cadavre gisant dans une flaque rouge vif, juste mon pied de chaise enfoncé dans ce qui me semblait être de la terre.


« De... la terre » me répétais-je à moi-même, comme pris d'un doute.

Je relâchais lentement ma pathétique matraque, reculant d'un pas. Un mur entier d'humus se dressait là, devant moi. Un énorme bloc ayant pulvérisé le plancher. Composé de ce qui servait de support à mon magnifique corps. Je frottais vivement mes yeux d'un bref geste de poignet, comme voulant m'assurer que le sang ne m'était pas monté à la tête. Je reculais à nouveau, désorienté à n'en plus finir, au point que j'en tombais en arrière ; mais je n'y fis pas attention, tentant même de m'éloigner encore, bien qu'au sol. J'avais, actuellement, envie de hurler, mais le mutisme s'était délibérément saisi de ma gorge. C'était complètement surnaturel. D'où est-ce que ce truc sortait, au juste ? Je ne pouvais détacher mon regard de... ça. L'épaisse paroi s’émiettait peu à peu, découvrant le mal-coiffé qui se tenait droit ─ du moins l'essayait-il, était-il bossu ? ─, aux airs hautains sur les bords. Un monstre. Ce type ne pouvait pas être humain.

Tâtant hâtivement derrière moi, je mis la main sur un poussiéreux reste de meuble et l'utilisais pour me redresser tant bien que mal, sans cesser de fixer la chose face à moi. J'allais même jusqu'à crier, complètement affolé :


« Mais t'es quoi, à la fin ?! Pauvre... »

Bien malgré moi, je crois que j'avais peur. Un mur de terre qui était sorti du sol, comme ça... J'avais l'impression d'être dans un film entre le catastrophe et le fantastique. Le genre de tournage où je m'y serais retrouvé contre mon gré et sans même que je m'en rendre compte. Un plateau sans réalisateur, sans caméraman, ni même une maquilleuse ou un responsable des costumes. Un lieu où les acteurs improvisent en permanence, sans avoir pu consulter le moindre scénario auparavant. Un endroit où tout ne serait qu'effets spéciaux et...
J'eus comme un flash. Je me souvins brutalement de la voix de la nuit dernière. Cette histoire de clan, de reine et de cristal. Mais ça ne pouvait pas être vrai ! Je n'arrivais même plus à penser. Dans une ultime action, je hurlais un dernier «Pauvre taré !» à l'intention du mal-vêtu et me précipitais à la salle où je m'étais changé ─ non sans mal, le sol étant plus qu'irrégulier ─, saisit mes deux sacs et m'échappais de cette maison de fous. Courir loin, et vite. C'était un rêve, ce n'était pas possible autrement. Même s'il me fallait sillonner ce monde de long en large, je devais atteindre les limites de cet étrange endroit et en sortir, coûte que coûte. Aah... qu'est-ce que je ne donnerais pas pour me prendre en photo.
Revenir en haut Aller en bas

.
MessageSujet: Re: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Sam 13 Oct - 10:05

Fatique et depart...
Il se faisait traiter de pauvre taré par le garçon blond, pourtant, il ne l'entendait pas. Son sourire et son attitude était factice devant le gamin, car il était au bord de l'explosion. Le pouvoir qu'il avait découvert venait de drainer ses forces pour le protéger de la violence du choc. Si il aurait du encore lui faire face, il serait surement mort à cause du combat. Mais, le garçon avait pris peur et s'était enfui, ce qui l'arrangeait, soit dit en passant : comment aurait-il pu tenir face à ses attaques dans son état ?

Lorsqu'il entendit la porte abimée de son ancienne résidence claquer, il se laissa choir au sol, face contre terre, haletant comme après un marathon. La magie l'avait vidé de ses forces, le laissant épuissé et dans un état proche de l'hypoglycémie. Son estomac se contraquait pour protester contre son effort excessif, sans doute.

Il se releva ensuite, essuyant ses lèvres, et alla chercher une des boites de gateau qu'il avait déniché. Ses mains tremblait doucement tandis qu'il mangeait les gateaux salvateur : il avait faim après un tel effort. Une fois le paquet finit, il se leva pour quitter le manoir de la famille : le danger rode partout sur Né-Andarta, et il n'avait pas envie que le garçon de tout à l'heure reviennent avec d'autres membres de son clan...
Codage par Aetyhs

_________________
Avatar et Signa par Déchéance/Hurlement Sauvage ! Merci à lui !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

.
MessageSujet: Re: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Sam 13 Oct - 10:08

RP FINI

...Et archivé !

_________________

Signature et avatar par Hurlement Sauvage ! Merci à lui !
Pour savoir dans quels autres Univers je me promène...

Lumière du Jugement dit : "Même les cafards savent dessiner !":
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ne-andarta.lebonforum.com

.
MessageSujet: Re: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Sam 19 Oct - 8:39


_________________

Signature et avatar par Hurlement Sauvage ! Merci à lui !
Pour savoir dans quels autres Univers je me promène...

Lumière du Jugement dit : "Même les cafards savent dessiner !":
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ne-andarta.lebonforum.com
Contenu sponsorisé

.
MessageSujet: Re: Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos} Aujourd'hui à 14:38

Revenir en haut Aller en bas

Hay ! Mais tu fais quoi chez moi ?! [pv Remy] {Lieux: Manoir des Sengos}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Ah non, mais c'est quoi, ça?!?! (pv Saria J. Drakoya) [Abandonné ]» Tu fais quoi ? [PV Emily Jolie :D]» Si t'as ça , tu fais quoi ?» Et toi, tu fais quoi today ???» Mais c'est quoi cette tête ? Oo (âme sensible, dégagez ='p)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Né-Andarta :: RPs Terminés-